27/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Obasanjo se félicite du « succès » de l`UA et de la CEDEAO au Togo

Abuja, 08/03 – Le chef de l`Etat nigérian, Olusegun Obasanjo, également président en exercice de l`Union africaine (UA), a déclaré, lundi, que les évènements au Togo ont montré que l`Afrique n`acceptera plus jamais « l`accession au pouvoir par des moyens antidémocratiques ou les successions de type dynastique ».

S`adressant à un séminaire sur les mécanismes de renforcement des capacités des communautés économiques régionales (REC) et la facilitation et la mise en oeuvre des principaux projets en matière d`infrastructures du Nouveau partenariat pour le développement de l`Afrique (NEPAD), il a souligné que si la CEDEAO et l`UA n`avaient pas réussi à rétablir l`ordre constitutionnel au Togo, les partenaires au développement internationaux auraient laissé tomber le continent.

Le président de l`UA a qualifié le succès au Togo de triomphe de la volonté politique des dirigeants de la CEDEAO et de l`UA, et exprimé l`espoir que la situation qui avait nécessité cette intervention ne se reproduirait pas ailleurs.

« Nous pouvons prendre le Togo comme un exemple classique de ce que nous pouvons faire s`il y a une volonté politique collective. Ceci parce que jusqu`à ce que nous exprimions cette volonté collective, nous n`étions pas sûrs de notre échec ou de notre succès dans ce pays », a ajouté M. Obasanjo.

Le Togo a été plongé dans une crise politique à la suite du décès, le 5 février, de son président Gnassingbe Eyadema, quand l`armée a installé au pouvoir son fils de 39 ans, Faure Gnassingbe, en violation de la constitution du pays.

La CEDEAO et l`UA, soutenues par la communauté internationale, ont rejeté cette succession qu`elles ont qualifié de « coup d`Etat » et appelé à un respect strict de la constitution stipulant que le président du parlement doit assurer l`intérim de la présidence en attendant l`organisation d`élections 60 jours après le décès du chef de l`état.

Faure Gnassingbe a finalement démissionné sous la pression, ouvrant la voie à une résolution de la crise et à la programmation d`élections pour le 24 avril.