08/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

L’Union africaine envoie des observateurs pour le scrutin présidentiel togolais

LOME, 29 mai (AFP) – 10h59 – L’Union Africaine (UA) a annoncé mercredi soir dans un communiqué l’envoi au Togo d’une mission d’observation pour l’élection présidentielle du 1er juin.

Selon ce communiqué lu à la télévision togolaise, cette mission est composée de « fonctionnaires de l’UA, des membres de structures électorales nationales et de la société civile de divers pays africains ».

Elle pour objectif de « soutenir le peuple togolais dans la sélection du leader de son choix, conformément aux dispositions des lois et règlements électoraux du pays et en conformité avec l’agenda de l’UA fondé sur le respect des principes de base de la démocratie, de la bonne gouvernance, de la participation populaire, de la protection et de la promotion des droits de l’homme ».

« La mission de l’UA est une mission indépendante, elle n’a pas le mandat d’interférer, de superviser ou de se substituer aux officiels électoraux au Togo. Elle procède à une évaluation honnête, indépendante, impartiale et objective du processus électoral en tenant compte des différents facteurs qui peuvent entacher la crédibilité de ce processus », souligne le communiqué.

Une équipe d’observateurs américains de la fondation Martin Luther King est arrivée mardi à Lomé.

Le 20 mai, le représentant spécial de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) pour la Côte d’Ivoire, Lansana Kouyaté, avait annoncé la venue au Togo d’une équipe d’observateurs.

Trois parlementaires français sont également attendus.

En revanche, l’Union européenne (UE) n’enverra pas d’oservateurs au Togo. Le chargé d’affaires de la délégation de l’UE au Togo, Gilles Desesquelles, avait annoncé il y deux semaines qu’il n’y aurait pas de mission d’observation de l’UE pour l’élection présidentielle, faute d’avoir pu mener une « mission exploratoire ».

Au total six candidats restent en lice pour ce scrutin: cinq candidats de l’opposition – après le retrait du candidat de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA) Léopold Gnininvi – et le président Gnassingbé Eyadéma, pour le Rassemblement du Peuple Togolais (RPT, au pouvoir).