28/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Jean Pierre Fabre: « la candidature unique est une question importante pour l’opposition; elle sera r

Des représentants de plusieurs partis politiques dont ceux du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT, le parti au pouvoir), de l’Union des Forces de Changement (UFC, opposition) de Gilchrist Olympio et du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR, opposition) de Me Dodji Apévon ont assisté à cette rencontre. Mais ce nouveau calendrier est déjà contesté par certains partis d’opposition dont l’UFC. L’Agence Savoir News s’est rapprochée de Jean Pierre Fabre, le secrétaire général de l’UUFC)

Savoir News: Comment appréciez-vous le nouveau calendrier de révision des listes électorales?

Jean-Pierre Fabre : Comme toujours, quand il s’agit de constituer le fichier électoral qui est le soubassement d’une élection crédible, sérieuse, je crois qu’il faut aller avec beaucoup de précautions. J’ai l’impression qu’on est entrain de donner dans la précipitation et cela me préoccupe. Nous ne voulons pas qu’on nous mette dans des délais étriqués. Nous voulons des délais raisonnables. Il y a des délais techniques qui sont incompressibles. Une opération pour être sérieuse, ne peut pas se dérouler en une semaine. La CENI ne peut pas nous dire qu’elle est tenue par des délais constitutionnels et réduire les opérations de révision à deux ou trois jours, selon les zones. Ce n’est pas possible. Si à un moment donné la CENI constate qu’on ne peut pas comprimer les délais et dépasser les délais constitutionnels, elle doit informer la classe politique qui va en discuter. Mais, elle ne peut pas dire qu’on doit tenir coûte que coûte les délais légaux au risque d’organiser des élections bâclées.

Savoir News : Donc, pour vous, on doit aller au-delà des délais constitutionnels pour tenir de bonnes élections ?

Jean Pierre Fabre : Si l’on constate que les délais techniques ne peuvent être réduits, on peut aller à un accord politique.

Savoir News : Est-ce que vous êtes de l’avis du président de la CENI qui estime que la machine électorale est déjà en marche avec l’annonce du nouveau calendrier de la révision des listes électorales ?

Jean Pierre Fabre : Vous voyez bien que la CENI avait prévu, pour des élections devant se tenir le 28 février 2010, une révision qui doit commencer le 19 novembre. Maintenant, la révision commence le 14 décembre, soit près d’un mois de retard et on maintient la date du scrutin au 28 février. Je pense qu’il est plus raisonnable de répercuter ce retard sur la date du scrutin. Dans le cas contraire, c’est un calendrier farfelu et fantaisiste.

Savoir News : Vous étiez dans les rues samedi dernier pour réclamer un scrutin à deux tours .D’aucuns estiment que ce n’est plus le moment et qu’il faut envisager une autre stratégie. Qu’en pensez-vous ?

Jean Pierre Fabre : Je n’ose pas qualifier ceux qui tiennent ce commentaire, parce que c’est nous qui allons aux élections et c’est nous qui savons si c’est le moment ou ce n’est pas le moment de réclamer un scrutin à deux tours. Pour nous, c’est le moment. Sans les deux tours, il n’y aura pas d’élections au Togo. Çà, je peux vous le garantir.

Savoir News : Est-ce que vous avez les moyens d’empêcher ces élections de se tenir et quels sont-ils ?

Jean Pierre Fabre : Ecoutez, moi je fais de la politique et je m’emploierai à faire en sorte qu’il n’y ai pas d’élections à un tour au Togo qui vont déboucher sur la violence, la fraude etc. Je m’emploierai à le faire. Je crois avoir été suffisamment clair. Ne me demandez pas comment je vais faire pour empêcher que ces élections n’aient pas lieu sans les deux tours.

Savoir News : Qu’en est-il de question de la candidature unique de l’opposition ? Certains estiment même que le « comité mixte » n’existe plus.

Jean Pierre Fabre : Nous sommes dans une opposition sérieuse qui a envie de mettre fin au règne d’une famille qui dure depuis plus de quarante ans au Togo et pour cela il nous faut une stratégie sérieuse et qui amène les partis politiques à faire certains sacrifices. C’est une stratégie électorale. C’est interne aux partis de l’opposition. C’est difficile mais nous allons y parvenir. La question de la candidature unique est une question importante pour l’opposition ; elle sera réglée.

Propos recueillis par Erick KAGLAN