27/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Mobilisation de la diaspora pour l’avenir du Togo: Appel à démission de Faure Gnassingbé

A l’occasion de la visite officielle de Faure Gnassingbé en France le 3 septembre 2006, la 6 e région du Togo que constitue la Diaspora togolaise, invite la population française à se joindre à elle, en vue d’une manifestation pacifique pour soutenir sa cause noble d’une refondation démocratique au Togo, par un retour des libertés, de la justice et de la paix véritable.

Sans la participation officielle des représentants de la Diaspora togolaise qui représente plus de 1 million de citoyens systématiquement privés du droit de vote, les principaux acteurs du dialogue inter-togolais ont signé le 20 août 2006 à Lomé un « accord politique global ». Cet arrangement incomplet devrait initier la longue route vers le retour de la démocratie en assurant des élections législatives et présidentielles transparentes et sécurisées.

Depuis le coup d’Etat de 1963, le pouvoir est concentré dans les mains d’une petite minorité avec des interférences régulières, brutales et sanguinaires des forces armées. A la suite du décès du dictateur Gnassingbé Eyadéma régnant sans partage sur le Togo depuis près de 39 ans, l’armée a choisi en mai 2005, en violation de la constitution et des droits de l’Homme, de le remplacer par son fils, Faure Gnassingbé. Ce dernier a opté pour un gouvernement avec des partis d’opposition dite modérés mais dont la représentativité reste très limitée, ceci aux dépens des autres partis d’opposition majoritaires à qui l’on usurpe le droit de faire valoir leur représentativité en organisant un déficit démocratique avec le soutien des puissances étrangères.

Les promesses électorales du pouvoir actuel au Togo n’ont pas été tenues à ce jour. Ainsi, sous pression de l’Union européenne, il fallait respecter les 22 engagements pris en avril 2004 par le Gouvernement togolais, afin de permettre une reprise de l’aide de l’Union européenne interrompue en 1993, en référence à des élections non-transparentes et émaillées de violences et d’atteintes graves aux droits humains.

Après avoir remis en cause à plusieurs reprises ses propres engagements, le pouvoir togolais, avec cet « accord virtuel » sans feuille de route précise, ni termes de référence d’un gouvernement d’union nationale de transition, ne peut servir de « caution démocratique » pour la communauté internationale et plus particulièrement pour une visite officielle en France.

Faut-il encore rappeler que c’est Emmanuel Bob Akitani qui est sorti vainqueur des dernières élections présidentielles, qu’un représentant de l’armée, à la solde du « clan Gnassingbé » est venu annoncer des chiffres ne reposant sur aucun comptage sérieux en déclarant de manière unilatérale Faure Gnassingbé Président. En conséquence : plus de 2.000 morts et des milliers de blessés, 40.000 réfugiés à l’étranger. Malgré le rapport d’enquête de l’ONU sur l’établissement des faits ; le pouvoir refuse d’en tirer les conséquences en démissionnant pour favoriser de nouvelles élections libres et sécurisées comme ce fut le cas en Ukraine.

Au nom de tous ceux qui ont combattu pour la liberté, et assassinés depuis quarante années de lutte contre la dictature de la junte militaire du clan Gnassingbé, Sylvanus Olympio, Tavio Amorin, Dr. Attidépé, Cdt Komlan et de nombreux togolais et non-togolais connus et moins connus,

Au nom de tous ceux qui ont perdu la vie, ou blessés dans les massacres de la lagune de Bè, de Fréau Jardin, dans les camps de tortures dissimulés sur le territoire national, dans les exécutions extrajudiciaires, les enlèvements, les viols et les dénis de justice,

Soyez nombreux à rejoindre la manifestation de la Diaspora togolaise solidaire dans la lutte du peuple togolais vers la démocratie, le retour des libertés et la dignité nationale.

Cette manifestation populaire doit rappeler aux contribuables européens, français en particulier, que la caution de fait des dirigeants français et de la Françafrique à Faure Gnassingbé sur la base des résultats d’élections frauduleuses n’autorisent pas à légitimer Faure Gnassingbé comme chef d’Etat après des arrangements politiques à Ouagadougou.

La Diaspora togolaise d’ici et d’ailleurs compte sur le sursaut des contribuables français, pour rappeler que les élus français qui soutiennent les dictatures africaines sont aussi ceux qui contribuent à l’immigration massive et incontrôlée en France. Ne votez pas pour ceux qui soutiennent les dictatures africaines.

Paris, le 24 Août 2006

La diaspora togolaise
Coordinateur
Yaovi MENSAH
ldtogo@voila.fr