Samedi 27 Mai 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

 

Partenaires :


 

DIVERS
Togo : Lettre ouverte aux institutions réligieuses et chefs coutumiers traditionnels
« La lettre Pastorale de la Conférence des Évêques du Togo » datée du 27 avril 2017: « Osons le reconnaître : derrière les apparences de quiétude et de tranquillité qu'il affiche, le Togo, notre cher Pays, va mal ; ses fils et filles sont de plus en plus désabusés ; ils ne savent plus quel chemin emprunter pour sortir de l'ornière et parvenir à la paix ; leur avenir semble bouche. » Voilà pourquoi je prends ici la liberté d'EXHORTER les Pasteurs des confessions protestantes, les Imams, les « Hounnons », les Chefs coutumiers traditionnels de la Terre de nos Aïeux, À EMBOÎTER (!!!) LE PAS AUX ÉVÊQUES CATHOLIQUES DU TOGO. Concrètement !!!... Oui ! Au Togo, nous avons, tous, l'impérieuse MISSION de nous lever tous, tel un seul homme, pour Arracher l'ALTERNANCE politique au régime RPT/UNIR d'un âge à jamais révolu. En effet si, pour nous Togolais, « l'Histoire de la Libération » passa derrière nous dans les premières heures du 27 avril 1960, « l'Histoire de la Liberté » commença au petit matin du 13 janvier 1963... Et elle est toujours là (!) devant nous.
Lire l'article complet

TRIBUNE LIBRE

 

MEMOIRE SALIE

Togo : Godwin Tété dénonce et condamne la stratégie de la terreur de Faure Gnassingbé
Au moment précis où, dans le monde entier, toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté s’opposent vigoureusement à TOUTE IMPUNITÉ de crimes politiques quels qu’ils soient, et au grand dam des Togolaises et Togolais, le roitelet postcolonial Faure Essozimna Gnassingbé vient de se permettre d’offrir une haute distinction de la République togolaise au bourreau d’Atakpamé trop bien connu : au « Major » Kouloum !!! Au « Major » Kouloum dont le nom figure dans maints rapports accablants tels que ceux des Nations Unies et de la CVJR (Commission Vérité Justice Réconciliation), s’agissant des horribles atrocités perpétrées par ledit « major » lors de l’USURPATION (!) du pouvoir d’État par ce roitelet en 2005.
  Togo : Lettre ouverte à Gilchrist Olympio à propos de l'insalubre CHU Sylvanus Olympio de Lomé
Cher Gilchrist Olympio, cher Brother Gil, il y a au Togo sur la terre de nos aïeux et donc à Lomé précisément un hôpital qui porte ce nom prestigieux : SYLVANUS OLYMPIO. Ce que j’aurais aimé voir, c’est un bloc opératoire flambant neuf. Ce que j’aurais aimé voir, ce sont des lits d’hôpitaux neufs en nombre suffisant prêts à accueillir des malades. Ce que j’aurais aimé voir, ce sont des chambres refaites. Ce que j’aurais aimé voir, ce sont des toilettes dignes de ce nom pour satisfaire les besoins des malades. Ce que j’aurais aimé voir, c’est une pharmacie avec des médicaments de premiers soins pour ce CHU, Ce que j’aurais aimé voir, ce sont des appareils radiologiques prêts à fonctionner et non des nids de cafards. Ce que j’aurais aimé voir, cher Gilchrist Olympio c’est une morgue capable de recevoir dignement la dépouille des personnes que le Seigneur a rappelé auprès de lui. A ce propos, au décès de ma propre mère, paix à son âme. Je voulais à mon retour aller voir son corps dans cette morgue, il a fallu enjamber des corps alignés à même le sol pour accéder à son casier. Une fois arrivé et le tiroir ouvert, quelle surprise ! Deux corps disposés tête-bêche. C’était trop dur, nous étions en Mars 1998. Depuis les choses n’ont pas changé.

INTERVIEW

 

TRIBUNE LIBRE

Togo : Le doyen Godwin Tété commente la crise politique togolaise (INTERVIEW)
On ne peut pas dire actuellement que je suis encore un jeunot, puisque depuis le 17 janvier dernier, je suis dans ma 90ème année. Dire qu’on me voit tout le temps mobilisé, oui ! Tant que je suis en vie et que je n’ai pas encore rendu mon dernier souffle, j’estime que je me dois d’être aux côtés de tous ceux qui se battent, les Africains comme les Togolais pour que la terre africaine et togolaise connaisse un avenir meilleur. C’est tout. Et en termes de santé, ça va, sauf que, pour être sincère, la situation sociologique, politique, économique, sociale et culturelle qui prévaut dans mon pays me stresse des fois ; je dois l’avouer, et c’est un grand dommage.
  Togo : Le Franc CFA et l'assassinat de Sylvanus Olympio
En effet, dans son discours radiodiffusé en date du 26 Octobre 1962, le chef de l’État togolais déclarait haut et fort : « la participation du Togo au titre de son adhésion aux quatre organismes précités s’élève à 6,7 milliards de francs CFA. Nous en avons payé 330 millions en devises fortes. Le reste étant engagé sous forme d’obligations au gouvernement. Je suis heureux de vous annoncer que le Togo a acquis mieux que jamais un standing international par son adhésion à ces quatre organisations qui nous aideront non seulement à financer notre développement économique, mais aussi à soutenir la stabilité et la force de notre monnaie nationale, ce qui nous permettra d’augmenter notre propre contribution à notre développement. Déjà, nous concentrons nos efforts pour rationaliser l’allocation de nos ressources financières, dans le bus de dégager de plus en plus un budget d’équipement. La banque nationale d’émission viendra appuyer cette orientation en nous permettant de mieux soutenir les objectifs économiques nationaux. »

INCENDIES

 

TRIBUNE LIBRE

Togo: Incendie de la cathédrale Sacré Coeur de Lomé
Le lundi 02 Janvier 2017 vers 16H45 un incendie s’est déclenchée dans la sacristie de la Cathédrale Sacré Cœur de Lomé. Cette édifice se trouve être dans le même périmètre du Grand marché de Lomé a été détruit par des incendies criminelles en janvier 2013, soit 4 ans. Des premiers constats, le responsable du service des Sapeurs pompiers a aussi laissé entendre que pour le moment l’origine du feu qui a causée des dégâts matériels reste inconnue. Les incendiaires courent toujours
  François Hollande et Yahya Jammeh: Trois leçons particulièrement édifiantes
Le jeudi 1er décembre 2016, le président français François Hollande, suite à moult suspens, vient d’annoncer qu’il ne se présentera pas (!!!) à l’élection présidentielle qui aura lieu dans son pays en 2017. Cette déclaration aura été faite après un bref, condensé, concis, clair bilan du premier mandat de cet homme d’État. Naturellement, une telle annonce-inédite sous la Ve République française-va, très vite, faire le tour du monde… Dans le même temps, soit le 1er décembre courant, en Gambie, a lieu une élection présidentielle mettant face à face Yahya Jammeh : le dictateur en poste depuis vingt-deux ans (!!!) et un nouveau candidat choisi par la coalition de toute (!!!) l’"Opposition" de ce pays. Lequel roitelet-dictateur postcolonial durant toutes ces vingt-deux belles et bonnes années (!!!), aura régné d’une main d’acier sur ses concitoyens. Et nous avons assisté, ce 02 décembre 2016, à un réel TOLLÉ (!!!) lorsque, à la grande stupéfaction de tout un chacun, l’ « indéboulonnable » Président s’est vu dans l’obligation de reconnaître (!!!) sa défaite et, qui plus est, de féliciter (!!!) son adversaire politique… Ces deux événements simultanés (!) - aux antipodes l’un de l’autre - m’ont inspiré, pour ma modeste part, trois leçons hautement édifiantes !!! Qu’il me soit dès lors permis de les reprendre, ci-après, l’une après l’autre.

