Source LE REGARD - 19/12/2002

« Atia la mu » un hymne à la revolte

LE MUSICIEN ADOLF TEACHER ET SON COMBAT POUR LA LIBERTE

Les mélomanes togolais ne cessent de savourer ces derniers temps, qui sur les ondes des radios, qui au travers des écrans des postes téléviseurs une chanson fredonnée sur un rythme reggae qui fait tressaillir les âmes les plus insensibles. « Atia la mu » du reggaeman Adolf Teacher

Oui, « l’arbre s’écroulera » chanté en éwé. Allure d’un combattant, visage de guerrier soutenu par une barbiche surplombée de deux yeux au regard perçant que tentent de cacher en vain des cheveux au vents dignes d’un fils spirituel du regretté Bob Marley, Adolf Kodzo Kougblénou alias Adolf Teacher auteur d’ « atia la mu », n’a pourtant rien de brutal. C’est un grand bosseur en herbe au palmarès élogieux qui n’hésita pas à déclarer net « tout est combat et le non combat peut être considéré comme une activité de lâches ». Adolf Teacher est un natif de Bassadji, un quartier en plein centre le Lomé. Les Togolais découvrent ce mystère naturel qui déclara que « la nature n’aura donc pas besoin de notre avis pour agir ; mais elle demandera un compte à chaque conscience sans nécessairement passer en jugement ». Le ton est alors donné pour ce défenseur de la liberté qui a représenté le Togo au concours international de la paix par la chanson ‘desiderata pour Hiroshima’. Il déclara : « quoique nous fassions pour soutenir ou décourager une quelconque action pour libérer un peuple ou travestir toute activité de liberté, le chemin sera bientôt croisé pour tout le monde ». Son premier album est sorti en juin 98 et dénonce les effets néfastes de la circulation des armes et les méfaits de la guerre, ‘Elavadjo’ ( des drames se produiront). Son second album sortira un 11 mai 2001, ‘Elavavoa’. Adolf Teacher est un artiste engagé et c’est sans grande surprise qu’il se prononce pour le changement. Et ce changement est le socle fondamental de son nouveau single ‘Atia la mu’ sorti en octobre dernier. Il y parle d’un arbre planté par nos ascendants destiné à offrir de l’ombre pour rafraîchir les âmes fatiguées et produire des fruits mais qui, finalement, a développé de mauvaises racines qui détruisent les maisons. Mais pour lui cet arbre difficile à déraciner, s’écroulera tout de même à la faveur d’une ‘foudre’. Il appelle ainsi à un changement certain, inévitable mais avec patience : « pour peu que nous soyons patients, objectifs et pragmatiques, nous participerons au changement voulu sans nécessairement grincer ou faire grincer les dents ».

Ce morceau est un chef d’œuvre accompli par un héraut qui n’abandonne pas sa foi en Dieu. Il montre le chemin de la victoire au peuple togolais : « la victoire appartient donc à ceux qui font de leur volonté, celle de Dieu ».

Par Dzolovi
Le Regard du 19 au 25 novembre 2002, N°310

Copyright LETOGOLAIS © 2002