Source APA - 15/01/2009

Togo : La Société des phosphates justifie ses 600 licenciements par la crise

APA-Lomé (Togo) La Société nationale des phosphates du Togo (SNPT) qui pourra procéder d’ici la semaine prochaine au licenciement d’une deuxième vague de 180 employés, justifie sa mesure de licenciements d’un total de 600 personnes par la crise que traverse le secteur.

Après un premier groupe de 420 employés mercredi, la direction qui évoque l’aggravation de la situation financière de la société et la chute de la production pour justifier cette vague de licenciement projette remercier les 180 autres employés pour atteindre les 600 licenciements afin de faire face au nombre pléthorique d’employés.

La société compte plus de 1880 agents permanents et 435 agents temporaires.

Selon un responsable de la société qui a requis l’anonymat, la production du phosphate s’est effondrée ces dix dernières années, passant de 5,4 millions de tonnes en 1997 à 842 000 tonnes à la fin 2008.

Les responsables justifient également la mesure de licenciement par la chute sur le marché international des prix du phosphate.

Une autre source proche de la direction pointe du doigt la mauvaise gestion de la société depuis sa création. La société a vu défilé à sa tête plusieurs personnalités proches du pouvoir en place au Togo.

Elle est dirigée actuellement par l’ancien ministre des ressources hydrauliques Florent Manganawoé qui a remplacé en décembre dernier Charles Takou, un proche du Chef de l’Etat togolais qui, selon la presse locale, n’était pas malléable.

Découvert au Togo en 1952, le Phosphate est la principale source de revenus du Togo qui en est le quatrième producteur mondial. Il contribue à 21 pour cent du PIB et représente plus de 40 pour cent des recettes d’exportation du pays.

Son extraction et sa commercialisation ont commencé en 1957 par la Compagnie togolaise des mines du Bénin (CTMB). La CTMB, dont l’État togolais détenait 35% du capital, sera nationalisée en 1974 par la création de l’Office togolais des phosphates (OTP).

En 2002, l’OTP deviendra IFG Togo avec la participation des partenaires tunisiens au capital.

Le 14 mai 2007, le gouvernement togolais a dissous l’ancienne société appelé International Fertilizers Group (IFG-Togo) devenue la Société nouvelle des phosphates du Togo (SNPT).


NT/aft/APA
15-01-2009

Copyright LETOGOLAIS © 2002