27/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Shell-Togo « chantre » de l’ anti-corruption

Il y a quelques mois déjà Shell-Togo avait posé le problème du Sida dans le secteur privé . Aujourd’hui il est question de voir comment le secteur privé peut aider à combattre la corruption pour l’instauration d’un développement humain durable, gage d’un vrai développement. Pour débattre sur cette question, Shell-Togo a invité des partenaires (fournisseurs, clients, ONG, journalistes) afin de partager les principes qui fondent l’éthique commerciale. Ont été également invité à ce débat, le Ministre du commerce, le Représentant du PNUD au Togo et les responsables de la Commission Nationale de lutte contre la corruption et le sabotage économique. Ce fut l’occasion, pour chacun d’ eux , d’exposer leurs réflexions et expériences individuelles.

« Faire du business aujourd’hui pour demain », c’est le thème général qui a fait l’objet des discussions.
Ce thème interpelle les autorités politiques et les acteurs économiques au sujet des conséquences de la corruption sur l’économie et la lutte contre la pauvreté. Selon l’un des intervenants , la corruption est nuisible, aggrave la fracture sociale, l’écart de revenu entre les nantis et le pauvres, s’oppose aux lois et à la justice, encourage les actions illicites, constitue une attaque contre les droits humains, une source de frustrations et de tensions sociales. Elle est aux antipodes du développement durable qui place l’homme au centre de ses préoccupations.

La corruption sévit dans tous les domaines. D’après le Directeur Général des sociétés Shell-Togo, il est urgent de réagir : « le développement durable et ses principaux piliers que sont la bonne gouvernance, la transparence et l’Etat de droit ne sont pas l’affaire des seuls pouvoirs publics » puisque la corruption « nuit à un esprit franc et sincère de compétitivité ».

L’Afrique sub-saharienne paie un lourd tribut au manque de transparence dans le monde des affaires. Le Ministre du commerce a demandé aux opérateurs économiques d’éviter de faire de fausses déclarations douanières et les a invités à tenir des comptes avec la plus grande rigueur.

La conclusion des participants est qu’il faut combattre la corruption. Si l’on veut faire du développement humain durable, il faudrait intensifier la lutte et améliorer l’efficacité, l’indépendance des organismes publics, la police et les services judiciaires.

Au Togo il existe pourtant une commission de lutte contre la corruption et le sabotage économique ; il est proposé une cellule de recherche et d’investigation et une brigade de lutte contre la criminalité économique et financière.

Loin d’être une leçon pour les autres sociétés, l’initiative de Shell-Togo relance le débat sur l’évolution de la corruption dans les sociétés.. Comme l’a dit son directeur , c’est une légitime ambition de poursuivre la gestion des affaires dans des conditions optimales de rigueur, d’efficacité et de responsabilité afin d’éradiquer la misère et la pauvreté au Togo.

La rédaction