08/08/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Le combattant solitaire

Il marche, marche. Fougueux et matois
Le regard perdu dans le lointain horizon
Sans but fixe ni logique qui tienne.
Il clame, à perdre haleine, sa singulière témérité
En s’imposant à tous comme le meilleur de tous.
Sueurs froides sur le front dégoulinant
Il poursuit en homme solitaire son chemin
Le chemin du combattant des sables.
Devant lui, le désert vaste, très vaste
Derrière, pas d’hommes pour marteler les pas
À ses côtés, pas d’hommes bê ê ê qui suivent.
Seul avec son cœur gros comme guide
Seul avec ses mots disparates comme glaive
Seul avec son ombre comme compagne.
Le sable chaud répertorie mal ses empreintes
Les dunes répercutent sa voix inaudible
La voix du commandeur hargneux
La voix exécrable du tyran-ex aequo
La voix désastreuse du désastre destructeur.
L’écho de ses propos retentit dans le vide
Le vent éparpille ses paroles trompeuses.

Il continue pourtant seul sa marche
La marche effrontée vers l’inconnu.

De l’étendue sableuse du désert chaud
Sauvez le combattant esseulé qui s’éloigne
Le guerrier flâneur qui abandonne les siens
Pour un combat sans adversaire.
Dans le désert! Contre soi-même!
Drôle de combat pour un guerrier si drôle!
L’histoire d’un peuple s’écrit héroïquement
Au mieux avec la plume. Au pire avec le sang
Mais pas au prix qu’imposent les Bouchers.

Amorin est Martyr, logé indéfiniment en nous
Comme une eau intarissable qui donne force et vie.
Sa Vérité crue transperça des cœurs d’ogres.
Boko a dû franchir les mers, loin de la mère-patrie.
Contre les fous, il n’a que des orties à la bouche
Pour donner insomnies et démangeaisons aux vampires.
Son Non au carnage fut l’un des plus retentissants!

Quant au combattant des dunes désertiques
Il n’y a pour lui qu’une voie de sortie:
Humilité! Humilité! Humilité!
Une vertu qui élève l’homme et l’honore.
Quand saura-t-il enfin se faire grand
Courageux et digne d’un homme modèle
Sans égoïsme aveugle ni hypocrisie
Sans héraut bouffon ni gong tapageur?

Fait le 27 mi 2006
Bremen, Allemagne,
Ali Akondoh