26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

L’opposant Olympio dénonce « le coup d’Etat permanent » du général Eyadéma

PARIS, 21 mai (AFP) – 21h16 – Gilchrist Olympio, opposant historique au président togolais Gnassingbé Eyadéma, et exclu de la présidentielle au Togo du 1er juin prochain, a dénoncé mercredi à Paris « le coup d’Etat permanent » du chef de l’Etat, au pouvoir depuis 36 ans.

« De 1967 jusqu’à ce jour, le président Eyadéma (arrivé au pouvoir par un coup d’Etat) s’est maintenu par une succession de coups de force », a affirmé dans une conférence de presse le principal opposant et président de l’Union des forces du changement (UFC).

Dénonçant le « régime de terreur » imposé par celui qui, en 1963, a participé en qualité de sergent à un coup d’Etat qui s’est traduit par l’assassinat du président Sylvanus Olympio, son père, l’opposant a affirmé qu’il vivait en exil pour des « raisons de sécurité ».

« L’armée, a-t-il dit, entretient un état d’insécurité dans tout le Togo par des attentats contre la personne et les biens des personnalités politiques et des populations civiles ».

Le général Eyadéma a fait modifier en décembre 2002 la Constitution afin de pouvoir briguer un nouveau mandat présidentiel et empêcher son principal opposant de participer à cette élection.

Vivant en exil, celui-ci n’a en effet pu justifier d’avoir vécu l’année 2002 dans son pays et n’a pu présenter de « quitus fiscal ».

Concernant la candidature du général Eyadéma, M. Olympio a affirmé que « c’était en présence du président Jacques Chirac, à Lomé, que le président togolais, le 21 juillet 1999, devant la presse internationale, avait fait la promesse solennelle qu’il ne modifiera pas la Constitution et qu’il ne briguera pas un troisième mandat ».

Au total, sept candidats se présentent à la présidentielle à un tour du 1er juin.