26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

La fin de la guerre des prix dans les cybercafés de Lomé

L’Association des cybercafés de Lomé a harmonisé les prix dans tous les cybercafés de Lomé et de l’intérieur du pays. Le tarif horaire qui oscillait entre 300 et 500FCFA est devenu unique. Depuis le 9 janvier, le tarif est de 500F l’heure. Cette décision a été prise pour «mettre fin à la concurrence déloyale que pratiquent certains cybers évanescents » a dit le Président de la dite association.

Il est vrai que l’on constate l’apparition de cybers qui font des prix très concurrentiels mais disparaissent au bout d’une courte période. Cette pratique commerciale «déloyale» affaiblit les grands espaces dont quelques-uns ont fermé leurs portes.

La plupart des directeurs ont affirmé que leurs chiffres d’affaires ont fortement diminué, obérant l’existence même de leur entreprise. « L’interruption des Netphone (téléphone par Internet) a contribué largement à la diminution de nos marges » a rappelé le trésorier de l’Association. Mais la décision en zone de libre échange et dans un territoire qui se dit capitaliste parait quelque peu douteuse. Lomé compte plus 300 000 internautes et les coûts d’exploitation de ces centres sont moins onéreux. Nombreux sont les centres qui pratiquent le tarif horaire de 300F depuis deux ans et qui n’ont jamais fait faillite.

La décision d’harmonisation des prix constitue une politique de récupération des grands centres pour asseoir leur domination dans un secteur très lucratif et éviter ainsi leur disparition. La plupart des cybers appartient à cette bourgeoisie d’affaire à laquelle Lomé 2 permet tout.

Les Loméens sont des fous d’Internet, mais leur engouement se limite à ses aspects ludiques comme la messagerie, l’écoute des musiques et le téléphone qui permet le contact avec la diaspora et la rentrée de millions de devises pour soulager la misère des populations.

La rédaction letogolais.com