28/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo : le 3° conseil mondial de la diaspora Togolaise (CMDT) à Bruxelles

Dans un théâtre de Bruxelles s’est déroulé du 24 au 25 juillet 2010 le 3eme rassemblement du conseil mondial de la diaspora Togolaise (CMDT), sur le thème « Le Togo, notre bien commun à tous, quels défis à relever pour une refondation démocratique et républicaine», en présence des principales associations et des représentants des diasporas comorienne et tchadienne.

Par Messan Niamey

Dans son discours d’accueil, le docteur Martin Amouzou coordinateur général du CMDT, a souhaité la bienvenue aux participants de cette 3ème rencontre. Il a rappelé quelques principes du CMDT c’est à dire une diaspora de réseau, une diaspora de solutions et apolitique ; et notamment que l’un des objectifs du CMDT est le maillage des filles et fils du Togo de la diaspora autour d’une plateforme. Il a présenté à l’assistance le cahier des charges des 49 solutions pour le Togo entérinées par le bureau provisoire issu du congrès fondateur de Bonn.

Les intervenants venaient de différents pays européens et représentaient toutes les sensibilités togolaises. Après avoir présenté le bilan financier du CMDT, le trésorier Gabriel Tévi a invité les togolais à une contribution plus conséquente. Monsieur Guedje, envoyé spécial du CMDT au Togo, a livré son témoignage de l’observation pendant les élections présidentielles de mars 2010, soulignant que la demande du CMDT d’une autorisation pour superviser ces élections n’avait reçu aucune réponse. Le CMDT a suivi tout le processus électoral et a constaté la répression systématique des manifestations à l’intérieur du pays. Brigitte Améganvi a rappelé les travaux de Synergie-Togo et a démontré que sur la base des chiffres des élections législatives 2007, 1 voix du RPT équivaut à 1,5 voix de l’UFC et 2,5 voix du CAR. Aux élections présidentielles 2010, il y avait 160% de la population en âge de voter ce qui suppose un gonflement de la liste électorale par des mineurs ou étrangers ou votes multiples. Elle en déduit que le système RPT ne pourra jamais organiser une élection transparente, juste, libre et démocratique. Kofi Alouda du Molito a souligné que s’il n y a pas eu de morts lors de ses élections, la violence était palpable lors du processus électoral. Mr Abougasman de la délégation RPT a répliqué : « qu’on avait des yeux mais qu’on ne voit pas et qu’on a des oreilles mais qu’on n’entend pas; qu’à la fin du match Uruguay-Ghana, malgré la tricherie l’Uruguay est passé… ».

Le Doyen de la diaspora, Godwin Tété, a concentré ses reflexions sur les urgences de la CMDT. Il a précisé que la réussite du mouvement passe principalement par deux conditions, l’union et l’organisation et a proposé la création d’un bulletin d’information sur les activités et les réflexions des diverses associations. Ayayi Creppy, après avoir fait le constat de la pauvreté au Togo, souhaiterait que la diaspora s’approprie certaines problématiques du Togo en identifiant le bien commun. Yves Ekoué Amaïzo a suggéré que l’on modifie l’approche pour le développement du Togo car une étude comparative de la croissance nous démontre que la différence fondamentale entre le Ghana et le Togo se trouve dans la création de la richesse. L’argent envoyé par la diaspora (via western Union et autres…) atterrit essentiellement dans les assiettes. La diaspora doit donc créer de la richesse en investissant dans l’innovation des zones rurales.

A la question la diaspora est-elle discriminée, la réponse a été affirmative. En effet, une diaspora forte de 2 millions de personnes sur une population totale de 6 millions au Togo, n’a pas le droit de vote alors qu’elle est d’un soutien plus important que les aides des organismes internationaux. La refondation de la démocratie au Togo est possible si la diaspora a la possibilité de participer aux négociations pour dénouer la crise politique. Une diaspora forte doit être une force de proposition pour ramener le pays sur la voie de la démocratie.

