27/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

La diaspora togolaise en Belgique célèbre la victoire des Eperviers

Le film de l’ambiance comme si vous y étiez

Vendredi 7 octobre 2005, veille de la fatidique rencontre TOGO – CONGO comptant pour la dernière journée de qualification pour la coupe du monde 2006 en Allemagne, dans la communauté togolaise c’est l’anxiété et l’angoisse.
Si d’aucuns tablaient sur un complot entre la FIFA, la CAF et la Fédération sénégalaise de Football contre le Togo, ce petit poucet qui veut entrer dans la cour des grands et fausser les donnes en matière de rendement des équipes africaines lors du mondial allemand, d’autres, convaincus que rien ne peut se faire sans l’aide et la volonté de Dieu, se sont regroupé dans l’enceinte de l’église de la communauté togolaise située un peu au nord de Bruxelles à Anderlecht pour implorer la bénédiction divine sur les Eperviers.

Le jour J, 8 octobre, très tôt en début d’après midi, des messages et des appels circulaient sur les téléphones portables pour convier tous les compatriotes au seul café togolais de Bruxelles, Belafrica en cas de victoire des Eperviers. Mais déjà dès 14 heures, heure locale, soit midi Gmt, certains férus du ballon rond ont commencé à se regrouper dans le café, où pour la circonstance, un ordinateur a été branché pour suivre la rencontre sur Internet sur les sites de Radio Lomé et de RFI.

L’ambiance, entretenue par la bière locale Jupiler, était bon enfant lorsqu’on annonce le début de la rencontre à Brazzaville. Comme un seul homme, les Togolais présents et certains belges qui partageaient cette atmosphère conviviale, se levèrent pour entonner l’hymne national «Terre de nos aïeux » et la chanson fétiche «Fofo si n’sélé ». Mais très tôt, le premier but congolais à la 36è minute viendra zapper un instant, le moral des uns et des autres. « C’est ce qu’on se disait, la FIFA fera tout pour que l’arbitre fasse des conneries et élimine le Togo » se lamente Anas, un compatriote qui évolue dans la série B de football belge, l’équivalente de la 3è division. « On égalisera, Allah Akbar ! » dit Aminou qui n’arrête pas de tourner et retourner son chapelet entre. Jusqu’à la pause, l’espoir était toujours de mise et les bouteilles de bière se succèdent pour diminuer l’angoisse.

A la reprise, le nombre de supporters des Eperviers va grandissant. L’égalisation de Shéyi est venue donner du boum au cœur de tout le monde. Et la bière recommençait à couler à flot. La douche froide causée par le 2è but congolais fait baisser le rythme dans la communauté. Pendant ce temps, un Sénégalais de passage dans les environs jubile et annonce la fin du parcours pour les Eperviers car le Sénégal venait de marquer son 2è but contre le Mali. Roland, un autre joueur de la série B se lève et entonne une autre chanson fétiche de l’équipe nationale du Togo, «vonvon nawo », l’ambiance reprend et pour la deuxième fois, l’égalisation vient renforcer cette ambiance surchauffée. Rémi, arrivé quelques minutes plus tôt, offre la tournée de bière à toute l’assistance. A présent, tout le monde y croit dur comme fer, les Eperviers ont un pied en Allemagne, il faut donc le but libéralisateur.
Le Sénégalais Diop présent parmi les Togolais, après avoir reçu un coup de fil, annonce le 3è but des Lions de la Téranga et à son tour, offre la tournée aux Togolais pour ce duel qui oppose les deux pays pour la qualification. Pour lui les dés sont jetés, ce sera au Sénégal d’aller défendre les couleurs de l’Afrique en Allemagne. Mais à peine a-t-il fini de payer sa commande, que Kader offre le but de la victoire aux Eperviers. Diop retient sa tête entre ses mains et implore une égalisation des Congolais. Mais ce sera peine perdue.
Dans la foulée, des T-shirts à l’effigie des Eperviers et des couleurs nationales s’arrachaient à 10 euros, soit 6550 Fcfa. Peu après, une horde de Togolais à bord de plusieurs voitures ornées de drapeau togolais affluaient à Belafrica, jouant des tam-tams et klaxonnant à tue-tête. Après quelques heures d’ambiance torride, le cortège se dirigea vers Gand, une ville située à une trentaine de minute au Nord Ouest de la Belgique, où le styliste togolais Fall Touré a improvisé une soirée dansante à AFRICUNDA, un night club tenu, tenez-vous, par des Sénégalais.

La victoire des Eperviers, pour une fois, a rassemblé ici en Belgique les Togolais de tous bords, qui ont fait table rase de leur division, de leur égoïsme et de leur appartenance politique pour se regrouper et fêter une victoire nationale.

Tous promettent de se retrouver dans quelques mois en Allemagne pour apporter leur soutien aux Eperviers et porter ainsi haut le flambeau togolais.
Puisse la concorde, la fraternité et la fierté nationale qui ont animé les Togolais vivant ou résidant à l’extérieur du pays suite à la victoire de l’équipe nationale, les amener à se retrouver dans un processus de réconciliation, qui favorise le dialogue sincère afin de permettre à la terre de nos aïeux de sortir de l’ornière et de l’embrigadement dans lesquels il se trouve plongé depuis plus de 38 ans déjà.

Innocent SOSSOU
Bruxelles, le 12 octobre 2005