Source COLLECTIF DES ORGANISATIONS TOGOLAISES POUR LA DéFENSE DES DROITS DE L’HOMME - 08/06/2011

Communiqué relatif à la répression violente de la manifestation des étudiants à Lomé, les 25 et 26 m

Collectif des organisations togolaises pour la défense
des droits de l’Homme


Les 25 et 26 mai 2011, les étudiants togolais rassemblés au sein du Mouvement pour l’épanouissement des étudiants du Togo (MEET) avaient organisé une marche pacifique à Lomé, afin d’une part de demander « l’application modérée du système LMD » (Licence-Master-Doctorat) dans le cursus universitaire et, d’autre part, de réclamer le versement de la dernière tranche d’aide octroyée aux étudiants.

En lieu et place d’une écoute responsable des étudiants confrontés aux questions existentielles de leur survie au quotidien et de la préparation de leur avenir au sein de la société, les manifestants ont été violemment réprimés par les forces de l’ordre. De plus, le gouvernement a décidé la fermeture de l’université à compter du 27 mai 2011.

La Fédération internationale de l’Alliance nationale pour le changement (ANC-fi), le Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT), le Conseil mondial de la diaspora togolaise (CMDT), le Mouvement du 4 mars pour la libération du Togo (Molito), regroupés au sein du Collectif des organisations togolaises pour la défense des droits de l’Homme, expriment leur très vive désapprobation face aux violences récurrentes qui surviennent au Togo lors de manifestations pacifiques.

Au Togo en effet, depuis quelque temps, les atteintes graves aux droits de l’Homme se multiplient de façon notoire comme le signalent fréquemment les organisations des droits de l’Homme : répression systématique et violente exercée à l’encontre des citoyens lors des marches pacifiques, gaz lacrymogènes déversés sur les étudiants qui revendiquent leurs droits élémentaires d’étudier dans de bonnes conditions, encerclement des domiciles des responsables politiques de l’opposition démocratique, harcèlement et poursuites judiciaires des organes de presse et des professionnels des médias, violations récurrentes des dispositions constitutionnelles.

Le Collectif tient à exprimer sa solidarité fraternelle aux étudiants togolais qui se battent pour obtenir de meilleures conditions de travail afin d’assurer une intégration réussie au sein de la communauté nationale.

Fait à Paris, le 1er juin 2011

La Fédération internationale de l’Alliance nationale pour le changement (ANC-fi)
Le Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT)
Le Conseil mondial de la diaspora togolaise (CMDT)
Le Mouvement du 4 mars pour la libération du Togo (Molito).

Collectif des organisations togolaises pour la défense
des droits de l’Homme
21, Place de la République - 75003 Paris


Copyright LETOGOLAIS © 2002