06/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

La CNDH du Togo réclame une autopsie internationale d’Atsutsè Agbobli

APA – 30/08/08 – La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) du Togo souhaite une autopsie par des médecins légistes internationaux du corps du journaliste politologue, historien et ancien ministre togolais Atsutsè Kokouvi Agbobli, retrouvé mort à la plage de Lomé, a appris APA auprès de l’organisation.

«Dans la poursuite de ses investigations, la commission a sollicité le consentement de la famille Agbobli en vue de l’autopsie du corps par des médecins légistes internationaux», indique un communiqué de la CNDH reçu vendredi à APA.

L’organisme togolais de défense des droits de l’Homme révèle aussi avoir saisi le même jour le bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme, aux fins de dépêcher un médecin légiste aux fins de l’autopsie.

«Des consultations sont également en cours avec la commission consultative Française des Droits de l’Homme en vue de la désignation d’un expert médico-légal de Paris pour le même objet», précise le communiqué.

Le journaliste politologue, historien et ancien ministre togolais Atsutsè Kokouvi Agbobli, a été retrouvé mort vendredi 15 aout dernier sur la plage de Lomé.

Selon le Procureur de la République, Robert Bawoubadi Bakaï, citant le rapport d’expertise produit par Pr Gado Napo-Koura, de la Faculté mixte de Médecine et de Pharmacie de l’Université de Lomé, également Chef du service d’anatomie et cytologie pathologique du CHU Tokoin à Lomé, Atsutsè Kokouvi Agbobli serait décédé des suites d’une intoxication médicamenteuse.

La CNDH, préoccupée par les circonstances qui ont entouré ce décès, a rappelé avoir mis en place depuis le 16 août une commission d’enquête de trois membres qui est déjà à pied d’œuvre.

Elle a souligné que l’enquête se poursuit et qu’elle publiera son rapport définitif une fois les investigations menées jusqu’à leur termes.