Pour atteindre ses objectifs, le bureau provisoire a demandé de plancher sur un projet d’organisation définitive du CMDT en trois niveaux : le bureau exécutif du CMDT élargi à un représentant par pays ou par Etat, ensuite, dans chaque pays un comité national de coordination (ou CMDT-pays) centralisera toutes les organisations de la diaspora dudit pays, et enfin, deux types de commissions seront prévues, des commissions permanentes de consultation et des commissions ad hoc.

« Osons inventer l’avenir » c’est le thème qui donna lieu à des propositions, des discussions amicales sur les prochains objectifs et le choix de la ville du prochain rassemblement du CMDT. Cette conférence promet un avenir radieux pour le CMDT si d’après notre Doyen Godwin TETE, il remplit 3 conditions : la première : l’organisation, la deuxième: l’organisation et la troisième l’organisation.

La rédaction letogolais.com

———————————————————

ANNEXE:

Les 49 solutions du 1er Congrès Mondial de la Diaspora pour Le TOGO

Les solutions proposées par l’atelier : Etat de Droit

1. Adopter la recommandation d’un retour à la constitution de 1992 amendée pour inclure une disposition sur le vote de la diaspora ;
2. Exprimer la solidarité du Congrès avec le peuple Nigérien en condamnant le référendum prévu pour modifier la constitution de ce pays ;
3. Faire un appel solennel au chef de l’Etat, qui est également le chef des armées, de la police afin qu’il garantisse effectivement qu’aucun membre de l’armée et des forces de l’ordre ne portera atteinte à l’intégrité physique de chaque Togolais ;
4. Innover pour inclure dans les organes de contrôle tels que la Cour Constitutionnelle, une disposition prévoyant la nomination de membres de droit par l’opposition de manière à garantir l’indépendance de ces organes, même si l’ensemble des pouvoirs venaient à être ente les mains d’un seul parti ;
5. Interpeller les partis d’opposition afin qu’ils s’organisent et s’unissent pour équilibrer les rapports de force ;
6. proposer aux forces politiques compte tenu de la gravité de la situation une période transitoire de 18 à 24 mois au cours de laquelle un gouvernement provisoire organisera, avec l’aide d’organisations internationales, des élections transparentes ;
7. Les prochaines échéances électorales étant au cœur des préoccupations du Congrès, le Conseil propose les voies et moyens permettant de contribuer à la transparence des prochaines consultations électorales. A cet effet, l’atelier propose que le Congrès endosse les préconisations de la plate-forme Togo-Objectif 2010 proposée en plénière par Synergie-Togo (Cf. ci-dessus).

LE CONTENU EDUCATIF

Le contenu est lui-même décliné en deux principales approches : une première approche qui part du constat selon lequel l’éducation Togolaise est inadaptée aux réalités Togolaises ; elle est en conséquence un facteur d’aliénation. Les solutions proposées portent donc sur une profonde refondation du système éducatif. Il faut donc :
8. Réviser les programmes scolaires et les adapter au milieu et aux besoins locaux ; utiliser les langues nationales, locales, au moins en début de cursus scolaire. Les concepts et documents de base de l’enseignement et de la formation doivent être produits par des enseignants, intellectuels et experts Togolais ;
9. Convoquer les Etats Généraux de l’Education au Togo : rassembler les acteurs : Etat, parents, enseignants, diaspora, partenaires internationaux et régionaux, sponsors et autorités traditionnelles.
Parallèlement à ce travail de fond et compte tenu de l’urgence de la situation, il faut lancer le processus de réformes destinées à améliorer graduellement l’existant. Ces réformes visent à :
10. Accompagner l’enseignement privé : obtenir de l’Etat Togolais qu’il intervienne pour assainir, moraliser et aider financièrement ce secteur ;
11. Procéder par objectivation et par comparaison : il existe en Afrique et dans le monde des systèmes éducatifs qui marchent ;
12. Créer une base de données des compétences de la diaspora dans le domaine de l’éducation et mettre en place des conditions de leur circulation et de leur transfert vers le Togo ;
13. Accorder une place plus importance à l’Anglais dans l’enseignement pour tenir compte de la mondialisation et du développement de l’Internet ; offrir des stages aux élèves avant le Bac ;
14. Investir davantage dans l’école primaire (6-12 ans) : formation à la citoyenneté et aux valeurs cardinales de la Nation Togolaise ;
15. Parrainage « One to One » : que chaque Togolais de la Diaspora se donne le devoir de parrainer un jeune Togolais pour l’accompagner dans sa scolarité ;
a. LES INFRASTRUCTURES ET LES EQUIPEMENTS
b. Les propositions sur ce point sont de quatre ordres :
i. I° Budget de l’éducation

