28/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Lettre pastorale de l’Eglise Méthodiste du Togo

LETTRE PASTORALE DE L’EGLISE METHODISTE DU TOGO AUX COMMUNAUTES METHODISTES DU TOGO ET A TOUS LES HOMMES ET FEMMES EPRIS DE JUSTICE ET DE PAIX.

L’Eglise en tant que communautés de chrétiens a le devoir de contribuer à la promotion et au respect de la dignité humaine et à l’édification sociale et spirituelle de la Nation.

La situation socio-politique et économique que traverse actuellement notre pays, le TOGO interpelle l’Eglise Méthodiste dont les membres sont partie intégrante de la Nation. D’aucuns se poseront des questions sur l’opportunité de cette démarche.

Cependant, si la politique se définit comme voies et moyens devant permettre l’épanouissement des citoyens, il est donc évident que l’Eglise y soit partie prenante. C’est ainsi que depuis 12 ans, nous n’avons jamais cessé d’éclairer le peuple sur sa responsabilité à s’impliquer dans la recherche de son bonheur par une participation active et une mobilisation générale vis-à-vis des défis qui lui sont lancés à l’ère de la démocratisation (cf. lettre pastorale du 03/12/1990, du 02/04/1993 et du Synode de mars 1995).

Nous constatons qu’au lieu d’une prise de conscience générale des enjeux de l’heure, le peuple tend de plus en plus à se réfugier dans le silence en se désintéressant systématiquement de ce qui le concerne fondamentalement.

Ce serait manquer au devoir de l’Eglise méthodiste du Togo et à notre devoir de serviteurs de Dieu que de ne pas attirer l’attention de nos fidèles, des hommes et des femmes épris de justice et de paix au Togo, sur l’urgence d’une prise de conscience générale face à la crise.
Cette mobilisation requiert la participation de toute la classe politique et de la société civile car l’avenir du TOGO dépend au prime abord des Togolais eux-mêmes qui auront pris la décision d’améliorer leur condition existentielle. Togolais : « Lève-toi, car cette affaire te regarde » Esdras 10 : 4

I. Constat

1. la pauvreté de la population togolaise prend des proportions de plus en plus inquiétantes.
L’Etat des structures socio-éducatives et sanitaires interpelle profondément notre conscience de chrétien et de citoyen.

2. Dans un contexte ou partager signifie accaparer, et acquérir signifie spolier, il urge de se poser des questions sur les leviers qui constituent les valeurs morales de notre système de gouvernance. La corruption apparaît aujourd’hui comme un fait social total. Il est important de s’intéresser à ce qui se passe dans les services publics car ces lieux ont tendance à devenir de véritables sites de prébendes. Non seulement la culture de l’impunité tend à se généraliser, mais aussi devient un facteur de manipulation et de protection.

3. Cette situation crée un climat de violence sous toutes ses formes.

A ce climat de violence, vient s’ajouter un sentiment de repli sur soi des communautés, occasionnant de leur part une réaction identitaire et un sentiment de rejet et d’exclusion.

4. Face à tout ce contexte e crise et de violence, nombreux sont les jeunes qui aspirent à l’émigration. Un tour dans les chancelleries occidentales démontre à quel point nos communautés se dépeuplent de leurs bras valides.

5. le phénomène du développement des enfants de rue et des enfants déscolarisés interpelle profondément nos systèmes de solidarité tant au niveau de nos structures familiales qu’au niveau des institutions d’Etat. Ces enfants sont devenus une menace évidente pour la sécurité des populations du fait qu’ils sont la proie facile des groupes de violence et des trafics de tout genre.

6. Par ailleurs, le climat politique est caractérisé par une adversité sans précédent tant au niveau du langage que de actes..En outre, la non participation de certains partis politiques aux élections nous questionne sur la notion de consensus qui doit sous-tendre notre jeune démocratie.