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

TOGO : Valls chez Faure Gnassingbé... un pied de nez à l’opposition togolaise
Le Premier Ministre français, Manuel Valls a effectué une mission officielle au Togo le 28 octobre 2016. Le retour sur investissement de « l’aide du développement français » et le pouvoir togolais sont proportionnellement inverses au retour sur investissement pour les populations togolaises. Quant aux partis d’opposition représentatifs, ils ont été « remplacés » par une visite officielle auprès des « très jeunes togolais ». 1. VALLS AU TOGO Pour faire suite à la visite du Chef de l’Etat togolais à Paris lors de la COP 21 en décembre 2015, Manuel Valls, le chef du gouvernement français a choisi de défendre les intérêts de la France au Togo en faisant une courte escale le 28 octobre 2016 pour « renforcer la coopération entre les deux pays ». Après le Togo, ce sera le Ghana et la Côte d'Ivoire. Pour le Togo, Mr Valls en a profité pour rentrer dans l’histoire comme le 2e chef de gouvernement français après Michel Rocard qui a foulé le sol togolais il y a 28 ans. Le seul problème est que le Togo ne porte pas chance pour les premier-ministres français qui ambitionnent d’être Président dans leur pays. Il suffit de se rappeler les difficultés de Michel Rocard face à François Mitterrand, le Président de l’époque, pour ne pas croire que l’histoire pourrait se répéter.
  Une Imposture de Trop au Togo
Parce que toute action politique doit s’inspirer de l’éthique et s’y fonder en favorisant la responsabilité et la transparence, parce qu’aucune institution togolaise n’est en mesure de donner les coûts réels du Sommet sur la Sécurité maritime ayant conduit à la très embryonnaire Charte de Lomé, parce que des millions de dollars ont été déjà versés pour des services externes dont toutes les expertises existent localement ou dans les pays voisins alors que de simples chauffeurs peinent à se faire payer leurs prestations, parce que tous ces écarts sont insultants que la lutte intelligente pour la République se doit de continuer au Togo et dans sa Diaspora. Une fois de plus, c’est dans les réformes politiques profondes et globales qu’il faut croire, et non dans les institutions actuelles qui ne se sentent redevables devant les citoyens togolais. Toutes les tentatives d’amalgame et de clientélisme des Adowuinon ont vainement essayé de faire croire, jusque dans la diaspora togolaise, que la tenue de la conférence sur la Sécurité maritime, au Togo, serait d’un bénéfice structurant pour le pays.

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

A Tiken Jah Fakoly, les félicitations , les encouragements et hommages de l'Afrique
Bien cher frère Tiken Jah FAKOLY ! Je connaissais déjà la plupart de vos admirables et combattives chansons panafricanistes que j’adore (!) écouter. Chansons dont les Paroles auraient pu venir de mon propre Cœur (!). Mais hier, en soirée de la journée du 13 octobre courant, à l’occasion des 20 (vingt) bougies (!) de votre carrière, Radio France Internationale (RFI) m’a permis de véritablement Partager (!) avec vous votre PASSION EXISTENTIELLE : CELLE DU PANAFRICANISTE (!) QUE VOUS ÊTES. C’est en fonction de la Quantité (!) de Pain que nous avons encore sur la planche, d’une part, du fait qu’à une infime minorité près, nos dirigeants actuels ont tourné le dos aux intérêts fondamentaux de nos Peuples, d’autre part, qu’au nom desdits Peuples, je prends sur moi la responsabilité – avec l’honneur et le plaisir – de vous Féliciter, de vous Remercier, de vous Encourager, et de vous Rendre les Hommages que l’Afrique vous Doit !!! Et ce, pour l’inestimable Boulot que vous avez déjà abattu pour la Patrie de Kwame (Francis) Nkrumah !!!
  Togo : Jusques à quand , Question à l'endroit de la "communauté internationale"
En fin de compte, Faure Essozinma Gnassingbé a été installé au pouvoir chez nous par le Président français Jacques Chirac. Il convient donc que nous nous penchions quelque peu sur le rôle que joue l’extérieur vis-à-vis des destinées des pays francophones d’Afrique en général, et du Togo en particulier – sous le couvert de ce qu’on appelle « la communauté internationale ». [Cf. photographies ci- jointes]. À cet effet, et comme ailleurs, nous allons d’abord tenter de cerner d’un peu plus près cette notion ou ce concept de « communauté internationale ». À la vérité, depuis l’accession des pays francophones d’Afrique à leur indépendance formelle, c’est-à-dire depuis les années 1960, les consultations populaires dans ces pays se déroulent comme suit : Scrutin méthodiquement truqué – avec l’intervention des forces armées au profit des « gouvernants » qui ont organisé ce scrutin/La « prise d’acte » par ce qui est appelé « communauté internationale », et conseils de « sagesse » de celle-ci aux opposants d’aller à un « dialogue » avec les « gagnants »/Stratégie du dilatoire [en fait du «J’y suis, j’y reste»] de la part de ces « gagnants »/Nouveau scrutin avec fraudes massives, avec les mêmes conseils de « sagesse » de la même « communauté internationale », et ainsi de suite indéfiniment !!!

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

Au Togo aussi, le dernier mot sera à la démocratie
Le Togo d’aujourd’hui est le produit de son histoire. La politique s’y apprend encore dans la souffrance constante. L’insoutenable douleur de la courbe d‘apprentissage de la démocratie atteint, à chaque fois, un palier de désolation : jusqu’à l’Assemblée nationale les discussions sont refusées, dans les rues les manifestations réprimées, sur l’étendue du territoire la rentrée scolaire dans l’école publique est retardée pour cause de conférence sur la sécurité maritime, partout les célébrations culturelles sont obstinément perverties, etc. Vous aimez l’imposture et l’artifice, vous allez adorer le Togo, comme il ne va pas, un pays étroit où l’horizon politique semble toujours gelé. Par tous les moyens, les dirigeants du Togo récusent l’idée de faire demi-tour vers les aspirations profondes de dignité des populations. Et pourtant, c’est la seule voie républicaine qui existe; la voie inévitable de la démocratie, de la dignité et du Grand Pardon. Le pouvoir… le pouvoir… ce n’est pas une raison pour refuser la démocratie aux populations africaines sans tomber dans le ridicule. Comme le Togo, le Gabon en fait d’ailleurs l’amère démonstration que la quête de dignité ne fatigue pas les peuples, malgré les raisonnements fallacieux que les chefs d’État africains développent entre eux à l’exemple des vertes analyses d’Ali Bongo Ondimba cette semaine.
  Des réformes au Togo : Les jeux étaient-ils déjà pipés au départ ?
Du 11 au 15 juillet , à Lomé, un « Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité nationale » (HCRRUN) a, par le biais d’un « Atelier de Réflexion et d’échanges », remis à l’ordre du jour la fameuse et sempiternelle ‛‛ Affaire ’’ des Réformes constitutionnelles, institutionnelles et politiques réclamées à cor et à cri par le Peuple togolais, par le truchement de maintes instances et, de manière plus synthétique, plus systémique, plus classique, par l’ Accord Politique Global (APG) en date du 20 août 2006. J’ai pu prendre connaissance des travaux dudit Atelier et je souhaite partager avec les quelques auto-interrogations qui me sont venues à l’esprit. Le rapport de l’un des participants à l’Atelier dit : « Nous rappelons que les parties prenantes ont stipulé en son Point III-3.5 que « Ce processus de réformes devra s’inscrire dans la durée et constituer une des priorités du gouvernement »… ce qui signifie que le rapporteur tient à souligner l’importance de cette citation et d’attirer l’attention de l’auditoire sur la « clairvoyance » des protagonistes de l’APG. Mais, pour ma part, l’expression « dans la durée », en l’occurrence, me titille quelque peu. À la vérité, en sciences humaines et/ou sociales, cette expression renvoie plutôt à des centaines ou même des milliers d’années.

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

Les 7 piliers incontournables de la démocratie
« Le peuple est la source de tout pouvoir démocratique. Mais l’élection ne garantit pas qu’un gouvernement soit au service de l’intérêt général, ni qu’il y reste. Le verdict des urnes ne peut donc être le seul étalon de la légitimité. Les citoyens en ont de plus en plus fortement conscience. Une appréhension élargie de l’idée de volonté générale s’est ainsi imposée. Un pouvoir n’est désormais considéré comme pleinement démocratique que s’il est soumis à des épreuves de contrôle et de validation à la fois concurrentes et complémentaires de l’expression majoritaire. Il doit se plier à un triple impératif de mise à distance des positions partisanes et des intérêts particuliers (légitimité d’impartialité), de prise en compte des expressions plurielles du bien commun (légitimité de réflexivité), et de reconnaissance de toutes les singularités (légitimité de proximité). D’où le développement d’institutions comme les autorités indépendantes et les cours constitutionnelles, ainsi que l’émergence d’un art de gouvernement toujours plus attentif aux individus et aux situations particulières ». Godwin Tété
  Le togo est à tâtons
Il existe un marché politique très lucratif au Togo : c’est le grand marché de la diversion. Tout y passe, tout s’y retrouve et tous s’y exercent, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Togo….Faure Gnassingbé qui n’a jamais sacrifié quoi que ce soit pour mériter le Togo, Chef de file de l’invouloir démocratique, il met tout en œuvre pour perpétuer le pire des conseils politiques qui ait pu exister, la moins inspirée des recommandations qu’un père puisse donner à son fils: « Ne laissez jamais le pouvoir vous échapper, sinon vous ne le retrouverez jamais! » Les démocrates togolais de partout ainsi que l’opposition démocratique au Togo doivent converger pour dérouler leur plan de match vers la démocratie. La Diaspora togolaise, républicaine, doit clairement être du côté de l’opposition démocratique…. Le Togo n’a pas besoin d’être aussi longtemps pris en otage par un régime d’une autre époque, par une nomenklatura narcissique dévoilée ou déguisée. Un tel Togo va inévitablement à tâtons, à reculons même; un Togo privé des seuls ingrédients qui font le développement : la dignité, la fierté et l’enthousiasme des citoyens, de tous les citoyens. La longue période de noirceur qui règne au Togo ne doit nullement pousser les uns et les autres au désespoir et au déshonneur. Car, il existe toujours une certitude révélée au Togo, depuis sa naissance : ce Togo sera libre ou ne sera pas! Ensemble, restons insoumis devant l’inacceptable. Par Pierre S. Adjété

