Source AFRSCOOP - 21/12/2012

Togo : les femmes du CST ont mis le cap sur « Deckon 3 »

AfriSCOOP-21/12/2012- Lomé —Les femmes du Cst (Collectif Sauvons le Togo) ont inauguré ce 20 décembre dans les rues de Lomé la rentrée "politique" 2012-2013 annoncée de leur mouvement. Cap est désormais mis sur les manifestations décisives prévues par ce Collectif pour le compte du début d’année 2013.

L’affluence humaine qui a caractérisé la marche contestataire des femmes du Cst en cette fin d’année est loin de la grande mobilisation réalisée par ces Togolaises le 20 septembre 2012. A l’époque, des dizaines de milliers d’opposantes, toutes de rouge vêtues, avaient battu le macadam pour appeler les actuels gouvernants togolais à un sursaut d’orgueil ! Ce mot d’ordre a été reconduit en cette journée du 20 décembre car ces protestataires craignent le pire pour leur terre natale dans un avenir très proche, si rien n’est mis en place pour solutionner urgemment les grands maux socio-politiques de ce pays d’Afrique de l’ouest.

Au terme de près de trois heures de marche sur les artères principales du centre-ville de Lomé en quittant le rond point de « La Colombe de la paix », les femmes du Cst ont chuté à la plage, en face de l’ex « Hôtel de la paix ». Tout au long de ce trajet, elles ont laissé monter des slogans hostiles au régime de Lomé, en insistant surtout sur leur exaspération à l’endroit de l’impunité dans plusieurs secteurs dans leur pays et la paupérisation injuste des Togolais, au regard des énormes potentialités économiques de la « Terre de nos aïeux ».

Ce ras-le-bol a parfois franchi le Rubicon lorsque certaines protestataires ont interpelé vertement certains badauds des deux sexes de leur défilé. « Notre lutte, notre engagement est sans bornes ; et comme tel, notre combat s’adresse à tous les Togolais qui ont soif de justice ! Vous ne gagnez rien en croisant les bras et en nous suivant seulement de loin », ont crié certaines manifestantes, remontées contre l’attentisme de certains Loméens quand elles battent le pavé.

En face de l’ex « Hôtel de la paix », ces contestataires ont tenu un meeting de trois heures d’horloge meublé par des prières, des hommages à leurs compatriotes décédés depuis l’enclenchement du processus démocratique local dans les années 90. Mais, c’est surtout la déclinaison d’un chapelet de dénonciations autour des grands maux économiques et socio-politiques de l’heure du Togo qui a occupé les manifestantes et leurs soutiens durant ce meeting.

Plusieurs responsables du Cst venus appuyer ces dames ont tour à tour appelé les Togolais à rester mobilisés en prévision de la série de manifestations suivies de sit-in à Deckon (quartier des affaires à Lomé) le 10, 11 et 12 janvier 2013. Une opération baptisée « Faire tomber les dernières tours de Jéricho ».

Copyright LETOGOLAIS © 2002