28/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Adoption d’un projet du code électoral, boycotté par trois partis d’opposition

LOME, 14 oct (AFP) – 21h37 – Un premier projet de code électoral révisé a été adopté jeudi à Lomé lors de la séance plénière du dialogue national ouvert depuis le 27 mai au Togo, en l’absence de représentants de trois partis d’opposition, a constaté un journaliste de l’AFP.

La révision du code électoral fait partie des engagements pris en avril dernier par le gouvernement togolais envers l’Union européenne, à Bruxelles, avec à la clé la normalisation et la reprise de la coopération entre Lomé et l’UE, interrompue depuis 1993.

Le président du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) Yawovi Agboyibo, ainsi que les représentants de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA) de Léopold Gnininvi et de l’Union des Forces du Changement (UFC) de Gilchrist Olympio, qui ont assisté aux débats jeudi, n’ont pas participé au vote sur cet avant-projet de code électoral.

Ces trois partis politiques avaient boycotté le 14 juillet les travaux de la commission chargée de la révision de ce texte, exigeant des clarifications sur « les critères qui ont présidé au choix des partis politiques représentés ».

Le 14 avril, une délégation conduite par le Premier ministre togolais Koffi Sama s’était engagée auprès de l’UE à prendre une série de mesures de démocratisation, dont la « révision du cadre électoral garantissant un processus électoral transparent, démocratique et acceptable par toutes les parties, dans un délai de six mois ».

Lomé a pris au total 22 engagements dont certains ont déjà été mis en oeuvre, telles la révision du code de la presse et l’ouverture du dialogue avec l’opposition.