Source AFP - 20/09/2012

Togo: plusieurs milliers de femmes de l'opposition manifestent à Lomé

AFP- 20/09/2012 - Lomé - Plusieurs milliers de femmes habillées de rouge ont défilé jeudi dans les rues de Lomé pour réclamer des réformes politiques.

La marche était organisée par les femmes du collectif Sauvons le Togo (CST), à l'origine depuis juin de plusieurs manifestations dans la capitale togolaise, la plupart dispersées par les forces de l'ordre.

Regroupement de neuf organisations de la société civile et sept partis et mouvementspolitiques de l'opposition, le CST réclame notamment le départ du président Faure Gnassingbé.

Alors qu'une manifestation du collectif, prévue samedi, avait été empêchée par plusieurs dizaines de personnes armées de gourdins et de machettes entraînant des heurts sporadiques, la marche de jeudi a débuté sans incident.

Les manifestantes ont sillonné les rues en scandant des slogans hostiles au gouvernement, avant d'organiser un meeting sur une place de la capitale. Femmes togolaises, sauvons le Togo en danger, Faure dégage! ou encore Non à la torture, pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les protestataires.

Cette marche vise à dénoncer des choses qui ne vont pas dans ce pays. L'alternance doit être une réalité au Togo. Nous voulons qu'on entende le peuple. Le président de la République doit écouter ce peuple pour qu'en 2015, il s'engage à ne plus se représenter aux élections présidentielles, a déclaré à l'AFP Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, une des responsables de la manifestation.

Personne ne doit plus gouverner ce pays pendant plus de 10 ans. Et nous voulons également que toutes les violations des droits de l'Homme cessent, a-t-elle ajouté.

Selon la constitution togolaise, le mandat du président de la république est illimité. Les prochaines élections présidentielles sont prévues en 2015. Des discussions menées récemment par le gouvernement ont préconisé que le nombre de mandats présidentiels soit limité à deux, mais sans préciser si cette recommandation devait s'appliquer immédiatement. Dans le cas contraire, Faure Gnassingbé pourrait rester au pouvoir jusqu'en 2025.

Des prochaines élections législatives sont théoriquement prévues en octobre, mais la date n'a pas été arrêtée.

Le gouvernement a interdit toute manifestation dans les lieux à forte activité commerciale de la capitale, invoquant des risques pour la sécurité publique et le maintien de l'ordre.

L'opposition affirme qu'il s'agit d'un moyen pour étouffer les critiques à l'encontre du régime. Le CST a prévu d'autres manifestations les 25, 26 et 27 septembre à Déckon, une place fréquentée de la ville et interdite de manifestations par le gouvernement.

Le Togo a été dirigé d'une main de fer par le général Gnassingbé Eyadéma de 1967 à sa mort en 2005. Porté au pouvoir par l'armée, son fils Faure Gnassingbé lui a succédé en 2005.Il a remporté en 2005 puis 2010 des élections présidentielles dont les résultats ont été contestés par l'opposition.


©AFP

Copyright LETOGOLAIS © 2002