16. Augmentation significative du budget de l’éducation conformément pour manifester concrètement l’importance de ce secteur ;
17. Améliorer les conditions de travail et de vie des enseignants (salaires, retraites, manuels et autres outils pédagogiques) et aussi des élèves (bourses systématiques pour les enfants de parents très pauvres ;
18. La diaspora a un rôle de plaidoyer dans ce domaine.
i. II° Centres de documentation
19. La mise en place de centres de documentation est une priorité à laquelle peut contribuer la diaspora. Ces centres multisupports et multimédias : supports papiers, audiovisuels, numériques et internet, etc.
20. Enfin, la diaspora propose la mise en place d’une Commission nationale de l’éducation autonome et pérenne.

PROPOSITIONS CONCERNANT LA SANTE

21. Contribution de la Diaspora à l’acquisition d’équipements de santé, en particulier des appareils
D’imagerie (scanner et IRM) au profit des hôpitaux du Togo.
Rôle de la diaspora
22. Elaborer le répertoire des compétences des corps de la Santé
23. Organiser la collecte des équipements
24. Organiser l’acheminement
25. Organiser la réception sur place.
Autres propositions
26. Participation à la mise en place de programmes de prévention de maladies endémiques comme le paludisme….
27. Appui à l’acquisition de Kits pour les soins primaires
28. Revisiter les dispositions concernant la sécurité sociale et l’assurance maladie ;
29. Participation aux gestes citoyens d’hygiène et de santé publique : ne pas jeter les papiers usagers, les sacs plastiques etc.
30. Demander au gouvernement de constituer un groupe de surveillance des médicaments qui arrivent n’importe comment sur le marché Togolais (phamaco-vigilance)
31. Favoriser l’accès aux soins des populations.

PROPOSITIONS CONCERNANT L’ECONOMIE

32. Proposer l’adoption d’une loi de défiscalisation adaptée à la situation de la Diaspora destinée à faciliter le transfert des matériels à contenu technologique (matériels agricoles, etc.)
Mêmes conditionnalités

Autres propositions :

33. Appui aux porteurs de projets financés par les microcrédits ;
34. Créer un système de transfert de fonds à taux très réduit ;
35. Créer une assurance destinée à couvrir les membres de la Diaspora (cas de décès, etc.) ;
36. Créer une société de cargo maritime pour le transfert des effets personnels des membres de la Diaspora ;
37. Acquisition de terrains à mettre à la disposition des membres de la diaspora ;
38. Aide aux jeunes à la création d’entreprisses ;
39. Appui aux activités initiées dans le domaine du développement durable ;
40. Appeler l’attention des autorités Togolaises sur l’état des infrastructures routières, portuaires et ferroviaires.
41. Tarifs téléphoniques : demander la révision des tarifs actuels au gouvernement
42. Imaginer une contribution volontaire et forfaitaire de chaque membre de la diaspora soit 1 euro par jour pour le Togo soit 365 Euros/an ou 15 euros /an par personne

PROPOSITIONS EN MATIERE DE DEVELOPPEMENT CULTUREL ET SOCIAL

43. Contribution à la promotion des cultures nationales : identification et soutien aux artistes de la diaspora et sur le terrain.
a. Mêmes conditionnalités
44. Trophée de la diaspora à inscrire dans le cadre des Travaux d’intérêt général (TIG)
Mêmes conditionnalités

Autres propositions :

45. Aide à la professionnalisation des artistes ;
46. Regroupement périodique des artistes : festivals, etc ;
47. Participer à la mise en place de maisons de jeunes, de maison de la diaspora ;
48. Inciter les jeunes à apprendre à jouer aux instruments de musique ; prise en charge de formateurs ;
49. Offrir des coupes ou trophées de la diaspora : appui aux initiatives des anciens sportifs du Togo.