05/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

M. Egbéléwou conteste la présidence du fils Eyadéma à la FTF

M. Egbéléwou Ouro Akpo se porte candidat à la tête de la Fédération Togolaise de Football . « Je voudrais saisir cette opportunité pour vous annoncer solennellement que je me porte candidat à la présidence au prochain congrès de la FTF» avait-il répondu à une question d’un journaliste lors d’une rencontre avec la presse le 10 septembre 2002 à Lomé. Cette déclaration est une mise en cause de la gestion chaotique du Commandant « Rock » Gnassingbé à la tête de cette fédération.

Cet inspecteur des douanes, député à l’Assemblée Nationale et président de l’équipe Sémassi de Sokodé connaît bien les arcannes du football togolais. Il a également dirigé plusieurs autres clubs de football avant d’être sollicité pour prendre la tête des guerriers de Tchaoudjo. Pour justifier sa candidature, il dénonce pêle-mêle, le déficit de communication, le consensus mou entre la fédération et les clubs, le manque de subventions, l’amateurisme et l’improvisation des dirigeants actuels.

C’est donc en guerrier que ce député RPT entend entreprendre sa campagne avant le prochain congrès de la fédération. Il compte sur les ligues de football et les autres clubs de toutes les divisions pour atteindre son objectif . Le mandat de l’actuel bureau est terminé depuis deux mois et en août, le Président de la FTF avait fait entendre que le congrès sera organisé à la fin de la saison. Le championnat national est fini depuis le 25 août et la finale de la coupe du Togo était prévue ce week-end.

Le président actuel, le Commandant Rock Balakiyem Gnassingbé, refuse de se prononcer sur cette candidature qui est une mise en cause de sa gestion. Cette gestion calamiteuse, artisanale, avait déjà était été dénoncée dans un brûlot publié par l’ex-entraîneur de l’équipe nationale, Tchanilé Souradji Banna et avait fait souffler un vent de panique au ministère des Sports. La candidature de M. Egbéléwou est bien perçue dans le milieu sportif togolais.

La rédaction