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

Togo: Eriger Gnassingbé Eyadéma en Héros Togolais s'apparente fort à ériger Hitler en Héros Allemand
Si je m'en tiens seulement à la capitale Lomé, l'une de ses principales artères porte le nom de Gnassingbé Éyadéma. Il y a environ un mois et demi, la toute nouvelle aérogare de la même capitale, baptisée du nom du même tristement célèbre feu « Timonier du Togo ». Je suis, par ailleurs, témoin oculaire de la façon dont la jeunesse togolaise aura forcé Gnassingbé Éyadéma à démolir lui-même, à la veille de notre mémorable Conférence Nationale Souveraine (CNS), sa propre statue qu'il avait érigée juste en face de l'actuel « Palais des Congrès », non loin du « Monument de notre Indépendance ». Statue qu'il avait démontée lui-même en catimini, nuitamment, de manière très peu glorieuse ! Laquelle statue n'est toujours pas encore, pour autant que je sache, réinstallée à sa place. Et pour cause !... Mais voici que M. Faure Essozimna Gnassingbé vient d'inaugurer, à Kara (Togo), une autre statue symbolisant son géniteur. En somme, sous nos yeux, à la barbe du Peuple togolais, le régime RPT/UNIR reprend la perpétuation, tranquillement, de l'œuvre d'érection de Gnassingbé Éyadéma en « héros » national du Togo. Mais qui est au juste Gnassingbé Éyadéma ?! C'est un « Tirailleur sénégalais » [appellation générique par laquelle la France désignait ses soldats africains recrutés dans toutes ses colonies d'Afrique noire] qui ira faire, pour la France, des guerres coloniales au lendemain de la Seconde Guerre mondiale — au Vietnam d'abord, puis en Algérie ensuite. Par Tété GODWIN
  Togo : Faure Gnassingbé réprimandé par le doyen Godwin Tété
En visite officielle en Allemagne à la mi-juin 2016, M. Faure Essozimna Gnassingbé a accordé une interview qui – fondamentalement – porte sur les fameuses réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales que le brave Peuple togolais et la "Communauté internationale" lui réclament à cor et à cri depuis qu’il a, frauduleusement, scandaleusement, tragiquement accédé au pouvoir d’État en 2005. Le contenu de cette interview – eu égard aux cruciaux enjeux qu’il recèle – s’agissant du destin de la Terre de nos Aïeux le Togo, mérite que nous lui prêtions un tant soit peu d’attention. Et c’est ce que nous nous efforçons de faire ci-après. Le fait est que, de nos jours, la Terre des Aïeux : le Togo s’avère en train de subir une colonisation et un colonialisme d’un autre âge, d’origine endogène, d’essence ethno-militaro-clanique. Une colonisation et un colonialisme dont pâtit douloureusement l’écrasante majorité du Peuple togolais. Une colonisation et un colonialisme dont les bénéficiaires ont pour chef de file M. Faure Essozimna Gnassingbé ! Il convient donc que nous parvenions à trouver les voies et les moyens appropriés requis et, avec eux, à Renverser la vapeur…Par Godwin Tété

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

Togo : Pour un nouveau départ
On peut accorder l’importance que l’on veut à une lettre pastorale de religieux qui s’adresse, non seulement aux fidèles, mais aussi à tous les peuples en général et à un peuple en particulier comme le peuple togolais. Moi, je suis de ceux qui croient que l’on ne saurait exclure le religieux du cœur de l’humanité. Un pape, sur ce plan, cite un écrivain. Dans le livre interview du pape Jean-Paul II, Entrez dans l'Espérance dans lequel j'ai trouvé cette phrase :" André Malraux avait certainement raison de dire que le XXI siècle serait religieux ou ne serait pas“. Quel est le sens de ce mot : religieux? Ma préoccupation est : les peuples africains en général, et le peuple togolais en particulier, vont-ils entrer dans l’Espérance ? Évidemment, croire ou ne pas croire en Dieu, est laissé au choix de chaque individu. Dieu, dit l’abbé Pierre, « ne nous envoie pas que la bonté. Il nous envoie la liberté. Avec la liberté, tu peux être bon ou mauvais. »
  Lettre ouverte aux chefs traditionnels du Togo… Ce que vous êtes devenus aujourd'hui
De notoriété publique, vous étiez, dans ces temps-là, pour les peuples africains en général et singulièrement togolais, la représentation, que dis-je ? Vous étiez les racines-mêmes, l’incarnation même de la civilisation négro-africaine. En effet, vous étiez nos Chefs séculiers, religieux ; vous étiez nos Chefs de guerre. Mais, étant choisis, intronisés et entretenus par les populations concernées elles-mêmes, vous jouissiez d’une totale liberté d’action. Vous étiez autonomes, indépendants ! Vous affichiez un comportement réellement démocratique. Sinon vous étiez biologiquement (ou du moins symboliquement) liquidés.Vous étiez respectés (!), honorés (!), chéris (!) par vos gens. Mais qu’êtes-vous aujourd’hui au juste ? Déjà la colonisation et le colonialisme européens avaient commencé à grignoter, à éroder, à dénaturer l’institution de la chefferie traditionnelle. Mais c’est surtout le régime éyadémao-gnassingbéen qui va, de systématique façon, complètement ruiner, vider cette institution de son contenu !!! À vrai dire, et tout le monde le sait, y compris vous-mêmes, vous êtes devenus de nos jours, dans votre écrasante majorité, artificiellement mis en place par un système politique lui-même artificiellement faussement auto-installé. Un système politique qui vous entretient vaille que vaille. Un régime politique qui vous instrumentalise, vous humilie (!), vous ridiculise !!!

PORTRAIT

 

TRIBUNE LIBRE

Togo : Koffi Djondo le panafricain, l'exemple togolais
Gervais Koffi Djondo est le père d’Ecobank et d’Asky Airlines, deux grandes success-stories africaines de ces dernières années. Il a chaque fois fait le pari du secteur privé, du marché panafricain et des compétences africaines. Forbes Afrique raconte la parcours d’un homme qui se définit comme un panafricaniste de l’économie. Gervais Koffi Djondo est un octogénaire discret et peu connu du grand public en dehors du Togo. Il est pourtant devenu une légende dans le milieu des affaires en Afrique. Il a cofondé Ecobank, le premier groupe bancaire privé panafricain, et est le père de la compagnie aérienne Asky. Deus success-stories qui ont plusieurs points communs et qui ont contribué à nourrir le mythe du milliardaire togolais : elles ont toutes les deux une dimension panafricaine, elles sont nes grâce à l’initiative privée, et elles ont été conçues et mises en œuvre par Koffi Djondo.
  Togo : La misère du peuple togolais n'est pas due à la croissance démocratique spectaculaire
Tout récemment, j’ai entendu proférer, par une personnalité censée être une “autorité nationale ” de chez nous, une « thèse » qui laissait croire que l’indescriptible misère matérielle et immatérielle actuelle du Peuple togolais serait une conséquence directe de la croissance démographique enregistrée dans notre Pays entre 1960 et 2016. Misère qui crève les yeux à tout observateur un tantinet soit peu attentif. En effet, aux termes d’un rapport officiel du gouvernement togolais, les ratios suivants, relatifs au seuil de pauvreté internationalement établi, sont notés en allant du sud au nord de la Terre de nos Aïeux. Selon les chiffres rendus publics par le Ministre de l’économie et des finances, en prenant 10 Togolais par région, on est ahuri par la proportion des personnes très pauvres. En voici le tableau : 5 personnes sur 10(53,9%) dans la région maritime 6 Personnes sur 10(64,7%) dans la région des plateaux 7 personnes sur 10(68,4%) dans la région de la Kara 8 personnes sur 10(80,2%) dans la région centrale 9 personnes sur 10 (90,8%) dans la région des savanes

COOPERATION

 

