01/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo Présidentielle : Jean-Pierre Fabre « conteste » les résultats de la CENI

Lecandidat de l'Union des Forces pour le changement (UFC), Jean-Pierre Fabre, principal candidat d'opposition dans la présidentielle togolaise. Le chef de l'Etat sortant, Faure Gnassingbé, et Jean-Pierre Fabre ont revendiqué la victoire à la présidentielle de jeudi au Togo, dont les résultats pourraient être annoncés ce samedi. /Photo prise le 5 mars 2010/REUTERS/Noel Kokou Tadegnon

LOME (TOGO), 7 MARS/2010 (Savoir News) – Jean Pierre Fabre, le candidat de l’Union des Forces de Changement (UFC)- soutenu par le Front Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC) – a contesté dimanche, les résultats « provisoires » de la présidentielle du 4 mars, rendus publics samedi par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

(…)

« Je regrette les résultats rendus publics par la CENI. Je conteste les chiffres qui sont publiés », a déclaré à l’Agence Savoir News M.Fabre.

Selon lui, la CENI « n’a pas respecté la procédure qu’elle s’est fixée. Je ne fais aucune confiance en cette CENI ».

« Nous allons continuer la lutte, car nous allons multiplier les manifestations », a souligné M.Fabre.

Le candidat de l’UFC a affirmé avoir obtenu entre 55 et 60% des voix.

S’agissant d’un éventuel recours devant la Cour constitutionnelle, M.Fabre a simplement répondu: « Nous allons réfléchir ».

Plusieurs centaines de militants de l’UFC étaient massés dimanche en fin de matinée à l’entrée du siège du parti, scandant des slogans hostiles au régime en place.

Samedi après-midi, un groupe de manifestants conduits par M.Faure et certains leaders de l’opposition dont Kofi Yamgnane ont été dispersés par la police qui a fait usage de gaz lacrymogène.

Environ dix personnes dont deux responsables du Mouvement Citoyen pour l’Alternance (MCA) auraient été interpellées samedi, selon des sources proches de la Forces Sécurité Election (FOSEP).

Dans le même temps au siège du parti au pouvoir, quelque 200 militants et sympathisants du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT, le parti au pouvoir) chantaient et dansaient au rythme du Kamou (du nord).

Rappelons qu’au total sept candidats dont Faure Gnassingbé étaient en lice pour le scrutin du 4 mars.