03/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

La polémique resurgit autour de la débâcle du Togo à la CAN 2002

Lomé, Togo (PANA) – Le ministre togolais de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, Komi Klassou, a affirmé jeudi à Lomé que l’ex-sélectionneur de l’équipe nationale du Togo, Tchanilé Bana,avait obtenu des moyens suffisants pour permettre une bonne préparation de l’équipe pour la phase finale de CAN 2002 au Mali.

S’exprimant lors d’un point de presse, M. Klassou a justifié la débâcle des ‘Eperviers’ par les erreurs tactiques et techniques accumulées par l’ex-entraîneur limogé pour insuffisance de résultats après le CAN.

Il a rappelé qu’aucun milieu de terrain n’avait été aligné lors des premiers matches livrés par les « Eperviers » à Sikasso.

Cette sortie du ministre togolais des Sports intervient après des interviews accordées à deux journaux togolais par Tchanilé Bana et dans lesquelles il est revenu sur la débâcle de la sélection togolaise lors de la CAN au Mali.

L’ancien coach a attribué la défaite de sa formation à la gestion opaque du football togolais, notamment par le président de la Fédération togolaise de football (FTF), Rock Gnassingbé, un des fils du président togolais Gnassingbé Eyadéma.

Pour le ministre Klassou, la non-sélection de certains joueurs talentueux togolais s’explique par le fait que l’ex-entraîneur exigeait des joueurs sélectionnés le versement d’une partie de leurs primes.

Il a également fait observer que toutes les dispositions de l’accord intervenu entre les joueurs et les dirigeants du football togolais ont été respectées, notamment le versement avant le départ de Lomé de 3 millions de FCFA dont un million par le chef de l’Etat lui-même et 1,5 million après chacun des deux
matches nuls (0-0) enregistrés (face à la Côte d’Ivoire et la
République démocratique du Congo).

Lors de la CAN 2002, le Togo n’avait marqué aucun but en trois rencontres et avait été sévèrement battu 3-0 lors de son dernier match de poule par le
Cameroun.

Lomé – 01/08/2002