TRIBUNE LIBRE

Ouverture de la 3e Female TechCamp de l’Ambassade des Etats-­Unis au Togo
Ouverture de la troisième édition du Female TechCamp de l’Ambassade des Etats-­‐Unis au Togo. Organisé en collaboration avec le « American Corner » de l’Université de Lomé, l’édition de cette année porte sur la thématique des énergies renouvelables. L’Ambassadeur des Etats-Unis au Togo a été représenté par le Chargé d’Affaires, Madame Dana Banks. Dans son allocution d’ouverture, Madame Dana Banks, Chargée d’Affaires de l’Ambassade des USA au Togo a souligné « l’importance d’éduquer les jeunes femmes pour être des dirigeantes dans leurs communautés et devenir des dirigeantes du monde capables de promouvoir la cause des femmes sur le plan international ». Elle a évoqué le programme « Let Girls learn » lancé par la Maison Blanche en mars 2015 et pour lequel « le Togo a été choisi comme l’un des pays pilotes ». Dana Banks a conclu son discours en invitant les participants au TechCamp à commencer dès maintenant à travail pour réaliser l’avenir du Togo.
  Que viendrait faire le sieur Dominique Strauss-Khan au Togo ?
« Dis- moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es » Dicton populaire « Qui se ressemblent, s’assemblent » Dicton populaire En date du 04 mars 2016, le journal Togolais L’ALTERNATIVE, N°503, nous informe en ces termes-ci : « DSK annoncé à Lomé pour conseiller Faure ». Une telle information a soulevé un tollé au sein de l’opinion publique de la capitale de notre pays. Cependant, à mon humble avis, elle n’a pas produit la réelle vague d’indignation qu’elle aurait dû susciter… Aussi appelle-t-elle, de ma modeste part, les commentaires qui suivent. 1. Tout d’abord, y aurait –il, à l’heure actuelle, un domaine où il manquerait de cadres togolais parfaitement formés et aguerris pour conseiller les « dirigeants » de notre pays ?! Je ne le crois pas ! En effet, déjà quand j’étais garçonnet, c’est –à-dire il ya 80 (quatre –vingts) ans, le Togo fournissait des cadres reconnus valables et appréciés, à toute l’Afrique occidentale et équatoriale !!! De nos jours, les cadres togolais qui œuvrent dans des institutions internationales se chiffrent à un nombre tout à fait éloquent et constituent une fierté et un honneur pour la Terre de nos Aïeux !

PORTAIT

 

TRIBUNE LIBRE

Togo : Qui est l'opposant Antoine Randolph
  Togo - Enlèvement d'Antoine Randolphe : Le vrai visage du système Gnassingbé
Antoine Ati Randolphe est un ami et un compagnon de lutte. Nous nous sommes retrouvés dans plusieurs réunions de la diaspora togolaise en Europe. C'est un homme pétri des valeurs humaines et démocratiques, qu'il met au-dessus de tout. Un homme de conviction. Ce qui est arrivé à Antoine peut arriver à n'importe lequel d'entre nous qui vivons en exil et que la nostalgie brûle ardemment. Hier, c'était Koffi Folikpo, revenu au pays, arbitrairement arrêté dans les rues de Lomé, détenu à la prison civil sans motifs, puis un jour relâché, sans jugement, sans que personne n'ait jamais su ce qu'on lui reprochait. C'est à cela que servent les forces dites de l'ordre au Togo? C'est à cela que servent même la justice, et les prisons? C’est de cette façon qu’un système réellement démocratique fonctionne ? C’est cela l’État de Droit ? Je ne rappelle plus ce qui était arrivé à David Do Bruce, lui aussi enlevé et disparu : personne ne connaît son sort final. Je n'évoque pas non plus le cas d'Atsutsé Agbobli, kidnappé, assassiné, noyé, dans des circonstances qu'aucune enquête n'a élucidé de manière convaincante.

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

Togo AVŨƉOXOƐ : Le jeu de cache-cache des enfants togolais
Ai-je dit « enfants »? Oh, excusez-moi. Il s'agit bien d'adultes qui jouent, non pas pour s'amuser, comme des enfants, mais pour gagner...Gagner quoi? Devinez ! Lorsqu'il s'agit du jeu d'enfants, le poème de jeu ici utilisé dans un sens parabolique, se conclut par la formule : « Gbegble be nu e loo … Avi mu le eme o » (C'est juste pour s'amuser. Il n'y a pas lieu de pleurer.) Mais ici, à le voir appliqué par les adultes, dont le propre est de réfléchir, de discerner ce qu'ils veulent et ce qu'ils ne veulent pas, et de prendre des décisions qui peuvent engager non seulement leur propre avenir et leur place dans l'histoire mais aussi ceux des gens de leur entourage, de leur communauté, de leur pays, les plus sensibles ne peuvent s’empêcher de s’inquiéter et même de pleurer. Je veux parler de la nomination du chef de file de l'opposition, en la personne de monsieur Jean-Pierre Fabre, Président National de l'ANC. De toute façon, moi je ne pleure pas, parce que je savais qu'il allait en arriver là.
  Togo: Développement durable par la dictature ou grâce à la démocratie authentique ?
Au lendemain des horribles hostilités de la Seconde Guerre mondiale, et eu égard à l’inestimable rôle joué par l’Union Soviétique dans l’écrasement du nazisme, les cadres intellectuels des pays du Tiers-monde se trouvaient tout à fait séduits par le concept de « parti unique » et sa mise en application. Mieux, avec l’avènement des « indépendances » de ces pays, ce concept ne se discutait même plus ; il apparaissait aux nouveaux dirigeants de ces nouveaux pays comme un incontournable passage obligé… Mais, très vite, le « parti unique » se révéla, à l’épreuve de la Vie…, un « parti inique ». Il s’afficha comme le parti d’un individu ou d’un clan minoritaire : Un parti dictatorial, contre –productif. Aussi devint–il, au cours de la décennie 1980-1990, terriblement boudé, décrié et vomi par l’écrasante majorité des peuples concernés. Et ce, à juste titre !

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

Voeux pour le Togo et pour l'Afrique
Que l'année 2016 soit l'année de ces enfants. Que l'année 2016 soit celle de l'avenir que l'on prépare lucide et serein pour nos enfants, nos petits-enfants, par une vraie politique de l'éducation et de la formation, de la jeunesse qui ne soit pas condamnée à l'errance comme les générations précédentes, Que cette jeunesse brise l’étroitesse d’esprit de ceux qui ont accumulé les aberrations, au point que finalement, ils se sont eux-mêmes enfouis sous ces aberrations et les embrassent comme des trésors, les caressent, même lorsque leur poids risque d’étouffer les vraies valeurs. Que l'année 2016 soit celle de politiciens nouveaux, à l'esprit renouvelé, non pas ceux qui pensent en fait comme ceux de la coterie de Bodémakutu II, formatés par la bodémakuterie, et qui eux aussi comptent les billets, même souillés, mouillés gagnés au prix de la sueur et des entrailles des plus pauvres,
  La question des élections contestables et contestées en Afrique
Le dimanche 20 décembre 2015, j’ai écouté un débat sur les antennes de Radio France Internationale (RFI), portant sur les fameuses élections qui, en Afrique, à l’exception de quelques rarissimes cas près, ressortent toujours contestables et contestées. Ce débat visait à cerner, à comprendre la raison fondamentale d’un tel état de choses au XXIe siècle. Mais à mon humble avis, la discussion a plutôt tourné autour du pot. Elle s’en est tenue uniquement à la partie émergée de l’iceberg. Elle n’est pas allée au fond de la situation sociologico-politique concrète en considération. En bref, le débat que j’ai auditionné le 20 du mois en cours n’a abordé qu’un effet au lieu de s’attaquer d’abord et surtout à la cause de cet effet. Voilà pourquoi je prends encore ma plume ici, en vue de remettre, un tant soit peu, les pendules à l’heure

TRIBUNE LIBRE

 

DROIT DE L'HOMME

Société, gouvernance des hommes et spiritualité
À juste raison, Aristote a écrit : « L’homme est naturellement un animal politique » [In Politique]. Mais parce qu’il « est naturellement un animal politique », l’homme est, ipso facto, naturellement un animal social. Je dirais même que c’est parce qu’il est social qu’il est politique. Car nous connaissons d’autres animaux qui ne vivent qu’en société, comme les fourmis, les termites, les abeilles, les buffles et les éléphants sauvages, etc. À cet égard, Karl Marx aura, à mon modeste avis, abattu une besogne inestimable… Cependant, en dépit de tout le respect, de toute l’admiration et de toute l’affection que je voue personnellement à l’auteur du Capital, je prétends que l’Homme ne saurait être uniquement social ; je dis que l’Homme porte en lui une flamme ténue, une étincelle subtile, un rayon d’un "Quelque Chose", que, faute d’un vocable plus approprié, nous pourrions appeler le Divin (ou la Divinité). Un "Quelque Chose" qui sépare l’Homme de l’animal…
  Togo : Quoi faire ?

