Source CVU - 12/08/2010

Combattre l’arbitraire pour faire triompher la liberté et le droit au Togo !

COMMUNIQUE DU 12 août 2010

Les événements survenus à Lomé ces dernières quarante huit heures viennent douloureusement rappeler aux militants de la liberté et de l’Etat de droit au Togo, qu’ils sont bien confrontés à un régime résolument décidé à maintenir son pouvoir, par l’arbitraire en piétinant le droit et en restreignant toutes les libertés publiques.

Après les atteintes à la liberté d’expression politique du 10 août 2010 avec l’interdiction du congrès extraordinaire de l’UFC tendance Fabre, le Pouvoir en place vient de franchir le Rubicon en étendant les interdictions d’ordre public à la liberté de pratique des cultes religieux, lorsqu’il a déployé ce 11 août 2010, les forces de l’ordre autour du Temple Salem de Hanoukopé de l’Eglise Méthodiste du Togo.

En prenant en otage les pasteurs et les fidèles venus prier pour la délivrance du Togo et en empêchant la tenue de la veillée de prières hebdomadaire du FRAC, le Pouvoir en place vient une fois de plus fouler la constitution du Togo, qui garantit pourtant la liberté de culte.

Pis, il a poussé l’arbitraire jusqu’à l’interpellation de plusieurs compatriotes, parmi lesquels le Coordinateur Général de PYRAMID of YEWEH, Koffi FOLIKPO, un éminent représentant de la Diaspora togolaise. Pour l’heure nous sommes toujours sans nouvelles de nos compatriotes qui ont été comme à l’habitude conduits vers une destination inconnue.

La détérioration grandissante de la situation politique au Togo, avec son corollaire d’intimidation des citoyens et de violations massives des droits humains, interpelle autant toutes les filles et tous les fils du Togo tout entier, que la Communauté internationale. Le moment est venu pour chacun de prouver son attachement au respect de tous les droits humains, et d’oeuvrer pour la paix civile. Aucune issue harmonieuse ne peut s’offrir à l’ensemble de la société togolaise tant que les pratiques du déni de droit et du mépris de la personne sont érigées en système de gouvernance politique, économique et sociale !

Le Collectif pour la Vérité des Urnes (CVU) déplore les graves atteintes à l’habeas corpus et demande au Gouvernement togolais la libération immédiate et sans conditions de tous les prisonniers politiques et martyrs de la liberté et de la démocratie sans exception, actuellement emprisonnés au Togo ou retenus arbitrairement, dont Monsieur Koffi FOLIKPO.

Devant la situation d’escalade régulière de la violence d’Etat et d’aggravation de plus en plus perceptible des tensions au sein de la société togolaise, le CVU demande solennellement à la Communauté internationale de prendre à temps la mesure de l’implosion sociale en perspective au Togo, et d’user de tous les moyens à sa disposition pour contribuer efficacement à la résolution de la crise togolaise. Le CVU demande avec insistance que la Communauté internationale fasse les pressions nécessaires sur le Pouvoir de Lomé afin que prennent fin les kidnappings et les violations massives des droits humains au Togo.

Face à la récurrente violation du lieu de culte du Temple Salem de Hanoukopé par les forces de sécurité, la communauté ecclésiastique du Togo doit sortir de son silence et défendre la liberté de culte quel qu’il soit. C’est le lieu d’interpeller le Pape Benoît XVI qui dans l’une de ses dernières encycliques, Caritas in veritate, écrivait que « les causes du sous-développement ne sont pas en premier lieu d’ordre matériel », mais sont liées au « manque de fraternité entre les hommes et les peuples... En Afrique, la complexité du problème réside en grande partie dans les déficits de légitimité de nombreux gouvernants » . Pour paraphraser le Pape : « les causes du mal-développement ne sont pas en premier lieu d’ordre matériel...mais sont liées au manque de fraternité entre les dirigeants et les peuples-citoyens » [1].

Le CVU demande donc au Pape Benoît XVI d’aller jusqu’au bout de sa logique en intervenant au Togo comme il est intervenu pour sauver le Père Benoît alors que les mêmes forces anti-démocratiques l’avaient privé de liberté et lui avaient fait subir des mauvais traitements. Les derniers événements indiquent à suffisance que la gouvernance politique de Faure GNASSINGBE est incapable d’assurer la paix civile. Le CVU considère donc que seul un règlement global de la crise politique togolaise est susceptible de sortir le Togo de l’impasse dans laquelle il se trouve aujourd’hui.

En ce sens, le CVU rappelle que les 22 propositions de sortie de crise qu’il a formulées le 19 mai 2010 restent plus actuelles que jamais, et constituent une base de travail ouverte, pour l’ensemble des acteurs de la vie politique togolaise et de la société civile désireux de trouver très rapidement une solution consensuelle à la grave crise politique que rencontre le Togo.

Le CVU invite toutes les filles et tous les fils du Togo tout entier, à ne point se laisser intimider par les manoeuvres dissuasives du Pouvoir en place, et de résister fermement jusqu’au triomphe des légitimes aspirations du Peuple togolais. L’heure n’est point au doute ni à la peur mais à la vigilance citoyenne et au dépassement de soi pour faire triompher au Togo la liberté et le droit.

En avant la Résistance citoyenne pour que triomphent la vérité des urnes et des comptes publics au Togo ! Vive la République, et que Dieu bénisse le Togo et ses enfants !

Le Collectif pour la Vérité des Urnes

Le Coordinateur Provisoire National
Agbéyomé Messan KODJO

Le Coordinateur Provisoire International
Yves Ekoué AMAÏZO

Copyright LETOGOLAIS © 2002