Source DéLéGATION DE L'UNION EUROPéENNE AU TOGO - 03/11/2014

Togo : Inauguration du poste de douane de Noèpé financé par UE

IIntervention de M. Nicolas BERLANGA-MARTINEZ
Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Togo

Noépé, le 03 novembre 2014

Cérémonie de remise officielle du Poste de contrôle juxtaposé Togo/Ghana à Noépé

"L’intégration régionale à travers la facilitation de transport dans l'espace CEDEAO - UEMOA"

- Votre Excellence, Monsieur le Président de la République togolaise
- Your Excellency, the President of Ghana
- Votre Excellence, Monsieur le Président de l'Assemblée nationale du Togo
- Votre Excellence, Monsieur le Premier Ministre du Togo
- Votre Excellence, Monsieur le Président de la Commission de la CEDEAO
- Messieurs et Mesdames les Ministres du Togo et du Ghana
- Messieurs les Commissaires de la CEDEAO et de l'UEMOA,
- Messieurs les responsables des postes de frontière,
- Monsieur le Préfet de l'Avé,
- Chers collègues, Mesdames et Messieurs, chers invités.


Nous sommes convaincus que l’ensemble des infrastructures que nous allons inaugurer dans quelques instants détermineront fortement le futur des échanges commerciaux dans la sous-région ouest africaine.
L'ouvrage a été construit sur les ressources du programme régional de facilitation des transports pour l'intégration régionale qui en particulier a financé 3 postes de contrôle juxtaposés aux frontières, dont le poste de Sèmè-Kraké entre le Nigeria et le Benin, un autre poste à Malanville, entre le Benin et le Niger, et le poste à Noépé entre le Togo et le Ghana où nous nous retrouvons aujourd’hui.

Le projet à Noépé, pour un montant de 10,3 millions d'EUR, soit près de 6,75 milliards de FCFA ou un peu plus de 45 millions de Cedis, a rencontré, durant son exécution, quelques difficultés. Mais malgré cela, toutes les infrastructures ont été achevées grâce aux efforts de toutes les parties prenantes.

Prenant exemple de notre propre histoire européenne récente, nous pensons que l'intégration régionale est un des moteurs essentiels pour la stabilité politique, la paix, le développement durable et la réduction de la pauvreté. Aujourd'hui, Mesdames et Messieurs, en Europe les frontières internes n’existent plus – certains d'ailleurs semblent oublier l'époque où le passage des frontières impliquait contrôles et formalités des douanes – et si vous le demandez aux citoyens européens, cette simplification est un des acquis auxquels ils ne veulent plus renoncer.

Toutes les études sectorielles nous disent que des infrastructures fiables sont nécessaires, notamment pour le transport, l'énergie et les télécommunications, pour améliorer la performance de l’Afrique de l’ouest en matière de commerce. J'aimerais ajouter qu'en plus, il faut accompagner ces infrastructures de mesures législatives et de régulation pour que les temps d'attente aux postes de frontière diminuent de manière effective :

« A quoi ça sert, par exemple, d’arriver du port de Lomé au poste de frontière de Noépé en une heure si après on se doit d’attendre plus longtemps pour répondre à des tracasseries administratives ? Pourquoi c’est plus difficile de téléphoner du Togo au Ghana que du Togo en Europe ? »
L'intégration régionale ne peut être atteinte sans la suppression ordonnée des barrières commerciales, sans la mise en œuvre effective des politiques régionales, sans des institutions régionales fortes et de plus en plus représentatives, et finalement, sans la mise à disposition d'infrastructures adéquates, Certainement les postes de contrôle juxtaposés, tel celui que nous inaugurons aujourd’hui, constituent une étape importante vers cet objectif d'intégration et d'union douanière.
Mais la cérémonie d'aujourd'hui est aussi un symbole d'intégration humaine. Ce projet créera de la prospérité aux alentours et en même temps aidera à diluer les frontières, frontières que l'indépendance et le poids de l’histoire passée ont parfois capricieusement définies séparant de manière artificielle des êtres humains appartenant le plus souvent à des peuples frères. Nous l'avons vu en Europe, vous le connaissez en Afrique: le simple fait d’habiter d'un côté ou de l'autre d'une frontière, d'avoir des passeports différents, engendrent des malentendus et des regards suspicieux, ce que ne reflète pas le quotidien de l'immense majorité des individus voisins.

Citizens in Ghana or Togo, in West-Africa or in Europe, request answers for their direct needs. Beyond the regretful loss of human lives, what we have all observed in our beloved Burkina Faso these days is how public action in the 21st century does need to be close to reality. Regional integration is certainly one of these demands: no more exaggerated borders to trade and movements, no more artificial barriers to exchanges or cumbersome procedures to implement infrastructures.

On this respect, Ghana and Togo are an important example in terms of economic development and poverty reduction. Ghana and Togo have made a tremendous effort and had progressed significantly in the last decade. We wish this joint border post in Noépé strengthen the collaboration between Ghana and Togo and also between citizens of West Africa, regardless they are English-speaking or French-speaking.
A lot of literature has been written around the Economic Partnership Agreement, recently concluded, between West Africa and the European Union. Few have underlined that only 14% of total trade of West African countries is regional. Most of the times it is easier to exchange between China or Europe to Ghana or Togo for example, than between these two neighbouring countries. Of course, Europe has its interests in this region. Who doesn’t? But Europe has also values and continuously expresses our long term commitment with you and your people, a cultural proximity with you and your citizens. Nowadays, development and trade are unavoidably connected; more precisely your development and your intra-regional trade. We hope APE could be ratified shortly and its benefits start contributing to the economic development of West Africa soon.

Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi de conclure mon propos en vous assurant que l'Union européenne est, et continuera d'être, un fervent partisan de l'intégration régionale en Afrique de l'Ouest. Le 1,2 milliard d'euros, soit 800 milliards de FCFA ou 5 milliards de cedis, de subventions allouées au futur programme régional de l'UE en Afrique de l'Ouest pour la période 2014-2020 en témoigne clairement.

Vive l’intégration régionale en Afrique de l’ouest ! Vive la fraternité entre les citoyens de l’Afrique de l’ouest et l’Europe ! Vive les frontières que ne séparent pas mais renforcent l’avenir ensemble !

Thank you. Akpé. Je vous remercie.


Copyright LETOGOLAIS © 2002