TRIBUNE LINRE

 

TRIBUNE LIBRE

OH! Quelle magnifique leçon du vaillant peuple burkinabé
Aussi l’annonce, dans la soirée du mercredi 16 septembre courant, du coup d’État perpétré au Burkina-Faso par le général Gilbert Diendéré, m’a-t-elle plongé dans : une profonde indignation, une stressante révolte, une indicible affliction – qui auront provoqué de chaudes larmes chez moi, à mon corps défendant… Et voici qu’hier soir, la même Radio France Internationale (RFI) m’apprend que le même tristement célèbre général G. Diendéré a déclaré, à haute et intelligible voix, que son coup appartient déjà à l’Histoire (!!!). Et de s’excuser, de demander pardon, de regretter les morts et les dégâts matériels occasionnés par son aventure terriblement (!!!) irréfléchie ! Et pourquoi donc ?! C’est en guise de tentative de réponse à cette question que je souhaite avancer les quelques commentaires qui suivent. Gloire au vaillant peuple burkinabè ! Gloire à la dynamique et vigilante jeunesse burkinabè ! Gloire aux soldats patriotes burkinabè ! Gloire éternelle aux immortels martyrs politiques burkinabè !!! – en mémoire desquels je suggère qu’un monument soit érigé à Ouagadougou !!! « The struggle continues ! » [= « La lutte continue ! »] (Kwame Nkrumah).
  Togo : une « démocratie » sous Rangers
Coincé entre le Ghana, le Bénin et le Burkina Faso, le Togo vit depuis des décennies sous le joug de la dictature. Répression, étouffement de la liberté d’expression, le plus petit pays d’Afrique est celui « où les gens sont les plus malheureux du monde »1. Le journaliste togolais David Kpelly raconte – et dénonce – cet état de fait. Il y a, aujourd’hui, un certain désespoir, un goût d’aveu d’impuissance quand on décide de parler du Togo. Parce qu’on a beau être déterminé, coriace et optimiste on finit toujours par douter, faiblir, se résigner devant certaines situations, certains drames qui durent trop. Le Togo. Voilà un petit pays en superficie, 56 600 km2, l’un des plus petits pays d’Afrique, morceau restant d’un gâteau dans lequel avaient mordu l’Allemagne, l’Angleterre et la France, le Togo donc, ce petit pays en superficie, qui présente, pourtant, la particularité d’être l’un des laboratoires où se sont expérimentés, s’expérimentent les plus grands drames ayant frappé l’Afrique après les indépendances : coup d’État, armée tribale et sanguinaire, dictature, parti unique, soulèvements populaires sans fin, assassinats d’opposants, d’intellectuels et de journalistes, mandats éternels, élections truquées et sanglantes, succession de père en fils…

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

quelques questions essentielles à l'attention des chefs d'Etats africains actuels
Les deux discours de Barack Obama – Président des États-Unis d’Amérique – prononcés l’un le 11 juillet 2009 à Accra (Ghana), et l’autre le 28 juillet 2015 à Addis Abéba (Éthiopie), resteront vraisemblablement longtemps dans les annales historiques des peuples africains et d’ascendance africaine. Deux discours qui, au demeurant, ne font qu’un quant à leurs teneurs respectives. Deux discours qui donc méritent toute notre attention, qui valent la peine que nous nous y attardions un tant soit peu ; que nous leur donnions l’écho le plus large, le plus lointain possible. Voilà pourquoi je prends la liberté d’interpeller ici les chefs d’État africains de nos jours, ainsi que nos « clercs » qui les soutiennent moyennant des avantages bassement matériels et matérialistes… Dans cet ordre d’idées, je leur pose les quelques questions essentielles suivantes, qui découlent, en droite ligne, des attitudes et/ou réactions qu’ils ont, eux-mêmes, affichées par rapport aux souhaits et/ou recommandations émis par le Président Barack Obama.
  Glosons sur le discours de François Hollande à Dakar et Cotonou
Je dis bien "le" et non "les" discours. Car, en effet, il s’agit d’une même préoccupation, d’une même pensée, d’une même mise en garde à l’endroit des mêmes chefs d’État africains postcoloniaux indécrottables. Au reste, les mots employés dans ledit discours s’avèrent pratiquement les mêmes, à l’exception des références positive et négative explicites faites respectivement au Bénin et au Burundi. Au Bénin qui, depuis sa "Conférence des Forces Vives de la Nation" démarrée le 19 février 1990, affiche une démocratisation notable au profit du peuple concerné. Au Burundi où, en quelques semaines seulement, des dizaines de simples citoyens sont assassinés !!! pour qu’un roitelet attardé puisse demeurer indéfiniment aux rênes du pouvoir d’État.

TRIBUNE

 

TRIBUNE LIBRE

Togo : Les leçons que je tire de l'élection présidentielle de 2015
Rentré tout juste de Lomé à Paris, après un séjour de huit bons mois au bercail, j’éprouve comme un besoin de raconter, à mes co-combattants togolais de la liberté, ce que je pense de la présidentielle qui s’est déroulée dans notre pays en date du 25 avril 2015. Il va sans dire que mes opinions ici exprimées – que j’assume pleinement – n’engagent que moi et moi seul. Je continue à croire fermement que, dans le cadre du CAP 2015 (Combat pour l’Alternance en 2015) et sous la houlette de l’ANC (Alliance Nationale pour le Changement), nous avons eu raison de prendre part à la présidentielle en cause. [Cf. mon article y relatif du 10 février 2015.]. En effet, notre participation, pour le moins, a contraint le régime RPT/UNIR à se mettre à nu, au vu et au su de l’univers entier. Et ce, par les propres méthodes sauvages, grotesques, éhontées dudit régime. Cette participation nous offre aujourd’hui, pour le moins, les arguments… nous permettant la poursuite… de notre combat pluridécennal.
  Election présidentielle 2015 au Togo Et après ? (Volet 1)
Quelle que soit l’issue du scrutin, - continuité avec le régime actuel ou victoire de l’opposition -, au regard des leçons tirées de la longue lutte du peuple togolais et aussi de l’ampleur des enjeux des réformes politiques et de l’urgence d’un développement économique et social, le régime et l’opposition future, auront à relever un défi de taille. Celui de la mise en œuvre effective – en acte et non en parole - des réformes constitutionnelles et institutionnelles, ainsi que de la mise en route rapide d’un plan d’action gouvernemental très concret, vivement attendu par la grande majorité des Togolais pour la démocratie véritable, le développement économique, la justice et le bien-être social, loin des slogans et des déclarations de campagne. Alors pourra s’ouvrir une nouvelle page pour la reconstruction du Togo. Que faire au lendemain de la présidentielle du 25 avril 2015 ? Ce volet sera traité tout prochainement.

TOURNONS LA PAGE

 

PRESIDENTIELLES 2015

Au Togo, une famille fait encore les beaux jours de la Françafrique
Le pouvoir ne se partage pas au Togo. Depuis 1967, la famille Gnassingbe y occupe la fonction suprême. Il y eut d’abord Étienne Eyadéma, le père, qui tint les rênes de ce petit pays d’Afrique occidentale jusqu’en 2005. Il y a aujourd’hui l’un des fils, Faure, qui lui a succédé à l’issue d’une transition violente et qui ambitionne un nouveau mandat à l’occasion d’une élection présidentielle qui se tiendra le 25 avril. Du coup, le Togo figure en tête d’un classement original établi par une coalition d’Ong sous le label « Tournons la page » : il s’agit de calculer pour différents pays le pourcentage de la population qui n’a connu qu’une seule famille au pouvoir. En haut du podium se trouve la Corée du Nord, où 93% de la population n’a connu que la dictature établie en 1948 par Kim Il-sung – lui ont succédé son fils Kim Jong-il et son petit-fils Kim Jong-un. Le second est le Togo, où 88% de la population n’a connu que le père et le fils Gnassingbe.
  Togo-Présidenteilles 2015: malgré l'intervention de l'OIF, 3 électeurs fictifs sur 4 voteront
Le Comité de consolidation et de vérification du fichier électoral, mis en place le 27 mars 2015 par la mission d'expertise conduite par l'OIF, a rendu son rapport et annoncé un corps électoral définitif de 3,5 millions d'inscrits, soit une réduction de 100 000 électeurs par rapport à l'estimation initiale annoncée par la CENI à l'ouverture du processus de révision des listes électorales. Cette réduction ne constitue pourtant que le quart (¼) de la fraude au fichier, estimée à 400 000 électeurs fictifs par Synergie-Togo, sur la base de l'annonce initiale de la CENI. La fraude au fichier avant scrutin est ainsi ramenée, pour l'élection présidentielle du 25 avril 2015 de 13 à 10% du corps électoral en moyenne, avec des disparités importantes selon les préfectures (voir figure jointe). Les disparités ainsi constatées auraient pu permettre, via une approche terrain, de corriger significativement les anomalies du fichier électoral. Communiqué Synergie-Togo

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

Togo/Report de la présidentielle togolaise: le gouvernement manque de sérieux
En décidant de suivre à la lettre la recommandation de la CEDEAO et en reportant de 10 jours le scrutin présidentiel prévu au Togo le 15 Avril 2015, le gouvernement dirigé par Faure Gnassingbé et Séléagodji Ahoomey-Zunu a fait preuve d’un manque criard de responsabilité. J’écris ces observations après avoir discuté avec quelques personnes bien entrées dans le processus en cours chez nous au Togo. Je suis renforcé dans ma conviction que le gouvernement au Togo se fout de la qualité de cette élection qu’il croit avoir déjà remporté. J’en suis peiné pour mon pays ! Par Dany K. AYIDA
  Togo : La présidentielle d'avril 2015 est un référendum au même titre qu'en Avril 1958
J’ai toujours, à juste raison, soutenu que les législatives réalisées au Togo en date du 27 avril 1958, sous les auspices des Nations–Unies, auront été, de facto, un véritable référendum d’autodétermination. En effet, elles revenaient à poser au peuple togolais la question-ci : « VOULEZ-VOUS CONTINUER Á VÉGÉTER DANS LE GIRON NÉOCOLONIAL OU PRÉFÉREZ-VOUS UNE INDÉPENDANCE RÉÉLLE ? » Et voici que cinquante-sept ans jour pour jour plus tard, encore une fois à la croisée des chemins, en avril 2015, la Terre de nos Aïeux le Togo se voit encore une fois contrainte de faire un choix hamlétien : SUBIR, AD VITAM AETERNAM, LE RÉGIME CLANIQUE et DICTATORIAL DES GNASSINGBÉ,OU SE LEVER COMME UN SEUL HOMME POUR LE REJETER Á JAMAIS. Tel s’avère, à la vérité, l’enjeu insidieux (!!!) de la présidentielle d’avril 2015 qui agite tant notre nation depuis des lustres déjà.

