27/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: La nommination d’Assouma à la tête de la cour constitutionnelle est une imposture

Par Kodjo EPOU

Une leçon au moins est à apprendre dans la nomination du Magistrat Aboudou Assouma à la présidence de la Cour Constitutionnelle:il s’agit pour le Rpt et son Président Faure Gnassingbe de continuer à placer la loyauté au-dessus de la pratique du Droit au Togo.Le Pouvoir cherchait un garde du corps juridique pour s’assurer des lendemains meilleurs.Il en a trouvé un qui est le fruit de ses propres entrailles pour protéger ses intérêts.On peut,sereinement, se frotter les mains et mettre le cap sur 2010 pour le tour de passe-passe électoral vers un second mandat de l’actuel Chef de l’Etat.

Le magistrat Assouma Aboudou n’a de coeur que pour le Rpt. L’exercice du Droit et de la volonté du peuple togolais ne sont pas et ne seront jamais ses préoccupations.Son fichier professionnel montre une part importante de cette leçon:ce magistrat n’a jamais fait bonne presse,ni aux yeux de la population,ni au sein même de l’appareil judiciaire.Il est de ceux qui supportent les critères politiques dans les nominations et affectations des juges.L’ancien Vice-Président de la CNDH a contribué à faire pression pour que certains dossiers de justice compromettant pour le regime soient classés “affaire non lieu”; de même qu’il fait partie de ces magistrats capables de confectionner,au profit du Rpt,des dossiers artificitiels ou vides de contenus dans le seul but de jeter en prison de paisibles citoyens considérés comme indésirables par le pouvoir.Maître Agboyibor,aujourd’hui Premier ministre, avait fait les frais de cette justice a deux tons.

S’il est au Togo des juristes de notre magistrature qu’on peut citer comme témoins à charge ou coupables au second degré d’usage de la torture comme procédures coercisives sur des adversaires politiques du Rpt,monsieur Assouma en serait un.Un diplomate occidentale confiera apres l’investiture,la semaine dernière, de la nouvelle Cour que “le pouvoir en place fait fausse route en maintenant des gens qui font évader les chances du Togo”

La personne habileté à faire office de Président de la Cour Constitutionnelle aurait dû être une personne assez crédible ou sur laquelle pèserait moins de soupcons,bref un Juge bénit parmi les juges.Aboudou se situe à l’antipode des critères qui auraient dû prévaloir dans la nomination du chef de l’Institution en cette période de profondes divergences politiques;ç’aurait été aussi une belle réponse à l’esprit des accords de Ouaga.

Aboudou Assouma n’avait jamais,en tant que magistrat et membre,pendant des années, de la CNDH, levé le petit doigt pour dénoncer les meurtres politiques dont ont été victimes des milliers de togolais.Bien au contraire,il a été un manpulateur des résultats d’enquêtes diligentées au Togo dans le cadre de plusieurs affaires.Il ne bronchera pas non plus,plutard,face à d’autres massacres,notamment celui datant d’avril 2005.Notre Magistrat faisait partie du petit cercle du pouvoir informé du genocide que les Pitang Thalla préparaient en passant la commande des 10 000 coupes-coupes.C’est dire que non seulement la promotion de ce monsieur à la tête de la Cour est une insulte pour une frange importante de la classe politique togolaise,mais elle laisse aussi dans le doute tout observateur sérieux de la vie politique nationale. Non exempt de la vague de corruption qui déferle impunément sur le Togo,il est soupconné d’être l’ami des libano-pakistanais et autres requins qui sont les tenants privilégiés d’une grande partie de l’activité commerciale dans le pays.

Il est connu pour être un pêcheur en eau trouble.C’est, dit-on, le “juge des missions nocturnes”au service de Lome2 pour qui il sert de manipulateur et d’acheteur de consciences.Il était aussi,avec l’inépuisable Barque et l’Officier de nulle part Tidjani, un recruteur de premiers ministres. “Le messager du Patron”qui dictait les règles du jeu et transmettait de vive voix aux pressentis à ce poste les signaux de la part du feu Général-Président,c’etait lui .C’est donc en bon connaisseurs des rouages de l’oligarchie que lui et Debbasch,à la mort d’Eyadéma, ont fait l’absurde réversion constitutionnelle qui a choqué le monde.

Ce bref aperçu du nouveau Président de la Cour Constitionnelle,d’ailleurs venu de la même moule que son prédecesseur,le farfelu Louis Amegah,appuie ce que d’aucuns pensent,c’est-à-dire que le Rpt est en train de poser de sérieux jalons qui lui permettent de s’installer légalement dans la pérennité.L’homme des jeux troubles et d’influence partisane,lui qui entre 1993 et 1997,au départ de Ahlonko Dovi en exil,avait purement et simplement fait de la CNDH(Commission Nationale des Droits de l’Homme) une aile marchante du Rpt.Sera-t-il ce Président de la Cour Constitutionnelle que les togolais n’ont jamais eu la chance d’avoir?Assouma,dira-t-il le droit,rien que le droit ou continuera-t-il d’être ce fidèle Juge au service de l’oligarchie regalienne?

Par Kodjo EPOU
Oakdale,USA