7. Le comble dans cette situation est que le nom même de Dieu ou son image sont manipulés et pervertis de part et d’autre, reléguant ainsi dans la périphérie le Dieu Vérité-Justice incarnée en Jésus-Christ ; le Dieu Emmanuel.

II- Le Citoyen au service de son pays. Lève-toi, car cette affaire te regarde ».

Dans le contexte actuel de notre crise, il devient urgent d’attirer l’attention du peuple sur la non participation au développement de son pays.

1. Le vote est un acte grave que doit poser chaque citoyen, car non seulement, il engage la vie de son pays mais aussi conditionne sa propre vie et son avenir.
L’Eglise Méthodiste affirme que le contexte togolais aujourd’hui requiert un scrutin libre, transparent, équitable susceptible de rassembler tous les acteurs de la vie politique pour une unité nationale. Toute action allant à l’encontre de ces principes devient une menace évidente à la Paix et à la cohésion nationale. L’Eglise Méthodiste du Togo n’entend pas cautionner l’organisation d’élections qui ne rassembleraient pas tous les protagonistes d’une part, et qui ne tiendraient pas compte des aspirations profondes du peuple d’une part.

2. Concernant l’Education et la Formation, et compte tenu de la place centrale qu’elles occupent dans tout processus de transformation sociale, l’Eglise Méthodiste du Togo demande que davantage de ressources soient mobilisées au profit de ce secteur stratégique et vital surtout à l’occasion de cette rentrée scolaire.

3. L’Eglise Méthodiste du Togo demeure très préoccupée par la crise du VIH/SIDA. Aujourd’hui le sida n’est plus un problème de santé publique. Il est devenu un enjeu de développement et des droits humains pour nos sociétés vivant dans des conditions d’extrême pauvreté.
L’Eglise Méthodiste du Togo proteste contre le phénomène de contamination volontaire du VIH/SIDA aux jeunes. Ces genres de comportement sont non seulement des actes de délinquance, mais aussi des actes immoraux et criminels qui doivent être punis conformément à la loi.

L’Eglise Méthodiste demande à l’Assemblée nationale et au Gouvernement de prendre des mesures énergiques pour démasquer et punir ceux qui se livrent à ses actes criminels. Pour sa part, elle continue sa mission de sensibilisation et d’accompagnement pastoral dans la lutte contre cette pandémie.

4. L’Eglise Méthodiste reconnaît que la crise actuelle demande la redéfinition de nouvelles stratégies avec la mobilisation de toutes les ressources disponibles.

C’est pourquoi elle interpelle toutes les composantes de la Nation à prendre conscience de la gravité de la situation et à réfléchir avant de poser tout acte.
Il nous faut commencer par bannir de notre conscience la culture de l’hypocrisie , de la diffamation, de l’exclusion et du mensonge. Notre contexte laisse penser que seul le faux est vrai parce qu’il rassure et le vrai est faux parce qu’il dé-sécurise. L’urgence du moment exige que les gestes se fassent désormais les yeux dans les yeux en toute responsabilité, avec amour et dans la vérité.

5. Du reste nous savons que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu.
Le Togo renaîtra obstinément de la crise à partir de son dynamisme et à partir de la capacité d’invention et d’innovation des cerveaux des Togolais
Cet engagement ne constitue pas une option mais la nature même de l’engagement chrétien au service de la Nation. L’Eglise Méthodiste du Togo reste disposée à œuvrer avec tous les acteurs de la vie politique et de la société civile pour une sortie de crise heureuse.

Voilà pourquoi, il faut dès à présent commencer par faire œuvre de mémoire ensemble afin de s’engager dans la voie de la réconciliation. Nous reconnaissons que cette démarche est coûteuse sur les plans émotionnel, psychologique et moral mais elle est nécessaire pour apaiser les esprits et garantir la paix :
Que Dieu nous aide à affronter ces défis dans l’amour, la vérité, la solidarité et la, paix .

A Dieu soit la gloire !