OPINIONS-DEBATS

 

ELECTIONS TOGO

Invitation à la conférence débat : L'Afrique tourne-t-elle la page des dictatures ?
  Synergie Togo : Plaidoyer pour un audit approfondi du fichier électoral 2015
Depuis avril 2013, l'augmentation de l'ensemble de la population togolaise, mineurs et étrangers compris n'atteint pas 350 000 personnes. Le chiffre de 600 000 nouveaux inscrits annoncé par la CENI au démarrage de la révision des listes électorales est donc invraisemblable et le fichier électoral issu du processus de révision doit être soumis à un audit sérieux et approfondi, pour que les morts, les mineurs et les étrangers ne votent pas et que chaque citoyen togolais ait droit à un et un seul vote.

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

Togo : Jean-Pierre Fabre le courage et la détermination !
Jean-Pierre Fabre a démontré à suffisance qu’il est un gros travailleur et s’avère un homme de caractère, c’est-à-dire un homme susceptible de mener des hommes, un homme capable d’incarner valablement une lutte de libération nationale… En somme, il s’affiche tel un homme faiseur d’histoire. Moi Tété Godwin, membre du Haut Conseil de la République (HCR) togolaise en 1991- 1992, je me permets, dès lors, d’inviter instamment toutes les Togolaises, tous les Togolais, tous les partenaires en développement du Togo, à soutenir fermement Jean-Pierre Fabre dans son combat avec et pour le peuple togolais !. par Tété GODWIN
  Togo : Des raisons fondamentales de l’interdiction d’un troisième mandat présidentiel
Faure Gnassingbé tend à s’entourer d’une vaste cour de courtisans et courtisanes budgétivores. Il se laisse griser par les flatteries, les fausses louanges. Il méprise tout le monde. Il n’écoute plus que lui-même. Faure Gnassingbé s’adonne à la concupiscence sur toute la ligne, à la gabegie, à une gouvernance fantaisiste, calamiteuse, cependant que son peuple s’abîme dans une misère, dans un paupérisme, dans une indigence abyssaux ! Voilà, en quelques mots, des raisons essentielles qui fondent et justifient l’interdiction catégorique d’un troisième mandat présidentiel.

TRIBUNE LIBRE

 

EMISSION RADIO

Les intellectuels africains aux commandes de l’Etat : le cas du Togo
Deux quadras, intellectuels universitaires de bonne pointure, entrent pour la première fois au gouvernement. Ce n’est pas la première fois que des universitaires participent aux affaires publiques mais ce qui est nouveau c’est que ces deux personnes : Robert Dussey aux affaires étrangères, docteur en philosophie et Kako Nubukpo à la prospective économique, docteur en économie, ont chacun publié récemment un ouvrage qui dénonce avec vigueur et conviction les maux dont souffrent les gouvernements africains. Les titres sont évocateurs : « l’Afrique malade de ses hommes politiques[1] » pour le premier et « l’improvisation économique en Afrique de l’Ouest[2] » pour le second.
  Togo, le pays des « sorciers blancs »
Alors aujourd’hui, le Togo, connaîtra-t-il une révolution semblable à celle du Burkina Faso avant l’élection présidentielle prévue dans quelques semaines, les mêmes causes produisant les mêmes effets ? C’est une possibilité tant les jeunes opposants ont vu dans les événements de l’automne 2014 au Burkina Faso une invitation implicite à agir et à descendre eux aussi dans la rue pour chasser un pouvoir corrompu et despotique !

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

Togo : "nous devrions participer à cette présidentielle de 2015" selon Tété Godwin
Certes et de toute évidence, Faure Essozimna Gnassingbé mise sur l’armada prétorienne et les milices stipendiées que lui a léguées son géniteur. Mais j’ai le sentiment que nous devrions participer à cette présidentielle de 2015 en toute connaissance de cause, en vue de limiter, au moins, les dégâts, aux fins de nous donner les indispensables arguments susceptibles de nous permettre de poursuivre le combat salvateur du Peuple togolais jusqu’à sa victoire finale sur le régime suranné du RPT /UNIR. Régime à présent vomi à 85% par ce Peuple. J’ai dit et j’assume !
  Togo : je dénonce et accuse le roitelet Faure Gnassingbé
Le 31 décembre, en plein débat à l’Assemblée nationale sur les réformes constitutionnelles, institutionnelles prescrites par plusieurs accords consensuels, Faure Essozimna Gnassingbé a délivré, à la nation togolaise, un de ces discours insipides, creux, fallacieux, sans la moindre élévation d’âme, sans hauteur d’esprit aucune. Dans la foulée, il nomme Madame Awa Nana au poste de « Médiateur de la République ». Aussi les lignes qui suivent entendent –elles se pencher quelque peu sur certains aspects de ces deux coups médiatiques et électoralistes du roitelet illégal et illégitime qui nous régente depuis la mort de son géniteur Gnassingbé Eyadéma intervenue le 05 février 2005.

FAURE DEGAGES

 

TRIBUNE LIBRE

Togo : Manifestation de l’opposition le 13 janvier 2015
La Synergie des ODDH, CAP 2015, CIBAL-TOGO invitent les populations togolaises à prendre massivement part aux rassemblements quotidiens, de 8h à 22h, qu’ils organisent, à compter du mardi 13 janvier 2015, sur toute l’étendue du territoire national, pour exiger l’adoption et la mise en œuvre des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales avant toute élection au Togo
  Togo : Le RPT/UNIR et ses affidés crient aux voleurs !
La tarte à la crème que l’on nous sert en ce moment, est que l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) ne voudrait pas des réformes. Prétendre négocier aujourd’hui, l’application de l’APG, signé il y a huit ans, est tout simplement inacceptable. L’on ne saurait en effet, rechercher un consensus pour l’application d’un accord résultant d’un consensus et, au demeurant, constituant en soi, le consensus.

SONDAGE

 

PROJET BOLLORE

85% des Togolais pour la limitation des mandats présidentiels
Selon l'enquête d’Afrobaromètre d’Octobre 2014, 85% des Togolais approuvent la limitation du nombre de mandats présidentiels à deux. Les sympathisants de l’opposition répondent à 93% en faveur de la limitation des mandats. Sans ambiguïté, la déclaration récente de Faure au Ghana, qui est une réticence à cette réforme, ne saurait représenter les aspirations profondes du peuple togolais.
  Togo : Bolloré lance le site Internet togo2030.com
Bolloré a annoncé ce jour le lancement du site Internet www.togo2030.com, créé dans le cadre d'un projet visant à réduire la fracture énergétique du Togo. La finalité est de déployer le long de la Blueline, le chemin de fer qui reliera Lomé, la capitale, à la boucle ferroviaire ouest africaine, des espaces de vie à l'usage des Togolais appelés 'Bluezones'.

TRIBUNE LIBRE

 

REPLY TO REPUBLICOFTOGO

Sur la légalité et l'illégitimité de la constitution en vigeur au Togo
La «constitution en vigueur» au Togo depuis le 31/12/2002 est illégitime car elle manque cruellement de la légitimité populaire dont bénéficie la constitution de 1992 plébiscitée par le peuple togolais souverain à 99,7 %.
  Togo: Ce qu'a dit François Hollande à Fraude Gnassingbé
François Hollande augmente la pression sur Faure Gnassingbéet et lui demande d’écouter « la voix de son peuple...Nous apporterons tout le soutien nécessaire aux citoyens des pays dont on empêche l’alternance politique! ». Le Togo est devenu l’unique bête noire d’une région où Faure Gnassingbé sera le seul à marcher sur la tête !

