Source ANADOLU AGENCY - 20/11/2014

Togo: l’opposition menace d’un "scénario burkinabé"

AA--20/11/14 --Des manifestations sont prévues vendredi pour protester contre le refus du chef de l'Etat, Faure Gnassingbé, de limiter les mandats présidentiels.

La tension est montée d’un cran ces derniers jours entre l’opposition qui a menacé d’un "scénario burkinabé" et le gouvernement qui compte sur le soutien de ses sympathisants pour y faire face.

L’opposition a appelé ses partisans et le reste de la population à descendre massivement dans les rues, vendredi 21 novembre 2014, pour manifester contre le refus du gouvernement d’opérer des réformes constitutionnelles en vue de limiter les mandats du président de la République, selon un communiqué du Combat pour l’Alternance Politique en 2015 « CAP-2015 » (groupement de partis politiques de l’opposition, appuyé par plusieurs associations de la société civile.

L’opposition a, de ce fait, appelé le président togolais, Faure Gnassingbé, à la tête de l’Etat depuis 2005 (deux mandats) , à engager les réformes constitutionnelles et institutionnelles escomptées afin "d’éviter un scénario burkinabé" et une fin semblable à celle de Balise Compaoré. La constitution actuelle ne pose aucune limitatation aux mandats présidentiels.

Réagissant aux menaces de l’opposition, le parti au pouvoir : « UNIR » a rétorqué que nul n'a le monopole de la rue. Il a ainsi appelé ses militants, à également descendre dans les rues, vendredi, pour soutenir l’Assemblée Nationale et les institutions de la République, selon un communiqué rendu public, jeudi.

Les réformes les plus importantes exigées par l’opposition et la société civile concernent les conditions d’éligibilité du Président de la République, la durée et la limitation des mandats présidentiels, l’institution d’un Sénat, la réforme de la Cour Constitutionnelle. Le Gouvernement prendra en charge ces propositions pour la prochaine législature».

En 1992, les Togolais avaient plébiscité à plus de 90% une Constitution qui prévoyait une limitation de l’exercice de la fonction présidentielle à deux mandats de 5 ans. Une disposition qui avait volée en éclat, quand l’assemblée monochrome RPT (Rassemblement du Peuple Togolais, parti présidentiel d'alors) avait rendu à nouveau les mandats illimités en 2002.

Les réformes portent également sur le respect des droits humains, le caractère républicain de l’Armée et des Forces de Sécurité, l’équité et la transparence des élections à savoir le mode de scrutin, le découpage électoral, le contentieux électoral, etc.

S’y ajoutent consécutivement le renforcement des moyens d’actions de la Haute Autorité de l’Audio-visuel et de la Communication (HAAC) », selon un communiqué de l’Accord politique global (Apg).

AA/ Lomé/ Alophonse Logo

Copyright LETOGOLAIS © 2002