06/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

SOS Fraude électorale au Togo

DIASPORA TOGOLAISE POUR
LA DÉMOCRATIE ET LE DÉVELOPPEMENT
(DIASTODE)
C.P. 79043; Hull (Québec) J8Y6V2 Canada
Tel : 1 (819) 776-1613
Courriel : diastode@diastode.org
Site internet : http://www.diastode.org

————————————————————

COMMUNIQUÉ

Après l’échec du double coup d’État militaire et constitutionnel de février dernier, le Rassemblement du peuple togolais (RPT), le parti État au pouvoir depuis 38 ans, prépare des élections frauduleuses pour légitimer, à partir du 24 avril 2005, à la présidence de la République togolaise Faure Gnassingbé, le fils du général Gnassingbé Eyadema ancien président dictateur du Togo mort le 5 février 2005. Emmanuel Bob-Akitani est le candidat de la coalition de six partis de l’opposition démocratique. Pour la campagne électorale, le RPT bénéficie des ressources de l’ensemble des organes de l’État, y compris l’armée. Le processus électoral est déjà entaché d’irrégularités, refus de révision des listes électorales et de délivrance des cartes d’électeurs, sous l’observation complaisante de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). L’opposition manque visiblement de moyens matériels et financiers, cependant elle a la faveur du peuple togolais qui, las et écoeuré de presque 40 ans de dictature absolue, ne voulant pas d’une dynastie « constitutionnelle », exprime son aspiration à la liberté et réclame par des manifestations populaires une élection présidentielle libre et transparente. Des heurts opposent régulièrement des manifestants de l’opposition aux forces de sécurité et à des militants du RPT, faisant des blessés et des morts.

Face à la détermination de gagner à tout prix ce scrutin afin de maintenir l’ordre ancien, ainsi qu’à la volonté du peuple et d’une opposition convaincue que le changement du régime de dictature doit s’opérer contre vents et marées, toutes les conditions sont réunies pour que le Togo bascule dans un chaos total. Les conséquences seront lourdes en perte de vie humaine au sein d’une population sans armes, devant une armée formée et encadrée par France. La France dont tous les gouvernements de la Ve République ont apporté leur soutien indéfectible au régime autocratique d’Eyadema.

Le syndrome du Rwanda ou de la Côte d’Ivoire plane sur le Togo. En ce moment historique où le Togo est à la croisée des chemins, la politique française d’antidémocratisation du pays est interpellée par le peuple togolais. La diaspora togolaise à travers le monde lance un appel solennel au Canada, aux États-Unis, à l’ONU, à l’Union africaine, à l’Union européenne, à tous les pays membres du G8 et à la communauté internationale, afin qu’ils prennent leur responsabilité pour qu’après 38 ans de tyrannie, le Togo recouvre enfin sa liberté sans bain de sang.