26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: le retour à l’ordre constitutionnel « n’est pas exclu », selon la CEDEAO

LOME (AFP) – 16/02/2005 11h18 – Les autorités togolaises n’ont pas exclu le retour à l’ordre constitutionnel au Togo exigé par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a indiqué mercredi à l’AFP une source proche de la CEDEAO.

« Les autorités togolaises n’excluent pas un retour à l’ordre constitutionnel. Pour l’instant, les discussions toujours en cours entre la délégation de la CEDEAO et les autorités togolaises », a affirmé cette source, estimant qu’il serait « maladroit d’anticiper sur les résultats des négociations entre les deux parties ».

« Il serait souhaitable de laisser le temps aux deux parties, afin qu’une solution soit trouvée. Elles ont bien commencé hier et nous espérons obtenir de meilleurs résultats », a ajouté la même source.

La délégation de la CEDEAO a jugé, mardi à Lomé, « très fructueuses et très encourageantes » les discussions avec les autorités togolaises.

Cette délégation, conduite par la ministre des Affaires étrangères du Niger Aïchatou Mindaoudou, avait rencontré pendant une heure environ le nouveau président investi du Togo Faure Gnassingbé, entouré du Premier ministre Koffi Sama et de plusieurs ministres du gouvernement.

« C’est un très grand succès », avait indiqué le général malien Oumar Diarra, secrétaire adjoint chargé des affaires politiques de la CEDEAO, membre de la délégation.

Une source gouvernementale togolaise avait expliqué à l’AFP à l’issue des discussions que « la réflexion est en cours ». « Nous avons donné le temps au temps. Maintenant, on va voir ce qui va se passer », avait-elle ajouté.

La délégation de la CEDEAO avait quitté le Togo mardi soir pour rendre compte aux chefs d’Etat ouest-africains.

La CEDEAO, qui a condamné un « coup d’Etat » au Togo, insiste pour un retour à à l’ordre constitutionnel qui prévoit une transition de deux mois sous la direction du président de l’Assemblée nationale, Fambaré Natchaba Ouattara, actuellement au Bénin, suivie d’élections.

Le président Gnassingbé Eyadéma est décédé le 5 février à l’âge de 69 ans et son fils, Faure Gnassingbé, désigné par l’armée pour lui succéder, a été investi le 7 février, après que son accession au pouvoir eut été avalisée par les députés.