POESIE POLITIQUE

 

TRIBUNE LIBRE

Les élucubrations de Joseph Koffigoh:
Il faut lâcher du lest et de l'eau dans le vin, C'est ça que je dirais si je voyais le prince; Soyons réalistes la chance est vraiment mince De lui barrer la voie qui conduit au scrutin. Coupons la poire en deux, laissons le rempiler; Mais il doit accepter aujourd'hui les réformes, Afin que dès demain on retrouve les normes Qui rendent le pouvoir léger à supporter.
  NON ! Faure Gnassingbé ne doit pas pouvoir braver la volonté du peuple togolais
On savait, depuis belle lurette, que si notre illégal et illégitime rotelet Faure Essozimna GNASSINGBÉ a fait tout et continue à tout faire pour empêcher les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales prescrites par l’Accord Politique Global (APG) du 20 Août 2006, c’est simplement parce qu’il tient mordicus à briguer un troisième (et pourquoi pas un énième ) mandats présidentiels.

SOLDAT DU PEUPLE

 

TRIBUNE LIBRE

Togo : Camarades Soldats ouvrons nos yeux pour voir
Vous, Officiers, diplômés des grandes écoles interarmées, vous ne faites pas honneur à notre pays. Vous, soldats de troupes et sous-officiers, vous faites preuve d’un déficit professionnel émanant du manque d’une formation républicaine qui devrait faire de votre métier une entité équitablement républicaine et impartiale. Vous, Gendarmes et policiers, il est temps que vous preniez conscience des nobles responsabilités déontologiques et républicaines qui sont les vôtres. Camarades Soldats, hier, nous étions presque comparables à une milice privée de Gnassingbé père ; aujourd’hui sous le fils, comparativement à nos camarades de la sous la région, on dirait que nous sommes devenus des ‘‘moutons’’. Mme Gnassingbe Badagnaki, épouse de feu président Eyadema, continue de vivre au Camp RIT depuis bientôt 10 ans et perçoit près de 100 millions de Francs CFA par mois à la DS. Communiqué du SOLDAT DU PEUPLE
  Insurrection populaire au Burkina Faso : le peuple éduque les intellectuels
Une abondante une littérature produite par les différents médias burkinabè traite de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. La question simple est celle de savoir si le peuple a agi en toute légitimité ou plutôt en empruntant les voies de l’illégalité ? On se perd en conjecture si nous abordons cette question à l’aune des points de vue contradictoires que les journaux nous offrent jusqu’à présent. Mais si nous traitons cette question en prenant comme boussole la souveraineté du peuple, tout devient limpide et apparait clairement. Cet écrit se fixe modestement comme objectif de tirer les enseignements économiques de cette insurrection au profit de l’ensemble des intellectuels. Les intellectuels et les cadres ont toujours cru qu’ils entretenaient avec le peuple une relation descendante (de haut en bas) et univoque ; cet article démontre qu’elle est plutôt biunivoque (de bas en haut mais aussi de haut en bas).

RAPPORT SUR LA CRISE TOGOLAISE

 

TRIBUNE LIBRE

Togo : Une communauté internationale prise en étau
Les représentants du Groupe des 5 (France, Allemagne, Etats-Unis, PNUD et UE), désireux de proposer une action coordonnée, ont créé un cadre de discussion périodique avec l’ensemble des acteurs politiques. Ces séances ont pour objectif de discuter de manière franche et à huis clos des questions politiques qui divisent le pays. Malgré certaines avancées, les acteurs internationaux restent confrontés de manière récurrente à deux défis : l’incapacité 
à imposer les réformes en l’absence de volonté politique
des acteurs et le risque d’instrumentalisation de l’action internationale à des fins politiques. Tout d’abord, en raison des blocages internes, les partenaires extérieurs sont souvent considérés comme les seuls à pouvoir faire pression sur le président pour la mise en œuvre des réformes.Or, le rejet du projet de loi par l’Assemblée nationale en juin 2014 rappelle qu’aucune réforme ne pourra se faire sans la volonté du parti présidentiel. Le président togolais n’hésite pas à passer outre certaines décisions comme en témoigne le non-respect de certains des engagements souscrits en 2004, comme l’organisation des élections locales dans un délai d’un an.
  Togo : Qui contenter ?
À la suite de l’évènement historique survenu au Burkina Faso, le renversement de Blaise Compaoré, par l’action du peuple burkinabé ( cela mérite d’être souligné), j’ai lu la déclaration du « Combat pour l’Alternative Politique en 2015 (CAP 2015)”, qui, nous dit-on , est dirigé par Jean-Pierre Fabre, candidat unique du nouveau-né sur la scène politique togolaise, « la bravoure du peuple frère burkinabé et le patriotisme de leurs sic forces de défense et de sécurité » dans un communiqué en date du 2 novembre 2014. Si la première partie de cette phrase nous paraît normale et même louable, dans la deuxième partie, par contre, il y a lieu de se demander si les rédacteurs du communiqué ne sont pas allés trop vite dans leur appréciation sans nuance du patriotisme de “ leurs forces de défense et de sécurité”. Par Sénouvo Agbota ZINSOU

TRIBUNE LIBRE

 

FAITS DIVERS

Deux jours qui ont démoli le pouvoir de Blaise Campaoré
L’Histoire retiendra les 30 et 31 Octobre 2014 comme les jours qui ont mis en pièces, qui ont mis à terre le régime politique au prime abord « tout puissant » de Blaise Compaoré. Elle retiendra ces deux jours comme des prototypes de ces moments privilégiés où la Vie des Hommes nous sert, de temps à autre, une de ces croustillantes comi-tragédies dont elle raffole. Oui ! Les jeudi 30 et vendredi 31 octobre 2014, l’un des pouvoirs politiques postcoloniaux africains les plus apparemment redoutables et redoutés s’est, en quelques heures seulement, évaporé ainsi qu’une bulle de savon ! Le vaillant Peuple burkinabè ayant décidé qu’il ne sera plus esclave, ses chaines sont tombées. Ses chaines une fois tombées, ses mains libérées peuvent se saisir du Caïn dictateur- « facilitateur »
  Togo : Kofi Yamgnane mis en examen en France
L'ex-secrétaire d'Etat français Kofi Yamgnane, aujourd'hui candidat à l'élection présidentielle du Togo, son pays natal, a été mis en examen mercredi pour trafic d'influence. Il est soupçonné d'avoir perçu 3.000 euros en liquide et promis, en échange, d'intervenir auprès des autorités françaises pour obtenir un titre de séjour à une Marocaine sans papiers. "Bien sûr, j'ai aidé des centaines d'immigrés, au cours de ma carrière politique, à obtenir des papiers. Mais jamais je n'ai accordé mon aide contre une quelconque contrepartie!", ajoutait-il.Trois personnes ont été mises en examen dans cette affaire : l'avocat Marcel Ceccaldi, Christophe Rocancourt, célèbre pour avoir escroqué dans les années 1990 des stars de Hollywood, et l'ancien chef du GIGN Christian Prouteau, pour trafic d'influence notamment (actif pour les deux premiers et passif pour le troisième).

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

Togo: Le peuple est victime d'une majeure partie de sa classe politique
Selon les chiffres rendus publics par le Ministère de l’économie et des finances, en prenant 10 Togolais par région, on est ahuri par la proportion des personnes très pauvres. 5 personnes sur 10 (53,9 %) dans la région maritime; 6 personnes sur 10 (64,7 %) dans la région des plateaux; 7 personnes sur 10 (68,4 %) dans la région de la Kara; 8 personnes sur 10 (80,2 %) dans la région centrale; 9 personnes sur 10 (90,8 %) dans la région des savanes...Pour renverser une telle aberrante et triste situation, il va sans dire qu’il faut une alternance et un changement politiques chez nous. Mais, Bon Dieu (!) pourquoi cette alternance et ce changement ne parviennent-ils guère à advenir depuis 1990 ?! Eh bien ! Parce que l’écrasante majorité de la classe politique togolaise n’est point préoccupée par le bien-être de notre peuple. Elle ne pense qu’à ses propres intérêts, à ses propres privilèges, à ses propres ambitions égocentriques ! Cependant que tous les vrais grands esprits qui ont aidé leurs peuples respectifs à aller quelque peu de l’avant dans l’Histoire apparaissent comme des hommes et des femmes nobles, désintéressés ; qui ont fait don de leur personne ; qui ont fait preuve d’une abnégation totale !!!
  A propos de la création d'une armée panafricaine
Cette force panafricaine républicaine contribuera à prévenir et / ou à régler les conflits armés inter – et / ou intra-africains. Que dis-je ? Elle tendra même à rendre ces conflits mort-nés… La force panafricaine et républicaine des peuples étanchera notre lancinante soif de liberté, de Dignité, de paix, de stabilité dans nos cœurs et nos esprits. Tant de conditions requises par un envol socio-économique auto-référentiel, harmonieux, viable et durable. L’armée panafricaine républicaine se devra de se fonder sur la doctrine révolutionnaire chère à Jean Jaurès, à savoir celle d’un peuple entier en armes, pour défendre la patrie chaque fois que celle-ci se trouverait en danger. C’est, en effet, cette conception de la défense nationale que les Jacobins appliquèrent, que Jean Jaurès théorisera , et que la nation suisse a fait sienne depuis lors.

