25/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

L’opposition boycotte la Commission de révision du code électoral

LOME, 13/07/2004) (XINHUANET) — L’opposition traditionnelle radicale au Togo a boycotté lundi la mise en place de la Commission nationale pour la révision du code électoral et de l’élaboration du cadre juridique du financement des partis politiques.

L’Union des Forces de Changement (UFC), le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) et la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA), partis radicaux de l’opposition traditionnelle, n’ont pas envoyé de représentants au sein de cette commission installée lundi à Lomé par le premier ministre togolais, Koffi Sama, au cours d’une cérémonie officielle.

Intérrogé par la presse, le Secrétaire général de l’UFC, Jean- Pierre Fabre, a estimé, pour justifier le boycottage de son parti, que »le gouvernement n’est pas habilité à procéder, seul, à la mise en place de cette commission. » Pour le numéro 2 de l’UFC, il appartient au dialogue national amorcé, qui implique le gouvernement, les partis politiques et la société civile, de décider de la mise en place de ladite commssion.

Une seule formation de l’opposition traditionnelle, la Convention Patriotique Panafricaine (CPP) s’est, quant à lui, représentée au sein de la Commission.

La révision du cadre électoral en vue d’assurer des élections transparentes et pluralistes au Togo constitue l’un des 22 engagements démocratiques pris par le gouvernement togolais le 14 avril dernier auprès de Bruxelles, en vue d’obetnir la reprise de la coopération européenen après 11 ans de suspension.

© Copyright Xinhuanet