01/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: les partis politiques soulèvent le débat sur le report des Présidentielles 2010

XINHUA-06/12/2009 – Les partis politiques du Togo soulèvent un débat de report de la date du scrutin de l’élection présidentielle prévue au 28 février 2010, au terme du retard dans l’opération de révision des listes électorales.

Cette opération, qui était prévue à partir du 19 novembre, ne démarrera que le 14 décembre pour s’achever au 10 janvier, soit un retard de près d’un mois dans le chronogramme avec le scrutin retenu au 28 février.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a expliqué samedi ce retard par sa volonté d’organiser l’élection dans les « meilleures conditions de transparence et d’équité ».

Un chronogramme réamenagé est « très serré », a relevé le Secrétaire général du Comité d’action pour le renouveau (CAR- opposition parlementaire), M. Jean Kissi.

« Il n’y a plus de marge de manoeuvre dans le chronogramme, ce qui veut dire qu’il est possible qu’on réfléchisse sur la date du 28 février », a-t-il souligné, indiquant qu’il importe que la CENI « ne s’enferme pas dans un dogme psychologique ».

Dans une séance d’échanges avec les partis politiques, la CENI, chargée de l’organisation, de la supervision et de la proclamation des résultats provisoires, a appelé les partis à s’impliquer dans cette opération « avec diligence », rassurant que désormais les conditions sont réunies.

« A partir du moment où, de manière technique le travail ne tient pas dans le temps, il faudrait qu’ils le soulèvent et qu’ils en discutent avec le gouvernement qui les accompagne », a suggéré M. Kissi à l’endroit des membres de la CENI issus des partis parlementaires, extraparlementaires et de la société civile.

Tenant toujours au retard enregistré, le Secrétaire générale du CAR poursuit qu’il ne faut pas « bacler » les sensibilisations des populations pour cette opération de révision des listes électrorales, parce que la CENI croit qu’elle est obligée de tenir dans un temps du 28 février.

L’Union des forces de changement (UFC), le principal parti de l’opposition avec 27 députés au Parlement, se persuade que le retard d’un mois dans l’opération de révision a des influences sur la date du scrutin prévue au 28 février.

« La révision accuse un retard de pratiquement un mois, mais la CENI ne dit pas si ce retard influence la date du scrutin prévue 28 février », a fustigé le Secrétaire général de l’UFC, Jean- Pierre Fabre.

« La CENI doit prendre ses responsabilités à un moment donné et dire que les délais techniques sont tels qu’il devient difficile de tenir la date du scrutin au 28 février et la classse politique va apprécier », a-t-il indiqué.

M. Fabre relève avec insistance qu’avec un mois de retard sur la révison des listes électorales, dire que cela n’influence pas la date du scrutin c’est indiquer que le chronogramme qui avait été publié est un « chronogramme farfelu ».

Le Rassemblement du peuple togolais (RPT-pouvoir) fait noter, de son côté, l’urgence pour les partis politiques d’aider la CENI à accomplir sa mission.

 » Notre souhait le plus ardent, c’est que tous les partis politiques puissent aider la CENI pour qu’elle organise cette élection dans le délais prévu par la Constitution », a déclaré le Secrétaire général adjoint du RPT, Bamenante Komikpime.

« Il appartient à cette CENI de ne pas écouter les dilatoires et d’aller tout droit à l’essentiel », a-t-il indiqué.

La CENI qui tient, pour le moment à son chronogramme réamenagé, dit compter sur « l’esprit citoyen » des responsables et militants des partis politiques pour une « élection présidentielle transparente, crédible et apaisée » en 2010.

La précédente élection, organisée en avril 2005, a été émaillée de violence, faisant près de 40.000 réfugiés au Ghana et au Bénin voisins, et aussi un nombre hypothétique de quelques centaines de morts.