30/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Kodjo et Péré se déclarent satisfaits de leur exclusion du RPT

PANAPRESS, Lomé, Togo, 8 août 2002

L’ex-Premier ministre du Togo Agbéyomé Kodjo et le député Dahuku Péré ont pris acte, en s’en félicitant, de leur exclusion du Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir), apprend-t-on jeudi à Lomé de source officielle.

Dans une déclaration datée du 7 août et intitulée: « Réaction commune à la décision du Comité central du Rassemblement du peuple togolais », les deux hommes soulignent avoir pris acte de leur exclusion en la considérant comme une délivrance.

« Il est préférable pour nous, en effet, d’être exclus d’un parti politique dont les méthodes et les pratiques des organes dirigeants sont détestées par les Togolais, plutôt que de continuer à lui appartenir », écrivent les deux exclus.

Selon eux, « une formation politique qui refuse d’être à l’écoute de ses militants, qui interdit la liberté d’expression, le débat contradictoire et s’oppose à des réformes dont elle a besoin pour s’adapter et répondre aux défis des temps modernes, n’a plus de perspectives et n’incarne donc plus l’avenir ».

MM. Péré et Kodjo remercient les nombreux militants et militantes du parti qui ont adhéré à l’idée de réformer cette formation politique et les encouragent à la réflexion, à la résistance et à la persévérance.

Les Togolais ont longtemps payé de lourds tributs et souhaitent entrer dans l’espérance, affirment en substance les deux amis qui, la percevant comme un élément stimulateur, affirment que « cette décision, loin de nous distraire, doit plutôt stimuler notre détermination à approfondir nos réflexions pour qu’ensemble, au-delà des clivages politiques, nous puissions trouver les bases d’une refondation morale et citoyenne de notre nation ».

Cette déclaration n’avait pas encore suscité de réaction du parti en fin d’après-midi, relèvent les observateurs.

L’ancien chef du gouvernement togolais, aujourd’hui exilé en France, et le député Dahuku Péré, qui réside toujours à Lomé, ont été exclus du RPT mardi pour avoir publiquement dénoncé la «corruption» du régime du président Eyadéma