28/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Les démocrates Togolais face à leur destin

La reculade de Faure Gnassingbé constitue un échec pour l’armée togolaise, et un succès pour les démocrates dans leur ensemble. Mais ne versons pas dans l’illusion: la route sera longue, et la lutte âpre. Pour transformer « l’essai » en une victoire totale, un certain nombre de précautions s’imposent.

– Éviter le piège ethnico-tribal : le problème actuel n’est pas celui d’une division Nord-Sud, ou « Kabye » contre « gens du Sud ». Il est nécessaire de ne pas se laisser entraîner dans un tel engrenage.

– Dépasser les frontières « idéologiques » traditionnelles. Le Rassemblement du Peuple Togolais (R.P.T.) a été pendant de longues années un « Parti-État », comme au Zaïre. Tous les Togolais en étaient d’office membres A l’heure du multipartisme, certains ont eu le courage de claquer la porte de façon tonitruante, en dénonçant ses travers. D’autres n’en pensaient pas moins, mais n’ont pas eu ce courage. Du nord au sud, et de l’est à l’ouest du Togo, il serait difficile de trouver une famille qui n’ait souffert, de près ou de loin, du régime autocratique imposé par Éyadéma.

C’est pourquoi dans leurs mots d’ordre les partis d’opposition, au delà de leurs militants, doivent appeler à la mobilisation tous ceux qui aiment le Togo et sont convaincus que l’avènement d’un nouvel ordre est indispensable pour le bien-être de ses populations.

– Éviter une focalisation obsessionnelle sur Fambaré Natchaba. C’est une voie qui va s’avérer rapidement sans issue. Il me paraît beaucoup plus urgent de dépouiller Faure Gnassingbé de ses habits d’emprunt. C’est un citoyen comme un autre, et il faut le ramener à sa juste mesure: il n’a pas le droit d’utiliser les moyens de l’État et des prérogatives usurpées pour rencontrer ses partisans ou pour voyager.

– Se donner les moyens de ses ambitions. Le temps presse, et il faut occuper le terrain national, mais aussi régional et international. Je propose donc à l’opposition d’envoyer une délégation à Niamey et à Abuja pour rencontrer les Présidents en exercice de la C.E.D.E.A.O. et de l’Union Africaine, messieurs Tandja et Obasanjo. Ils se sont beaucoup impliqués depuis le 5 Février. Ce serait l’occasion de les remercier de leur appui, et de les solliciter à nouveau en leur soumettant les mesures que l’opposition pense être les plus appropriées pour conduire à des élections « propres » et sans exclusive, selon le vœu du Président Alpha Oumar Konaré.

Nous sommes face à notre destin. Canalisons toutes nos énergies pour le conquérir !

René Ahlonko Sanvee.