26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: Que celui qui a des oreilles pour entendre…!

Par son entêtement et ses rodomontades, le petit Fauré aura tellement manqué de respect « aux anciens » qu’Adboulaye Wade a dû révéler, sur les ondes de la radio mondiale, ce qu’en tant que père, il a dit à son fils, portes et fenêtres closes. Pour qui connaît tant soit peu nos traditions africaines, ce qui s’est passé ce 21 février 2005 au matin est de très mauvaise augure et le retour à l’ordre constitutionnel d’avant le 5 février 2005 ne changera rien à la trajectoire ni aux conséquences de la déferlante.

Il convient cependant de lire, de relire et d’entendre les déclarations du Président Wade. Je m’attacherai pour ma part, à deux extraits de cette déclaration que je trouve pleins d’enseignements. Le sage nous dit et répète, moi je défends des principes, et plus loin, il cite les atouts de Faure Gnassingbé en disant à peu près ceci.Vous avez l’assemblée, le parti le plus important, les moyens financiers et l’armée….
Car en lisant cette énumération en verlan, on a en fait la liste des points sur lesquels les acteurs politiques devraient travailler, s’ils veulent une compétition électorale équitable au Togo.
L’assemblée, serait-on tenté de dire, n’est qu’une assemblée de godillots, sans la moindre valeur. Erreur, elle taillera, jusqu’au dernier jour, lois et code électoral sur mesure pour les candidats du parti,

Le parti, lui pour de vrai, ne pèse pas le poids d’une plume d’oiseau, car complètement en déliquescence. Mais quel parcours du combattant faudra-t-il et pendant combien de décennies pour obtenir qu’il renonce à ses privilèges exorbitants de parti-Etat ?

Les moyens financiers sont colossaux semble-t-il. En dilapider une partie dans les prébendes versées à des conseillers-sorciers de seconde zone ne ferait de mal à personne. Pour l’achat du vote des électeurs, Faure peut aller se rhabiller car cela fait longtemps que lesTogolais ont compris qu’on peut prendre l’argent qui n’est rien d’autre que l’argent du peuple et aller voter en son âme et conscience, le jour venu. Mais tant que les moyens financiers si colossaux demeureront à la disposition du clan Gnassingbé, tout gouvernement démocratiquement élu a du souci à se faire.

L’armée enfin, et là les bras m’en tombent. Est-ce à dire que le peuple togolais devra ad vitam se tenir à plat ventre sous les bottes de cette armée?

Que ceux qui sont prompts à aller s’asseoir autour de la table de négociation, entendent l’expérience du sage, qui a passé son jeune âge à battre le pavé et à méditer derrière les barreaux comme certains d’entre vous.

Par BAS