24/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

La LTDH émet des doutes sur la sincérité du gouvernement au sujet du Dialogue National

LIGUE TOGOLAISE DES DROITS DE L’HOMME
Association créée le 20 juillet 1990 en vertu de la loi du 1er juillet 1901
Récépissé N° 1218/MATD-SG-DAPOC-DOCA du 07 octobre 2005
Affiliée à la FIDH, l’UIDH et la CIJ

DECLARATION

La Ligue Togolaise des Droits de l’Homme émet des doutes sur la sincérité du gouvernement au sujet du Dialogue National

L’ouverture du Dialogue National, le 18 novembre 2005, par le Chef de l’Etat, M. Faure Gnassingbé, est perçue par la majorité des Togolais et la LTDH comme un non-évènement.

En effet, le scepticisme voire l’indifférence des Togolais s’expliquent par le sort de toutes les négociations politiques entre le régime militaire RPT et les partis de l’opposition démocratique. Il s’est toujours agi d’un marché de dupes dans la mesure où les engagements pris lors des précédents dialogues n’ont jamais été respectés par le pouvoir RPT par manque de volonté politique.

Par rapport au successeur du Général Eyadéma, son fils, Faure Gnassingbé, la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme a de sérieuses raisons de nourrir les mêmes inquiétudes quant au refus d’un vrai dialogue aux termes de l’engagement 1-1 pris à Bruxelles le 14 avril 2004.

Les initiatives unilatérales et arbitraires visant à imposer aux interlocuteurs du pouvoir RPT une méthode de négociations sans ordre du jour dégagé de façon consensuelle, à choisir des partenaires représentatifs au Dialogue National mettent en doute une réelle volonté politique pour régler la crise togolaise qui est essentiellement un problème lié au déficit démocratique et à la légitimité du pouvoir.

La Ligue Togolaise des Droits de l’Homme est vivement préoccupée par la conduite et l’interprétation que font les autorités togolaises de ce dialogue qui doit débattre de sujets importants comme la démocratisation, l’impunité et surtout du respect des droits de l’Homme et des libertés publiques ; dialogue politique en perspective dont elle est d’ores et déjà délibérément exclue par le gouvernement.

La LTDH, première organisation de la société civile, réitère son attachement aux idéaux démocratiques, de justice sociale et de paix et sa disponibilité à apporter sa contribution et ses réflexions pour un règlement durable de la crise togolaise.

La LTDH estime que le Dialogue National ne saurait se dérouler sans une garantie internationale qui veillerait à l’exécution immédiate de toutes les décisions arrêtées de commun accord et au respect d’un chronogramme.

Si les différentes négociations au Togo ont échoué dans le passé, c’est parce que la communauté internationale, notamment l’Union Européenne, l’ONU et la France n’ont jamais fait de pressions nécessaires pour imposer un règlement de la crise togolaise. Par conséquent, la LTDH lance un vibrant appel à la communauté internationale et aux partenaires au développement pour parrainer un dernier dialogue intertogolais sincère en vue de la résolution globale et définitive de la crise.

Lomé, le 25novembre 2005

Le Vice-Président,
Etsri Hihédéva CLUMSON-EKLU

LIGUE TOGOLAISE DES DROITS DE L’HOMME
527, rue 77 Assahoun Tokoin-ouest BP : 2302 LOME – TOGO
Tél/ Fax : (228) 220 70 86 Cel. : 918 55 25
Compte Bancaire BTCI : TOO24 01030 0063384 00180
E-mail : ltdh@tg.refer.org / ltdh@justice.com