05/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Mort d’un détenu au commissariat de Kévé

Un homme d’une trentaine d’années détenu au commissariat de la ville de Kévé (à 47 Km au nord-ouest de Lomé) a été retrouvé mort le 12 janvier 2004 près de la citerne d’eau dudit commissariat. Sa dépouille est actuellement à la morgue du CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Lomé.

L’homme en question nommé Amou Kouma était depuis quelques années le Président du CVD (Comité Villageois de Développement) de Dzolo, village dont il était natif. Amou Kouma avait été accusé, quelques jours auparavant, par le chef de canton de Dzolo, de sévices corporels sur un habitant souffrant régulièrement de crises épileptiques. Il avait été emmené précipitamment, sur ordre de Togbui Frédéric Amaglo Sadjo III, au commissariat de Kévé le 7 janvier dernier et mis en détention. C’est le matin du 12 janvier qu’il a été retrouvé mort près de la citerne du commissariat alors que les autorités judiciaires de la localité devaient statuer sur son cas.

L’affaire fait actuellement grand bruit à Dzolo et oppose la famille aux autorités politiques et administratives ainsi que les populations au chef de canton dont l’autorité est contestée.
La police avance la thèse du suicide et soutient que l’intéressé s’est volontairement jeté dans la citerne au moment où on lui avait demandé d’aller chercher de l’eau pour se laver. Mais la famille soutient la thèse de traitements inhumains et dégradants infligés sur les ordres du chef de canton avec qui les relations étaient tendues notamment à propos de la gestion des ressources financières de la localité. La famille de la victime a demandé et obtenu une ordonnance d’autopsie dont les résultats seront connus ultérieurement.

Ce n’est pas la première fois que la localité vit un tel drame. Les habitants de Dzolo se souviennent de la « méchanceté des hommes en treillis » et relatent l’histoire de Koffi Baba qui avait trouvé la mort dans les mêmes conditions, il y a quelques années, à la gendarmerie de Kévé qui avait aussi avancé la thèse du suicide.

La rédaction letogolais.com