25/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: Echec de la médiation de Campaoré à propos des élections à 2 tours ???

OUAGADOUGOU, 14 déc 2009 (AFP) – Les partis togolais du pouvoir et de l’opposition ont échoué lundi à se mettre d’accord sur le mode de scrutin pour la présidentielle de 2010 lors d’une médiation à Ouagadougou, mais les discussions reprendront, ont-il annoncé.

« Nous avons échangé autour du mode de scrutin et comme on n’a pas pu s’entendre, la question a été encore reportée à une autre réunion prévue la semaine prochaine », a déclaré à la presse le secrétaire général de la principale formation d’opposition, l’Union des forces de changement (UFC), Jean-Pierre Fabre. « Il n’y a pas eu tellement d’évolution et le facilitateur a proposé que nous puissions suspendre la séance et reprendre dans une semaine », a confirmé le secrétaire général du Rassemblement du peuple togolais (RPT) au pouvoir, Esso Solitoki. Ils s’exprimaient à l’issue d’un entretien avec le président burkinabè Blaise Compaoré, facilitateur du dialogue intertogolais. Les deux poids lourds de l’opposition togolaise -l’UFC de Gilchrist Olympio et le CAR de l’ancien Premier ministre Yawovi Agboyibo- réclament un scrutin uninominal à deux tours pour la présidentielle du 28 février 2010, ce que rejette le RPT du président Faure Gnassingbé.

« Nous avons dit simplement que nous ne voyons pas la nécessité pour l’instant d’aller au scrutin à deux tours alors que les dispositions de la Constitution en vigueur portent sur un scrutin à un tour », a indiqué M. Solitoki, estimant que « le scrutin à un tour ne remet pas en cause la transparence des élections ».

Selon la Constitution, modifiée en 2002 par le Parlement, l’élection du président a lieu au scrutin uninominal majoritaire à un tour. Cette disposition a fait l’objet de plusieurs discussions entre acteurs politiques notamment lors d’une rencontre en août à Ouagadougou sous l’égide de M. Compaoré. Un mémorandum signé alors prévoyait la poursuite des « réflexions ».

L’UFC et le CAR ont menacé mi-novembre de boycotter la présidentielle si le scrutin ne s’effectue pas à deux tours et des milliers de militants et sympathisants de l’UFC ont manifesté à Lomé fin novembre.

AFP 141709 GMT DEC 09