Source AFRISCOOP - 17/06/2011

Togo : Arrestation du leader du Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais (Meet)

AfriSCOOP -15/06/2011 -Lomé — C’est à travers un communiqué lu en fin de l’édition du journal de 20h de Tvt (Télévision nationale) ce 15 juin 2011 que les autorités togolaises ont confirmé l’arrestation du président du Meet (Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais), Adou Seïbou. Une interpellation motivée selon les officiels du Togo.

Dans sa sortie médiatique de ce 15 juin, le gouvernement togolais a retracé les différentes péripéties qui ont conduit à l’arrestation du leader du Meet, en remontant aux scènes de violences des 25 et 26 mai 2011 sur le campus de Lomé. Aux dires des autorités togolaises, M. Seïbou est « gardé à vue en compagnie de 04 autres responsables du Meet ».

Dans son communiqué, le gouvernement Houngbo 2 a fait notamment remarquer que depuis lundi dernier, « les têtes d’affiche du Meet se sont livrées à des manifestations violentes et non autorisées, alors même que des discussions tripartites ont abouti début juin à un consensus reconnu par toutes les parties (autour des maux universitaires) ». Ces manifestations, selon les mots des officiels togolais « ont occasionné l’attaque de véhicules et bâtiments administratifs ce mercredi, perturbant le déroulement des activités académiques ». « Il y a des signes délibérés du Meet de perturber les études à l’Ul », a ajouté le gouvernement dans son communiqué. Tout en citant un certain nombre de matériels dont « ont fait usage les étudiants » pour manifester leur colère : bidons d’essence, objets tranchants, allumettes, etc.

Ce 15 juin, les forces de l’ordre qui quadrillent depuis hier les mouvements d’humeur estudiantins ont visiblement voulu étêter les actions du Meet. De l’avis de plusieurs témoins, la répression de l’Ag de ce 15 juin 2011 a été un peu plus violente. « Adou Seïbou a été arrêté sous nos yeux par la gendarmerie et conduit vers une destination inconnue », a raconté en début d’après-midi le premier vice-président du Meet, M. Awoudi, à « Afriscoop ». « Nous étions en pleine Ag devant la direction de la Fdd (Faculté de droit), vu que l’amphi dans lequel devait se tenir notre regroupement a été bouclé », a décrit M. Awoudi.

Copyright LETOGOLAIS © 2002