25/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: La délégation CEDEAO/UA appelle les politiques au dialogue

LOME, 02/05 – La CEDEAO et l`Union africaine ont demandé à la classe politique togolaise « d`user du dialogue » et « d`utiliser les voies légales de recours existantes », à l`issue d`une mission de médiation samedi à Lomé, où la situation était calme dimanche matin pour la troisième journée consécutive.

Arrivée samedi à Lomé pour tenter de trouver une issue à la crise politique née de la contestation de l`élection présidentielle du 24 avril, une délégation conjointe CEDEAO-UA a quitté le pays le soir-même pour le Niger, après avoir consulté l`ensemble de la classe politique togolaise.

Composée du secrétaire exécutif de la CEDEAO, Mohammed Ibn Chambas, de la ministre nigérienne des Affaires étrangères, Aïchatou Mindaoudou, et du ministre nigérian de l`Intégration africaine, Lawan Gana Guba (dont le pays assure actuellement la présidence de l`UA), cette délégation a demandé « aux leaders politiques togolais d`utiliser les voies légales de recours existantes et d`user des voies du dialogue et de la concertation pour résoudre leurs différends ».

Les représentants ouest-africains ont également « regretté les violences » qui ont éclaté mardi après « la proclamation, des résultats provisoires de l`élection », soulignant que « la violence ne peut que nuire aux efforts déployés pour bâtir une démocratie stable au Togo ». Enfin, la délégation CEDAO-UA a « invité les autorités togolaises, les leaders de la coalition de l`opposition, du RPT (Rassemblement du peuple togolais, au pouvoir) ainsi que les autres partis politique à s`abstenir de mener des actes qui pourront provoquer de nouvelles violences, des pertes en vie humaines et des destructions de biens ».

Samedi, au cours des consultations avec les différentes parties, la coalition de l`opposition a proposé: la protection des populations civiles par l`UA, la constitution d`une structure pour vérifier la conformité des résultats provisoire proclamés par la CENI (Commission électorale nationale indépendante) et la confrontation de ces résultats avec ceux sortis d`urnes ». Celle du RPT a affirmé n`avoir pas « organisé » la violence et réaffirmé son candidat tendrait « la main à l`opposition pour la formation d`un gouvernement d`union nationale ».