Source MOLITO - 23/08/2010

MOLITO: Demande de libération sans délai de Komdédzi Kofi FOLIKPO

Nous, Mouvement du 4 mars pour la Libération du Togo (MoLiTo), demandons aux autorités togolaises et au premier représentant de l’Etat, Faure Gnassingbé, de libérer sans délai l’Honorable compatriote Komdédzi Kofi FOLIKPO de la diaspora togolaise en Suisse, arrêté sans aucun motif par les forces de sécurité le 11 août dernier à Lomé.

Coordinateur et Porte-parole de l’organisation spirituelle et citoyenne Pyramid Of Yeweh, Monsieur FOLIKPO est un Grand Religieux et un Grand Eclaireur Spirituel du Peuple Togolais et plus largement des Peuples Africains, sans distinction de région, d’ethnie ou de bord politique etc., dans leur quête d’une vie meilleure, libre et saine d’Esprit.

Que l’on soit de ceux qui sont en position de pouvoir ou non, nous avons tous besoin de ce Monument de l’Esprit et de la Pensée pour ses contributions spécifiques à la vivification de nos valeurs spirituelles, culturelles et sociales dans toute leur diversité, pour la paix et le bien vivre ensemble.

Nous pourrions croire à une erreur sur la personne si cette arrestation arbitraire était une première. Comme pour Monsieur FOLIKPO, nous demandons également la libération de Innocent ASRAMA de Sursaut Togo, Fulbert ATISSO et Guillaume COCO du MCA, et de tous les autres compatriotes détenus sans jugement depuis la période de la dernière "élection présidentielle" jusqu’à nos jours.

Comme nous l’avions exprimé récemment ensemble avec CMAF-Togo, organisation patriotique de la diaspora togolaise d’Amérique du Nord, la fuite en avant dans l’arbitraire n’est plus tenable au Togo.

Le double langage prônant la réconciliation, pendant que le système RPT poursuit arrestations, agressions et violations de nos droits est sans issue.

Nous appelons ceux qui sont placés aux commandes du Togo par le néocolonialisme depuis 1963 à un minimum de questionnement sur la pérennité de leur position. Ils pourront ainsi se rendre à l’évidence de la fragilisation croissante de la politique de leurs protecteurs dont la main est de plus en plus régulièrement prise dans le sac au Togo comme ailleurs en Afrique. L’actualité nous le prouve encore avec l’affaire de l’officier français Letondot.

Sachant que le polissage de l’image de « pays des droits de l’Homme » est un facteur déterminant dans les méthodes de perpétuation de ce néocolonialisme, jusqu’à quand encore ces protecteurs du régime RPT continueront-ils, dans ces conditions, à soutenir l’insoutenable au Togo ?

Il est donc de l’intérêt de tous, y compris pour ceux qui jouissent du pouvoir aujourd’hui, que le déni des droits du Peuple ne s’établisse comme norme de gouvernance applicable également à eux demain.

Avec le Peuple Togolais, nous restons extrêmement vigilants pour le compatriote FOLIKPO et pour tous les autres détenus par le système RPT, en ayant encore en mémoire d’innombrables cas extrêmes de personnes dont nous n’avons toujours pas de nouvelles à ce jour après leur arrestation par les forces de sécurité togolaises depuis des années.

Paris, le 14 août 2010

Pour le MoLiTo,

Kofi Alouda, président du Bureau provisoire.

Copyright LETOGOLAIS © 2002