29/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Retrait d’un membre de l’opposition de la commission électorale

LOME, 11 nov (AFP) – 20h10 – La Convergence Patriotique Panafricaine (CPP), un des principaux partis de l’opposition « traditionnelle » d’Edem Kodjo a décidé de retirer son représentant, Ata Messan Zeus Ajavon, de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), a-t-on appris mardi au siège de la CPP.

La CPP exige du gouvernement un « dialogue sérieux organisé au sein de la classe politique pour trouver un minimum de consensus » avant la tenue des élections locales prévues le 14 décembre.

Samedi, plusieurs autres partis de l’opposition « traditionnelle » avaient également exigé des discussions avec le gouvernement avant de participer à ce scrutin.

Le 14 septembre, les députés avaient renouvelé huit des neuf membres de la CENI. Parmi ces derniers figurent deux membres de l’opposition traditionnelle et un représentant de l’opposition « constructive » représentée au Parlement.

Au Togo, les dernières élections locales remontent à 1985. Les évènements qui ont marqué le processus de démocratisation en 1990 n’ont pas permis au gouvernement d’organiser d’autres élections locales.

« Les différents scrutins – présidentiels et législatifs – organisés dans ce pays ont toujours donné lieu à des négociations avec l’opposition, voire des marchandages d’épicier. L’opposition a toujours pratiqué un système de boycott qu’elle utilise comme une arme », avait affirmé il y a quelques jours le ministre de la communication Pitang Tchalla.

Le 18 juin, le chef de l’Etat togolais Gnassingbé Eyadéma avait, au lendemain de sa réélection, annoncé l’organisation des élections municipales et sénatoriales dans « les plus brefs délais ».

Le Sénat, deuxième chambre du Parlement, a été institué par la nouvelle constitution adoptée en décembre 2002 par les députés.