TRIBUNE LIBRE

 

CRISE TOGOLAISE

Je reviens juste du Togo !
Je me retrouve donc aujourd’hui, de facto, sans aucun doute, tel l’un des plus anciens éléments de cette diaspora. De plus, depuis l’an 2000, je suis l’un des rares à pouvoir séjourner, chaque année, six mois d’affilée en France et autant au bercail. Cela me permet de prétendre être d’assez près au parfum des réalités politiques, économiques, sociales et culturelles actuelles de la Terre de nos Aïeux : le Togo. En outre, cela m’autorise, j’ose l’espérer, à m’adresser à mes concitoyens de ladite diaspora. Alors, de retour à Paris le 31 mai écoulé, après six bons mois jour pour jour, je souhaite vivement informer… ces compatriotes de ce que j’estime nécessaire (!) et utile (!) de leur raconter – relativement à la situation politico-sociale qui prévaut présentement dans notre pays d’origine. Par Godwin Tété
  Echec du dialogue politique au Togo: Mgr Barrigah esquive ses responsabilités
Togotelecom 2 enregistre un cuisant échec comme c’était plus que prévisible. Mais en bon diplomate, le facilitateur du dialogue et président de la CVJR, Monseigneur Nicodème Barrigah, tout en révélant sa déception veut camoufler l’échec de ces pourparlers de plus en disant remettre un rapport des travaux au premier ministre. Un rapport signé par certains participants et qui ne contient aucun consensus autour des points de bon sens dans une république sensée évoluer selon les normes démocratiques. Il n’est un secret pour les citoyens de l’UEMOA que le Togo est le seul pays de l’espace monétaire qui continue d’organiser des scrutins à un tour et promeut avec son voisin le Burkina Faso la présidence à vie en refusant de limiter le mandat présidentiel. Par Fabbi KOUASSI

#BRINGBACKOURGIRLS

 

DROIT DE L'HOMME

#BringBackOurGirls
  Togo : Douti Sinalengue inhumé et ses assassins protégés par le régime togolais
Douti Sinalengue c’est le nom du jeune élève de 21 ans décédé des suites des coups reçus par les forces de sécurité à Dapaong en avril 2013 dans le cadre des manifestations scolaires que le Togo a connu. Les élèves réclamaient la reprise des cours, suite au mot d’ordre de grève du corps enseignant. Les forces de l’ordre du Togo ont tiré à bout portant sur le très jeune Anselme Gouyano Sinandaré de seulement 11 ans et battu à mort Douti Sinalengue dont les parents ont exigé à connaitre les noms des auteurs de ce crime avant que leur enfant ne soit inhumé. Presque un an après ce bras de fer que la famille a courageusement engagé avec le pouvoir togolais, Douti Sinalengue est finalement inhumé ce 08 mars malheureusement sans que les auteurs ne soient connus. Il rejoint les milliers de martyrs togolais au panthéon de la démocratie, abattus froidement et lâchement et enterrés sans égards ni hommages. Par Fabbi Kouassi

REFORMES

 

TRIBUNE LIBRE

Togo : Faure Gnassingbé confirme son autisme
Un petit retour sur cette correspondance entre Jean Pierre Fabre le président de l’ANC et Faure Gnassingbé le Chef de l’Etat. Le premier demande grosso modo au second de prendre des dispositions pour que des discussions s’ouvrent dans les meilleurs délais sur la question des éternelles réformes à faire avant l’échéance de 2015. Dans sa réponse le plus « Faure » des togolais demande plutôt à la classe politique de mener ses réformes au sein du parlement. Le dribble de Faure qui révèle ses réelles intentions et qui insulte l’intelligence des togolais. Qui ne connait pas le Togo comme étant une dynastie penserait naïvement que ce pays fonctionne selon le crédo démocratique. Qui ne connait pas le Togo penserait que les élections se font de façon civilisée où les vaincus félicitent les vainqueurs, alors que le Togo est en mode holdup électoral à chaque scrutin. Qui ne connait pas le Togo penserait que la composition de l’actuel parlement reflète véritablement la volonté du peuple souverain.
  Togo : Faure Gnassingbé pourra t-il faire comme Macky Sall en démystifiant le pouvoir ?
Macky Sall, le président sénégalais vient de donner un grand coup de pouce à la démocratie faisant ainsi honneur au noir continent. Elu démocratiquement le 25 mars 2012, il avait promis une meilleure gouvernance politique, administrative et financière aux sénégalais. Joignant l’acte à la parole presque deux ans après sa brillante élection, le président Macky Sall vient de poser un acte fort et surprend en ramenant " le mandat présidentiel de sept à cinq ans, renouvelable une seule fois et cette réforme sera d’application immédiate.’’ Faure Gnassingbé pourra t-il créer l’évènement à son tour en renonçant au trône auquel il a accédé dans le sang depuis bientôt 10 ans ? Le trône que sa famille et son clan gère depuis presque un demi-siècle ? Sans regarder dans une boule de cristal les togolais savent que les Gnassingbé et le clan ont plutôt une vision patrimoniale du fauteuil présidentiel dans un pays sensé fonctionner pourtant selon les règles républicaines.

TRIBUNE LIBRE

 

TRIBUNE LIBRE

Togo : Il y a 55 le peuple togolais imposa son droit à l'indépendance (27 Avril 1958–27 Avril 2013)
Et pourquoi donc le cercle vicieux aura été brisé le 27 Avril 1958 ? Il fut rompu en cette date grâce à l’intervention directe de l’Organisation des Nations Unies. En vertu d’un Accord du 13 décembre 1946 qui fit du Togo un territoire sous tutelle de l’ONU et confié à l’administration de la France. Et comment cela se passa-t-il concrètement ? C’est ce que nous allons rappeler dans les lignes qui suivent ici, en vol d’oiseau.
  Togo : Message de Faure Gnassingbé du 31 décembre 2013 … Un discours fallacieux
À l´occasion de la fin d´année 2012, Faure Essozimna Gnassingbé, (Gnassingbé-le-petit, comme dirait Victor Hugo), a cru devoir adresser un message à la Nation togolaise. [Cf. TOGO-PRESSE N°8945 du 02 Janvier 2013, pp1,3-4]. Ce discours apparemment lénifiant s´avère, à l´analyse, totalement fallacieux. Mieux, il s´agit d´un discours creux qui appelle les remarques ci-après....Ainsi donc, à l’analyse, le discours en considération ressort tel un laïus creux, insipide, fallacieux : l’expression d’une piètre démagogie ! Oui ! Le régime oligarchique gnassingbéen est maintenant parvenu au stade d’un noyé qui essaie de s’accrocher à un brin de paille !!! Souhaitons-lui bonne chance… Par Godwin Tété

LES ARTICLES PRECEDENTS

•  08/12/2016 - François Hollande et Yahya Jammeh: Trois leçons particulièrement édifiantes
•  01/11/2016 - TOGO : Valls chez Faure Gnassingbé... un pied de nez à l’opposition togolaise
•  20/10/2016 - Une Imposture de Trop au Togo
•  18/10/2016 - A Tiken Jah Fakoly, les félicitations , les encouragements et hommages de l'Afrique
•  08/10/2016 - Togo : Jusques à quand , Question à l'endroit de la "communauté internationale"
•  08/09/2016 - Au Togo aussi, le dernier mot sera à la démocratie
•  23/08/2016 - Des réformes au Togo : Les jeux étaient-ils déjà pipés au départ ?
•  18/08/2016 - Les 7 piliers incontournables de la démocratie
•  02/08/2016 - Le togo est à tâtons
•  27/07/2016 - Togo: Eriger Gnassingbé Eyadéma en Héros Togolais s'apparente fort à ériger Hitler en Héros Allemand
•  30/06/2016 - Togo : Faure Gnassingbé réprimandé par le doyen Godwin Tété
•  04/06/2016 - Togo : Pour un nouveau départ
•  02/06/2016 - Lettre ouverte aux chefs traditionnels du Togo… Ce que vous êtes devenus aujourd'hui
•  28/05/2016 - Togo : Koffi Djondo le panafricain, l'exemple togolais
•  14/05/2016 - Togo : La misère du peuple togolais n'est pas due à la croissance démocratique spectaculaire
•  26/03/2016 - Ouverture de la 3e Female TechCamp de l’Ambassade des Etats-­Unis au Togo
•  24/03/2016 - Que viendrait faire le sieur Dominique Strauss-Khan au Togo ?
•  27/02/2016 - Togo : Qui est l'opposant Antoine Randolph
•  25/02/2016 - Togo - Enlèvement d'Antoine Randolphe : Le vrai visage du système Gnassingbé
•  05/02/2016 - Togo AVŨƉOXOƐ : Le jeu de cache-cache des enfants togolais
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...

OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)