06/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: une présidentielle «libre» mais avec des «insuffisances»

La mission de la Cédéao chargée d’observer l’élection présidentielle au Togo a jugé qu’elle avait été «libre», mais a relevé des «insuffisances» concernant la fiabilité et l’authentification des bulletins de vote, dans un communiqué transmis samedi à l’AFP à Lomé.

«Le scrutin du 4 mars 2010 au Togo était libre et s’est déroulé dans une atmosphère apaisée», déclare la mission de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao), dirigée par Babacar Ndiaye.

«De manière générale, le dépouillement, le décompte, l’annonce des résultats partiels au niveau des bureaux de vote ont été menés de manière transparente, consensuelle, et en présence des délégués des candidats, des observateurs et du public», relève-t-elle notamment.

Mais la mission pointe aussi «des insuffisances relatives à la fiabilité et à l’authentification du bulletin de vote».

Elle regrette notamment que le numéro de série figurant sur la souche n’apparaisse pas sur le bulletin de vote une fois détaché, une «absence» qui est «susceptible de créer des problèmes d’authentification».

Quelque 320 observateurs internationaux ainsi que 146 militaires de la Cédéao ont surveillé le scrutin de jeudi. En avril 2005, des violences meurtrières avaient éclaté après la présidentielle et la victoire contestée de Faure Gnassingbé, fils du général Gnassingbé Eyadéma, décédé trois mois auparavant après 38 ans de règne sans partage. 400 à 500 personnes avaient été tuées, selon l’ONU.

La campagne électorale et le scrutin de jeudi se sont déroulés dans le calme. Mais les deux principaux camps en présence, le Rassemblement pour le peuple togolais (RPT) du président sortant Faure Gnassingbé, et l’opposant Jean-Pierre Fabre du parti d’opposition UFC (Union des Forces de changement) ont chacun revendiqué la victoire, provoquant des craintes de violences.

(Source AFP)