03/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

MODENA Communiqué N° 7 à propos du de recensement électoral

COMMUNIQUE N° 7

Commencé, le lundi 16 juillet dernier, pour deux semaines effectives dans chaque bureau de vote de la zone A, le recensement électoral en vue des prochaines élections législatives togolaises suit son petit bonhomme de chemin.

Malgré une campagne médiatique menée sans frénésie par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et timidement par les dirigeants des partis politiques notamment ceux qui sont signataires de l’Accord politique global (APG), et l’appel du président de la République invitant les populations à aller s’inscrire massivement sur les listes électorales, c’est avec une réelle réticence que les électeurs potentiels avaient commencé à se présenter aux lieux indiqués pour le recensement au cours des premiers jours.

Pour une première opération du genre en matière de recensement électoral, on note maintes insuffisances et beaucoup de manquements.

De l’impréparation des personnels affectés aux tâches administratives et informatiques aux difficultés techniques liées au fonctionnement du matériel en passant par la lenteur des opérations et les anomalies de la configuration des kits, il apparaît clairement que les quatorze jours prévus pour le recensement des électeurs dans chacune des zones A et B sont nettement insuffisants.

Dans certaines préfectures, les kits fonctionnent à tâtons voire mal et les générateurs manquent parfois de carburant pour les faire fonctionner en cas de délestage du courant électrique : quoique le temps pour l’opération d’enregistrement dépasse rarement sept minutes, l’attente généralement de plusieurs heures voire toute la journée, décourage bien des électeurs potentiels. De plus, il est quelques fois difficile à des parents de se porter caution de leurs enfants devenus majeurs pour leur inscription sur les listes électorales.

Par contre, dans d’autres préfectures qui semblent avoir été particulièrement choyées par la CENI, les kits sont en parfait état de fonctionnement. Elles disposent de carburant suffisant pour permettre l’enregistrement continu des électeurs.

Des informations parvenues au Bureau Directeur National du MODENA assurent que les audiences foraines pour l’identification des Togolaises et Togolais sans papiers d’identité concourent à des inscriptions sujettes à contestation.

Après une semaine d’un recensement qui prend fin dans la zone A, le 29 juillet et doit durer, du 4 au 17 août, dans la zone B, le Bureau Directeur National du MODENA constate des difficultés réelles pour son bon déroulement.

Bien qu’il reste convaincu que les prochaines élections sont loin de régler à elles seules la complexe crise togolaise, le MODENA demande à la CENI de prendre les dispositions urgentes les meilleures pour pallier les insuffisances et manquements constatés.

Il lui suggère de commencer dès à présent à envisager la prorogation de la période de recensement afin de permettre à tous les Togolaises et Togolais, en âge de voter et désireux de voter, de s’inscrire sur les listes électorales pour accomplir efficacement leur devoir civique.

Enfin, le MODENA réaffirme la nécessité pour toute la classe politique togolaise d’aller au-delà de l’Accord politique Global pour négocier et conclure un véritable Pacte National Togolais (PNT) en vue de résorber définitivement la profonde crise qui ruine la Terre de nos aïeux.

Fait à Lomé, le 24 Juillet 2007

Pour le MODENA :
Le président du Bureau Directeur National
Atsutsè Kokouvi AGBOBLI.