Source AFP - 22/05/2013

Togo : une manifestation de l'opposition interdite mercredi à Lomé

AFP Lomé - Le gouvernement a interdit mercredi, des marches prévues par l'opposition à Lomé, après des dégâts enregistrées en marge d'une manifestation mardi soir, selon un communiqué officiel lu sur les médias d'Etat.

Le collectif "Sauvons le Togo" (CST), qui rassemble des membres de l'opposition et de la société civile, a entamé mardi trois jours de manifestations pour protester contre le décès en détention d'un opposant et pour demander la libération des autres opposants détenus dans l'affaire des incendies de deux marchés en janvier.

Les manifestants ont défilé mardi dans les rues de Lomé avant de se regrouper devant l'esplanade du palais des congrès pour un meeting qui s'est déroulé dans le calme.

Selon le communiqué lu à la télévision publique mardi soir, des débordements ont eu lieu après ce rassemblement et ont engendré des dégâts matériels.

Les perturbateurs, "surexcités et incontrôlés, se sont disloqués dans le secteur et se sont mis à s'attaquer aux biens publics et privés", relève le texte, qui précise que sept véhicules ont été saccagés, deux autres brûlés et des vitres d'un hôtel cassées.

"Face aux dérapages et aux débordements qui ont été constatés, ainsi qu'à l'incapacité des organisateurs de la marche à contenir les manifestants", les marches du 22 et du 23 mai sont interdites, ajoute le document.

Aucun regroupement de manifestants n'était visible mercredi en milieu de matinée au lieu de rassemblement, encerclé par des gendarmes et des policiers, a constaté l'AFP.

Le principal marché de Lomé et le marché de Kara (à 420 km au nord de la capitale) avaient été ravagés par des incendies qui n'avaient pas fait de victime mais occasionné des pertes matérielles.

Au total, 35 personnes - pour la plupart des militants de l'opposition - avaient été inculpées, dont 23 ont été placées en détention préventive.

Copyright LETOGOLAIS © 2002