26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo – CDPA-BT: Ne pas transiger sur certains principes

Exclusion du Togo de la CEDEAO ; interdiction aux hommes du pouvoir de voyager dans l’espace régional ; rappel par les Etats membres de leurs ambassadeurs accrédités à Lomé, embargo sur les importations d’armes. Ce sont là les sanctions prises à l’encontre de Faure Gnassingbe et des officiers supérieurs qui l’ont porté au pouvoir le 5 février 2005.

Par la voix de Alpha Omar Konaré, l’Union Africaine a appuyé ces décisions de la CEDEAO en exigeant des hommes de Lomé 2 le retour à la légalité constitutionnelle. Tabo Mbéki, qui avait semblé se contenter de la décision de Faure d’organiser des élections dans les 60 jours, s’est aligné sur les positions de la CEDEAO. L’Union africaine pourrait prendre, elle aussi, des sanctions dans les jours à venir.

Les USA demandent la démission immédiate de Faure Gnassingbe. Et Louis Michel s’est félicité des positions prises par la CEDEAO. Il déclare les défendre auprès de l’Union européenne. Comme on pouvait s’y attendre, la France s’est manifestée en traînant les pieds derrière tout le monde.

La CDPA-BT se félicite de ces positions de la CEDEAO et des appuis francs qu’elle a rencontrés au sein de la communauté internationale. Seul, le retour à la légalité constitutionnelle peut permettre de reprendre le processus de la démocratisation sur des bases saines. Elle suppose forcément l’abandon du pouvoir par Faure Gnassingbe et le recul des officiers qui l’ont désigné comme président de la République.

La CDPA-BT estime cependant que les pressions ainsi exercées par la CEDEAO et les Etats et institutions internationales ne peuvent atteindre leurs objectifs dans les meilleurs délais, que si la masse de la population togolaise continue de faire preuve de détermination pour barrer la route au coup d’Etat militaire perpétré le 5 février par des officiers supérieurs au profit de Faure Gnassingbe.

En conséquence, la CDPA-BT demande à toutes ses sections, à tous ses membres, à tous ses sympathisants et toute la population de participer encore plus massivement et en toute sérénité aux manifestations que l’opposition compte organiser dans les jours à venir, jusqu’au retour à le légalité constitutionnelle comme l’exige la CEDEAO.

Fait à Lomé, le 20 Février 2005

Pour la CDPA-BT
Le Premier Secrétaire
Prof. Emmanuel GU-KONU