28/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Pr Gnininvi : « éviter des situations qui viendraient compliquer la mise en œuvre de l’APG »

Déclaration de la CDPA relative au choix du président de la CENI

Dans le cadre de l’application de l’Accord politique global signé le 20 août 2006 à Lomé, les membres de la CENI devaient, le 18 octobre 2006 ,s’organiser et procéder à l’élection du président de la dite institution.

La CDPA avait estimé qu’au regard du nombre de candidats en lice (4 dont trois pour l’opposition), il n’était pas judicieux de présenter son candidat.

Comme à son habitude, la CDPA a cherché par tous les moyens à associer ses partenaires traditionnels de l’opposition à une stratégie conduisant à la présentation d’une candidature qui puisse faciliter un choix consensuel. Malheureusement, c’est avec regret que le parti a constaté que chaque parti postulait à ce poste en maintenant sa candidature. Pour la CDPA, en privilégiant la voie du consensus, la CENI sortait renforcée et mieux soudée pour la réalisation des tâches à venir.

Pendant 10 jours de discussions et de débats accompagnés de suspension de séances, aucun consensus n’a pu se dégager autour d’un candidat. Face à cette situation de blocage, 2 propositions ont été faites à savoir :

– choisir le président de la CENI parmi les membres représentant le gouvernement

– choisir un médiateur pour trouver un consensus autour du nom d’un des trois candidats restés en lice après le retrait du candidat du RPT.

Un consensus a été trouvé pour le choix d’un médiateur. Un médiateur a été désigné pour entamer la médiation entre les trois candidats. La séance fut alors suspendue pour 48 heures.

A la séance suivante, le médiateur désigné a affirmé ne pas être en mesure de trouver un consensus entre les trois. C’est alors que certains ont demandé que soit examiné la première proposition à savoir le choix d’un représentant du gouvernement, proposition qui avait aussi reçu l’approbation presque unanime des membres de la CENI.

C’est seulement à ce stade que l’UFC a pris la parole pour demander que d’autres candidatures puissent être explorées et elle proposa la candidature de la CDPA. La CDPA constatant que la mise à plat de la procédure de candidature et l’exploration d’autres candidatures pouvait conduire à une situation de blocage : c’est fort de cette analyse que la CDPA a immédiatement décliné cette offre et s’est rallié à la première proposition.

C’est dans ce contexte que le président de la CENI a été élu. La CDPA en se ralliant à cette proposition ne donne aucun chèque en blanc à quiconque. Elle restera vigilante tout le long du processus. La CDPA a toujours voulu qu’une personnalité neutre n’ayant pas le droit de vote, comme un représentant de l’ONU ou de l’UE puisse diriger notre institution dans l’esprit de recherche permanente de consensus car pour la CDPA, le vote ne doit être qu’une exception et non la règle.

Le parti estime que toutes les parties prenantes à l’Accord politique global doivent faire preuve de beaucoup de responsabilité afin d’éviter des situations qui viendrait compliquer inutilement la mise en œuvre de l’Accord politique global.

Fait à Lomé, le 05 novembre 2006
Le Secrétaire Général
Léopold M. Gnininvi