28/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

L’opposition mobilise pour un scrutin à 2 tours

PANA – 29/11/2009 – L’Union des forces de changement(UFC), principal parti politique de l’opposition a drainé ce samedi à Lomé, des milliers de manifestant en faveur du rétablissement du mode de scrutin majoritaire uninominal à deux tours, a constaté la PANA.

Outre les militants du parti, la marche a enregistré la participation de plusieurs leaders de l’opposition, notamment du Comité d’action pour le Renouveau(CAR),Me Dodji Apévon, du Parti des travailleurs, Claude Améganvi, de Sursaut-Togo, Kofi Yamgnane, du Pacte socialiste pour le renouveau(PSR), Tchessa Abi, de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral(ADDI), Aimé Tchaboure Gogué et du Mouvement citoyen pour l’alternance(MCA), Fulbert Attisso.

Au cours de cette manifestion à laquelle ont également pris part sypathisants du parti « Obuts » de l’ancien Premier ministre du régime Eyadema, Messan Agbéyomé Kodjo ainsi que plusieurs candidats aux présidentielles de février 2010, des pancartes au clair livraient les motivations de cette manifestation :«Election à deux tours pour un pays civilisé !», « Election à deux tours pour la légitimation du président !», « Pas de scrutin à deux tours, pas d’élection !», …

Les manifestants ont sillonné les principales artères de la capitale, pour se donner rendez-vous ensuite au Stade du Cimetière, où un meeting a permis aux organisateurs d’expliquer aux militants, très enthousiastes, leurs démarches entreprises pour obtenir satisfaction.

«Les Togolais ont envie que ça change, c’est pourqoi nous sommes là», a lancé Kofi Yamgnagne qui souligne que « dans un pays où il y a près de 80 partis politiques, il faut un scrutin à deux tours, afin que le président qui sera élu ne le soit pas par seulement un faible pourcentage ».

Tchabouré Gogué de l’ADDI, pour sa part, demande aux partis politiques de « harceler le pouvoir pour lui arracher le mode de scrutin à deux tours », soulignant qu’il faut étendre le mouvement sur toute l’étendue du territoire, afin que le pouvoir comprenne la nécessité pour les Togolais d’aller à une élection dont le mode de scrutin satisfasse toutes les parties prenantes.

« Le Rassemblement du peuple togolais, (RPT, parti au pouvoir), a porté atteinte aux principes démocratiques en modifiant le mode de scrutin en 2002, dénonce Jean-Pierre Fabre de l’UFC, qui martèle, sous les applaudissements de la grande foule debout sous un soleil de plomb :« sans un scrutin à deux tours, il n’y aura pas de présidentielle au Togo ».

Lomé – Pana 29/11/2009