05/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo – coup d’Etat : La colère des africains !

Le coup de force militaro-parlementaire qui a conduit Faure Gnassingbe à la tête de l’état togolais n’aura pas seulement fait sortir les togolais de leur gonds, il aura également suscité l’ire de nombreux chefs d’état africains réunis, pour une fois, sous la bannière d’une croisade sans merci pour la sauvegarde de la démocratie au Togo.

Par Franck EKON

Les réactions à chaud sont souvent les plus empreintes de sincérité. Même si leur authenticité se dilue après coup dans la tartuferie des langues de bois, on les préfère aux versions édulcorées, trafiquées dans diverses officines. La promptitude des prises de position à l’annonce de la « nomination » de Faure Gnassingbe comme chef de l’état togolais par la conspiration militaro-parlementaire n’offre guère de détour de sophiste : un niet catégorique à une prise de pouvoir par la fenêtre avec en prime une exhibition de pectoraux militaires.

Alpha Oumar Konare, l’ancien chef de l’état malien n’est pas particulièrement connu pour être une grande gueule ; sa réserve habituelle n’a pourtant pas tenu très longtemps à l’épreuve du forfait advenu à Lome ce 5 février. « ce qui se passe actuellement au Togo est inacceptable, c’est un coup d’état », s’écrie-t-il à l’annonce de l’intronisation du fils du dictateur par sa garde prétorienne. Le patron de la commission de l’Union Africaine n’y est pas allé par quatre chemins pour fustiger la mise entre parenthèses de la constitution togolaise au profit de la descendance Gnassingbe. Effet d’entraînement ou émergence d’une nouvelle philosophie politique sur le continent ? La fermeté des réactions est partout la même : dans une saisissante symbiose, Abdou Diouf (ex président du Sénégal et actuel secrétaire général de l’Organisation Internationale de la Francophonie OIF), Mamadou Tandja, le chef de l‘état nigérien et président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest CEDEAO ainsi qu’Olusegun Obasandjo du Nigéria donnent de la voix et pointent un doigt accusateur sur la bande au pouvoir à Lome. Et cette fois-ci, le baratin diplomatique fait place à la volée de bois verts. « Nous allons isoler ces gens aussi longtemps que cette situation durera », prévient Abdoulaye Wade du Sénégal en précisant que des « actions vigoureuses » accompagneront la mise en quarantaine des putschistes de Lome. L’OIF, entre temps suspecté de complaisance à l’égard du pouvoir du président défunt, semble désormais avoir pris toute la mesure de la gravité de la situation, puisque l’arme de l’exclusion du Togo de ses instances est brandie comme pour signifier au quarteron des auteurs du coup d’état que cette partie sera plus difficile à jouer que les comédie électorales antérieures.

Tabo M’beki le Sud africain n’est pas du reste, lui qui qualifie le forcing des militaires de véritable « mascarade anticonstitutionnelle ». L’unanimité de ces condamnations est, de toute évidence, proportionnelle aux vœux largement répandus en Afrique aujourd’hui de voir le sommet des états désinfecté de toute gangrène dictatoriale. Il n’est pas étonnant que toute une nouvelle génération de chefs d’état arrivé proprement au pouvoir par le truchement des urnes soit ulcéré de voir qu’au Togo les choses prennent cette tournure. La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO), une organisation qui a eu maille à partir plusieurs fois avec le président Eyadema, appelle de son côté « à ne plus se contenter de condamnations et à prendre des mesures courageuses pour faire échec à cette félonie ».

La communauté internationale adhère visiblement à cette attitude, l’Union Européenne ayant appelé tous les autres partenaires internationaux à « s’aligner sur les positions de l’Union Africaine ». La montée au créneau de Kofi Anan (secrétaire général de l’ONU), originaire du Ghana voisin, aura certainement pesé de tout son poids dans cette volte-face généralisée contre cette atteinte aux aspirations du peuple togolais.

La rédaction letogolais.com