26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo : Ouverture du printemps de la coopération germano-­togolaise

Lomé, le 4 avril 2016-­‐ Le « Printemps de la coopération germano-­togolaise » a débuté le lundi 4 avril par une cérémonie de lancement a laquelle ont pris part des ministres togolais et de nombreuses personnalités allemandes du monde politique, des Affaires et de la société civile.

Le « Printemps de la coopération » est un forum économique et de développement consacré à la coopération entre le Togo et l’Allemagne qui doit permettre pendant quatre jours à l’imposante délégation allemande d’échanger sur les liens historiques entre les deux pays et de définir ensemble des perspectives.

La délégation allemande comprend notamment Johannes Singhammer, Vice-­Président du Bundestag, Johannnes Selle, Responsable Afrique au sein du CDU, Norbert Kloppenburg, Vice-­Président de la KfW (banque publique allemande), Ursula Männle, Présidente de la Fondation Hanns Seidel et Margret Kopp, Présidente Aktion PiT -­Togohilfe e.V.

Des représentants du monde des Affaires sont également invités à ce forum. Il s’agit notamment des entreprises ILV-­Fernerkundung, Gauff (TP), Andritz-­Hydro (barrages), MBE Coals & Minerals, Sunset Energietechnik GmbH, Siemens, Brewtech, Inros Lackner.

« L’Allemagne a choisi le Togo comme partenaire privilégié dans notre stratégie de développement avec l’Afrique », a déclaré Johannes Selle, membre du Bundestag et du Comité de la coopération du Parlement allemand et Président du groupe d’amitié parlementaire entre les deux pays.

Très tôt ce matin, les alentours de l’ambassade de l’Allemagne à Lomé sont bouclés par les forces armées togolaises pour disperser le sit-in organisé par la jeunesse de l’ANC. Ils étaient nombreux les jeunes militants venus exprimer haut et fort, les préoccupations de la jeunesse togolaise et attirer l’attention des autorités et de la délégation allemandes sur la réalité de la situation qui prévaut actuellement au Togo.

En effet, en dépit de la propagande tapageuse organisée à grands frais par le pouvoir en place, le pouvoir RPT/UNIR refuse de respecter la mise en oeuvre consensuel des réformes politiques et électorales nécessaires à l’organisation d’élections justes, équitables et démocratiques au Togo. Ces réformes politiques et électorales, prévues au titre des 22 engagements souscrits par le gouvernement togolais en avril 2004 devant l’Union Européenne à Bruxelles, et qui sont repris au titre de l’Accord Politique Global (APG) signé en août 2006 à Lomé, entre le pouvoir et l’opposition, en présence de la CEDEAO et de l’UE, restent lettres mortes à ce jour. Ce qui constitue une source de tensions socio-politiques larvées qui dégénèrent bien souvent, notamment à chaque échéance électorale.

Le sit-in s’est conclu par une bataille rangée entre de grenades lacrymogènes des forces armées et des jets de pierres des manifestants.