30/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Procès du Prêtre Togolais Houndjamé accusé de viol aux USA

De notre correspondant aux USA

Ce lundi 26 août 2002 s’ouvre à Detroit dans le Michigan le procès du Prêtre catholique Togolais Père Félicien Houndjamé accusé d’avoir violé un membre de la Paroisse d’Assumption Catholic Church, une paroisse de la banlieue de Détroit dans l’Etat du Michigan.

Arrivé aux Etats-Unis en tant que réfugié politique en septembre 1995, Père Houndjamé a servi dans le Diocèse de Saint Augustin en Floride à la paroisse Sainte Catherine de 1996 jusqu’en 1998. Militant des droits de l’homme au Togo, Père Houndjamé a fui le Togo au début des années 90 à la suite de multiples violences politques.

Selon Joe Maher, 42 ans, membre de la Paroisse Assumption Grotto de Détroit, « Il apparaît que le Procureur a utilisé cette affaire pour ses propres intérêts politiques. » Monsieur Maher organise actuellement la collecte de dons volontaires pour la défense du prêtre catholique. Il espère collecter $100,000 pour la défense.

Depuis un certain temps, l’église catholique aux Etats-Unis vit une crise liée aux dissimulations des activités sexuelles des prêtres catholiques. Le procès du prêtre Houndjamé se présente comme un rare cas oÙ un prêtre catholique est mis en accusation dans un procès pour un crime sexuel.

« Imaginer un prêtre catholique noir, exilé d’Afrique, sans avocat, sans aucune ressource financière, sans logement sinon la paroisse qu’il ne peut plus fréquenter … et surtout un Diocèse qu’il a servi et qui refuse de venir à sa défense, » dit Mr. Maher. Un autre supporteur Mr Ray Long, pianiste de l’église disait avec conviction que Houndjamé n’a pas sa place en prison.
Le père Eduard Perone, le Curé d’Assumption Grotto affirme être au courant des allégations de Floride oÙ Houndjamé a servi pendant deux ans mais il estime que ces accusations sont sans fondement sérieux d’autant plus qu’il n’y a aucun rapport policier les relatant.

Dans un bulletin écrit du Journal de la Paroisse, le Curé Perone apporte ouvertement son soutien à Houndjamé.
La victime âgée de 48 ans, dont la presse évite de mentionner le nom comme c’est le cas pour les victimes de crime sexuel, déclarait lors de l’audience en mai 2002 avoir été molestée dans sa maison après un dîner avec les membres de la paroisse. La victime avait déclaré sous serment avoir proposé de déposer Houndjamé au rectorat mais en cours de route elle avait fait un passage dans sa maison pour utiliser les toilettes. Selon la victime, c’est à ce moment qu’elle fut suivie par Houndjamé qui la poussa sur son lit et la molesta. La victime affirma également qu’elle avait décidé de ne pas aller à la police parce qu’elle croyait que le Curé Perone allait renvoyer Houndjamé et lui trouver une aide psychologique.

Au début du mois, le juge Brian Sullivan a refusé au procureur l’utilisation des autres allégations au cours de ce procès. En conséquence, ce procès se résumera à ce que penseront les membres du juré sur la crédibilité du prêtre ou de la victime.

La communauté togolaise aux Etats-Unis supporte largement Houndjamé qu’elle considère comme un héros pour sa lutte pour les droits de l’homme au Togo.
L’avocat de Houndjamé, Me David Griem a exprimé son inquiétude sur les conséquences néfastes que pourraient avoir les couvertures médiatiques du procès. « La publicité a été très horrible. Je pense qu’à cause de la manière dont l’église catholique a abordé ce dossier, beaucoup de gens pensent que lorsque un prêtre est accusé, le prêtre est coupable, » disait Me David Griem, qui a décidé de s’occuper pro bono (gratuitement) de la défense de Houndjamé à la suite du soutien qu’apportent les membres de la paroisse, de la ville et de la communauté togolaise au père Houndjamé.

Le comité de soutien de Houndjamé est en train de requérir l’accord du Service des Revenus afin de mettre sur pied une organisation non-gouvernementale pour solliciter des contributions qui seront exonérées de taxes pour les contributeurs. L’organisation est dénommée Opus Bono Sacerdoti qui en Latin veut dire « Travaille pour le Bonheur du Pastorat, » selon une lettre adressée par Maher aux membres du diocèse.

La rédaction