28/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

La mosquée centrale désertée à Bafilo

Les fidèles musulmans de la ville de Bafilo au nord du Togo sont en rébellion contre l’imam, imposé depuis le mois de novembre 2002 par les autorités politiques. Actuellement, les prières se déroulent constamment sur haute surveillance militaire.

La mosquée de Bafilo est la plus grande mosquée du Togo où les prières sont dirigées par des imams érudits .Tous les vendredis, les mosquées étaient bondées jusqu’au conflit né il y a quelques mois : le désaccord des fidèles sur le choix du nouvel imam. Traditionnellement, la succession est tournante entre les quartiers de Didaourè et Kparataou et essentiellement entre deux familles, les Traoré et les Bah-Traoré ; l’imam choisit son successeur avant de mourir. Les Bah-Traoré contestent aujourd’hui le nouveau postulant choisi dans la famille Touré, il est traité d’opposant. Les intérêts politiques guident donc le choix de la succession.. L’édifice coutumier consolidé depuis des siècles va être brisé.

Les cadres de la région avec le soutien des autorités politiques complotent et font entorse à la loi coutumière créant ainsi des dissensions au sein de la communauté religieuse de la préfecture d’Assoli. Cette ambiance délétère a été aggravée par l’incarcération, en juillet dernier, de 8 fidèles à Kara. Les soulèvements pour réclamer la libération de ces détenus arbitraires ont été violemment réprimés par les militaires. D’autres fidèles ont été arrêtés en pleine prière dans le quartier de Kparataou. Et depuis, un imam a été imposé contre le gré de la plupart des musulmans. Depuis le 17 septembre 2002, 9 personnes sont toujours en prison avec des peines de 6 à 18 mois. Coïncidence curieuse, tous les détenus sont des responsables politiques locaux des partis de l’opposition. Les habitants accusent Ernest Gnassingbé d’être le principal instigateur de ces actes et manœuvres.

La ville de Bafilo vit actuellement sous l’état de terreur et de psychose. Elle est quadrillée par des militaires venus du camp Landja (Kara). Il est donc clair que le nouvel imam est inféodé au pouvoir. Il y a deux semaines en plein carême, le pouvoir a tenté de soudoyer les fidèles musulmans en leur offrant des vivres d’une valeur d’environ 75 millions de FCFA, un geste attribué au chef de l’Etat togolais. La majorité des musulmans du pays ne veut pas être concernée par ce geste qualifié de ‘magnanime’ par l’imam contesté et largement divulgué par les griots du pouvoir.

Les musulmans de Bafilo refusent cet amalgame et prient actuellement clandestinement. Ils boudent la mosquée confisquée par le pouvoir politique. Le ramadan est passé sous silence mais les fidèles ne décolèrent pas face au pouvoir de Lomé.

La rédaction

Lire aussi
[Bafilo : le drame que vivent les populations->http://www.pdr-togo.org/comite.htm]
[Bafilo,quand la succession de l’Imam vire au drame->http://www.togoforum.com/TribuneLibreBafilo072602.htm]

Parchemin du IX-Xe siècle):  » Il n’appartient pas à un mortel auquel Dieu a donné le livre, la Sagesse et la Prophétie de dire ensuite aux hommes : « Soyez mes serviteurs, et non [pas ceux de Dieu. »] «